Tribord met des huîtres dans ses chaussons

 |   |  408  mots
Edouard du Doré dans l’atelier du centre de recherche Tribord avec le chausson
Edouard du Doré dans l’atelier du centre de recherche Tribord avec le chausson (Crédits : DR)
Le centre de recherche et de développement de la marque Tribord installée à Hendaye au Pays basque, a encore fait fort. Voici le chausson nautique à base de coquilles d’huîtres !

Comme d'habitude, il a fallu 18 mois de cogitations, de tâtonnements et de tests pour enfin arriver à la validation et à la mise en vente de cette innovation pas comme les autres. Edouard du Doré est chef de produit chez Tribord. Il y travaille depuis douze ans dans le secteur de l'habillement, notamment du surf et de la protection solaire. C'est lui qui a mis au point avec son équipe ce chausson nautique étonnant.

En 2011, le groupe Decathlon, maison-mère de Tribord, décide changer de process et de laisser tomber, petit à petit, les produits en PVC pour un nouveau composant élastomère. Comme la volonté de l'enseigne française d'articles de sports est aussi de s'inscrire dans le développement durable et alors qu'une autre des marques du groupe utilise déjà une matière à base de coquilles d'huîtres, au centre de recherche d'Hendaye, une idée commence à germer...

Surfer sur le recyclage

Et c'est du côté du chausson de surf que l'huître pourrait avoir une nouvelle ouverture. Chef de produit, prototypistes, designers, etc, se mettent au travail. Il est impératif pour eux de répondre aux besoins des surfeurs mais aussi des utilisateurs de paddle ou de planche à voile. Il faut donc que le nouveau chausson ait sinon la même, voire une meilleure adhérence ainsi qu'une excellente résistance. Tests après tests, les performances sont améliorées. C'est avec 15 % de coquilles d'huîtres recyclées que le chausson nautique va pouvoir être commercialisé. Séchées, concassées, broyées, les coquilles finissent en granules.

Decathlon et Tribord vont chercher leurs granules en Bretagne. Ce produit aux propriétés multiples va s'avérer être un antidérapant formidable, très résistant et en plus il sèche instantanément. Les granules sont ajoutés au thermoplastique classique SEBS sur le site de production de Wattrelos (Nord) où les chaussons sont fabriqués. Le "100 % made in France" n'est pas loin ! Alors que le coût de fabrication est plus élevé qu'avec du plastique standard, la marque a souhaité rester sur les mêmes tarifs qu'un produit classique et proposer à ses clients un chausson innovant et écologique à moins de 10 €. C'est aujourd'hui l'un des modèles les plus vendus. Chaque année en France, 2,2 millions de tonnes de déchets de la filière ostréicole sont à recycler. A Hendaye, la valorisation de la coquille d'huître est en marche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2016 à 17:50 :
Je viens de recevoir mes chaussons, "Made in France" Fabrication em França, importado para o Brasil por IGUASPORT ltda. Du made in france fait au brésil ??? d'où viennent les coquilles d'huîtres ?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :