Numérique : oubliez les big, voici les speed data

 |  | 445 mots
Lecture 2 min.
Accélérer l'analyse des big data via la R&D et le projet speed data, tel est l'objectif de la société AT Internet et du laboratoire Labri de Bordeaux.
Accélérer l'analyse des big data via la R&D et le projet speed data, tel est l'objectif de la société AT Internet et du laboratoire Labri de Bordeaux. (Crédits : Flickr/r2hox. CC License by.)
Les big data on connaissait. Voici maintenant, sous la houlette de la société girondine AT Internet (siège à Mérignac. Plus de 200 collaborateurs) et du Laboratoire bordelais de recherche en informatique (Labri), les speed data, issues d’un programme de R&D qui fait l’objet d’une publication scientifique primée.

Cet été, Joris Sansen, doctorant du Laboratoire bordelais de recherche en informatique, le Labri, a reçu un prix du meilleur article scientifique lors de la 19e conférence internationale "Information visualisation" de Barcelone.
Cet article est le fruit d'une coopération entre la société spécialisée dans l'analyse de données issues du web et dans l'analyse d'audience des sites Internet, AT Internet et le laboratoire bordelais.
Une collaboration née dans le cadre d'un projet baptisé "speed data",  qui a été sélectionné par l'Etat lors du 3e appel à projets "Cloud computing et big data" du programme investissements d'avenir.
Le programme de recherche fondamentale et appliquée "speed data", entamé il y a un an et demi, qui est à peu près à mi-parcours, a pour objectif de développer une nouvelle plateforme décisionnelle en mode SaaS pour traiter, en un temps record, d'énormes masses de données issues du online et du offline (données météo, mesures des applications, ventes offline, vente online, statistiques économiques, financières...).

Speed Data, avantage concurrentiel majeur ?

A ce jour, les deux partenaires abordent donc la deuxième moitié du programme de R&D. Ils ont passé le cap de la recherche fondamentale et s'apprêtent à démarrer les travaux de prototypage de la plateforme en question.
Le texte primé à Barcelone témoigne de l'avancée des travaux. L'article de Joris Sansen présente une nouvelle technique de visualisation basée sur "l'abstraction visuelle", permettant de traiter et d'analyser rapidement des volumes massifs de données. Au-delà de cette récompense, le projet "Speed Data" inventé et porté par AT Internet et le Labri alimente depuis plusieurs mois des publications scientifiques et des conférences autour de l'optimisation du traitement et de la fouille des données.
Coordinateur du projet pour AT Internet, Cyril Mazeau souligne "au travers de ce programme de recherche, AT Internet engage ses équipes dans une démarche d'innovation autour d'applications très concrètes des big data. Notre objectif premier consiste à mettre au point des outils d'analyses des big data toujours plus fiables, disponibles pour tous et surtout plus rapidement. La communauté scientifique et les clients d'AT Internet seront les premiers bénéficiaires des fruits de ce partenariat. Les technologies actuelles d'analyses des big data ne sont pas toujours adaptées aux attentes des clients. Aujourd'hui il faut cinq minutes pour livrer des analyses fiables. Demain, à l'issue des travaux en cours, nous pourront le faire en 2 à 3 secondes."
On parie que dans les mois qui viennent, le concept de Speed Data va remplacer celui de big data dans les conversations de la filière numérique ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2015 à 22:52 :
Toujours plus vite... Il me semble avoir entendu parler d'un nouveau type de câble sous marin reliant New York à une ville d'Angleterre (Aberdeen?), qui permettrait aux banques _moyennant location_ de performer en ayant recours à des transactions en ultra haute fréquence encore plus rapides (moins de 60 millisecondes...) histoire de gagner encore un peu plus d'argent... À aller toujours plus vite on va multiplier les risques de flash crash... Il n'y a pas que le PDG d'Air France qui risquerait rapidement de perdre sa chemise, les métiers de la banque vont devoir y réfléchir à ultra haute vitesse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :