"La production industrielle va radicalement changer"

 |   |  766  mots
Jérémy Jeanjean, consultant avant-ventes d'IFS France
Jérémy Jeanjean, consultant avant-ventes d'IFS France (Crédits : IFS France)
[#Biznext] L’impression 3D, la réalité virtuelle, le contrôle vocal… font une entrée remarquée dans les entreprises. Au point de tout bouleverser. Invité de Biznext Bordeaux le 17 décembre, Jérémy Jeanjean animera la masterclass "Produire autrement". Consultant avant-ventes d’IFS France et spécialiste des nouvelles technologies, il donne son avis sur les ruptures que s’apprêtent à vivre les secteurs de la production et de la logistique.

IFS France est la branche hexagonale d'IFS, qui figure parmi les leaders mondiaux sur le marché des logiciels d'entreprises. Consultant avant-ventes, Jérémy Jeanjean est spécialisé dans les processus de production et de logistique ainsi que dans les nouvelles technologies. Il animera la masterclass "Produire autrement" lors de la 1re édition de Biznext, le 17 décembre à Bordeaux. Inscrivez-vous et venez lui poser vos questions en direct !

>> Programme de Biznext et inscriptions

Jérémy Jeanjean, on parle beaucoup du bouleversement que représente l'arrivée de l'impression 3D dans l'entreprise. Que change-t-elle concrètement ?

"Elle change l'industrie elle-même. Toute l'organisation est remise à plat. On réduit le nombre d'opérations telles que l'ébarbage, on supprime les lignes de production, on ne s'approvisionne plus de la même manière et on change donc de fournisseurs. C'est particulièrement frappant dans l'aéronautique où l'on se sent compte que l'on utilisait jusqu'à présent des aciers très coûteux, des structures qu'il fallait assembler, alors que l'impression 3D permet d'obtenir des pièces dont les capacités, notamment de résistantes, sont supérieures.
La révolution va au-delà puisqu'elle modifie en profondeur la manière dont on imagine les nouvelles pièces. Il y a quelques années, nous avions dans les industries un bureau d'études chargé de concevoir, et un bureau de méthode dont la mission était de faire l'interface avec la ligne de production et de proposer des outils adaptés. Depuis une vingtaine d'années, ces équipes sont plus mixtes. La maquette numérique et l'impression 3D permettent de réduire encore les temps de conception et de développement."

La logistique elle-même va-t-elle être révolutionnée ?

"Prenons l'exemple des pièces détachées. Les industriels pourront se contenter de n'en avoir que quelques-unes en stock, avant les gains de place et donc de coût de stockage que cela implique, et fabriquer par impression 3D à la demande. La reconnaissance morphologique de la pièce défectueuse, grâce à des photos prises par l'utilisateur, entrera dans le processus.
L'exemple d'UPS est marquant. L'entreprise de transport de marchandises vient d'investir dans 100 imprimantes 3D aux Etats-Unis et compte en acheter 900 de plus l'an prochain. Son objectif est de fabriquer elle-même plutôt que d'acheter des produits. UPS passerait ainsi de pur logisticien à producteur capable de pouvoir imprimer sur place des pièces commandées à l'autre bout de la planète et les livrer localement."

Quid de la robotique, de la cobotique, voire de "l'ouvrier augmenté" pour reprendre une expression chère aux transhumanistes ?

"La cobotique (robotique collaborative, autrement dit l'utilisation par l'homme d'un appui robotique pour certaines tâches) avance. Nous accompagnons par exemple un client, Flexi France, filiale de Technip, où les robots aident les opérateurs à plier sans effort des câbles à gros diamètre servant dans la fabrication des conduites flexibles. Dans d'autres entreprises, on voit apparaître des exosquelettes qui permettent aux ouvriers de porter un équipement parfois très lourd. La cobotique va se démocratiser et permet de garder l'homme au cœur du processus."

Quels peuvent être les apports de la réalité augmentée ?

"Ils sont multiples. Il existe déjà beaucoup d'applications grâce aux lunettes connectées, Google glass ou autres, et nous sommes loin d'être au bout des possibilités offertes par la réalité augmentée. Le secteur médical l'utilise déjà, notamment pour opérer. Appliquée à la logistique, elle permet de guider le manutentionnaire jusqu'au bon endroit, de donner en un instant le nombre de cartons sur une palette, d'éviter de scanner le code-barre grâce à la reconnaissance morphologique... L'opérateur pourra se laisser guider dans sa tâche par ses lunettes quand ses deux mains sont occupées, ou même collecter de nouvelles données. A IFS, nous poussons également plus loin dans l'intelligence artificielle et le contrôle vocal en développant un prototype d'assistant personnel couplé à un ERP (progiciel de gestion intégré, NDLR). De nouvelles solutions professionnelles vont apparaître aux côtés des assistants personnels grand public que sont Siri (Apple), Cortana (Microsoft) ou Google Now."

---

Biznext Bordeaux

Biznext, 150 minutes pour décoder l'économie 4.0, le 17 décembre à partir de 18 h à la Cité mondiale de Bordeaux. Au programme : une keynote sur la transformation numérique des entreprises par Nicolas Gaume, directeur de la division DX de Microsoft France, 5 masterclass durant lesquelles le public pourra directement poser ses questions aux experts, et une remise de prix. Inscription gratuite et obligatoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :