Les véhicules intelligents vont à Bordeaux

 |   |  700  mots
Lors de l'inauguration d'ITS, hier, Alain Juppé en pleine intervention, entre le préfet Pierre Dartout, à gauche, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports.
Lors de l'inauguration d'ITS, hier, Alain Juppé en pleine intervention, entre le préfet Pierre Dartout, à gauche, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports. (Crédits : Agence Appa)
L’accueil à Bordeaux du 22e congrès mondial ITS (Intelligent transport systems - Systèmes de transport intelligent) est une première qu’Alain Juppé, président (Les Républicains) de Bordeaux Métropole a salué chaleureusement hier lundi.

Cette première bordelaise tombe d'autant mieux qu'elle arrive quelques semaines avant la tenue de la COP 21 (21e conférence des parties (COP21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), qui se tient à Paris du 30 novembre au 15 décembre et à laquelle La Tribune - Objectif Aquitaine apporte sa contribution avec le Forum Climat Cop 21, à Bordeaux, le 17 novembre au stade Matmut Atlantique.

"Bordeaux est très engagé dans une offre alternative à la voiture, avec le développement par exemple du tram et du vélo. Les infrastructures seront saturées si les comportements ne changent pas", a prévenu le patron de la Métropole.

Une façon comme une autre de dire que même la plus intelligente des technologies de transport ne pourra pas tout.


Alain Rousset, la mobilité inter-cités

Alain Juppé embrayait dans la foulée avec Gertrude, le cerveau urbain chargé de réguler la circulation à Bordeaux. Ce qui n'a pas empêché le maire de Bordeaux de s'émerveiller des nouvelles innovations, à peine sorties des laboratoires universitaires, comme le kit qui permet de rendre électrique la propulsion de n'importe quel vélo. Le président de Bordeaux Métropole n'était pas seul. Alain Rousset, président (PS) de la Région Aquitaine, très impliquée dans l'innovation, était aussi de la partie. D'autant plus que les enjeux qui se profilent en terme de mobilité dans le cadre de la future grande région, avec la création ou l'amélioration des liaisons ferroviaires entre Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes ne sont pas minces.

"Le développement de la mobilité inter-cités est notre défi, sur les plans social, environnemental, technologique, économique", a-t-il résumé. Très engagée dans l'innovation, la Région Aquitaine est en pointe dans les nouveaux véhicules. Vantant une fois de plus les modèles californien et israélien de passage accéléré de l'idée au produit innovant, Alain Rousset a fait l'éloge de la voiture sans conducteur d'Akka Technologies et annoncé la création, demain mercredi après-midi, dans le cadre du congrès ITS, d'un laboratoire des usages (living lab) dans le domaine des systèmes de transport intelligent en Aquitaine.


Violeta Bulc, une rapide croissance techno


Akka est impliqué dans ce laboratoire des usages, de même que le Cerema (Centre d'études et d'expertises sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) ou encore l'agence régionale Aquitaine Développement Innovation (ADI). Violeta Bulc, commissaire européen aux transports et à la mobilité, participait également à la conférence de presse. Elle a dit à quel point elle était impressionnée par la vitesse à laquelle se développe cette technologie en mobilité intelligente. La commissaire a notamment appelé à prendre en compte ce que "cette technologie, prête à être déployée, implique sur le plan social et économique. Mais il y aura des paliers à franchir, a-t-elle averti, en particulier pour la sécurité. On va tout de même y arriver", a souligné Violeta Bulc, à condition qu'il y ait beaucoup de dialogue, de communication avec les citoyens, les consommateurs.


Cees de Wijs, des services nouveaux


Président de la plateforme européenne Ertico, qui associe instituts de recherche, gouvernements et industriels, le docteur Cees de Wijs, dirigeant du groupe autrichien Swarco AG (gestion du trafic automobile, sécurité routière...), s'est lui aussi montré enthousiaste. Créée en 1991, Ertico s'est donné pour mission de développer de nouveaux types de mobilité et cette plateforme est à l'origine du congrès ITS.

"Année après année nous voyons que beaucoup de rêves deviennent réalité. Les progrès faits par les villes dans le développement des transports intelligents, comme à Bordeaux, apportent de nouveaux services aux citoyens et participent au développement du progrès technologique", a-t-il en substance observé.

Florence Ghiron, directrice du cluster Topos Aquitaine, qui a joué un rôle moteur pour l'accueil à Bordeaux de cette manifestation mondiale, a évoqué quelques-uns des aspects pratiques de ces innovations, comme la suppression des angles morts, qui empêchent de voir les deux roues en voiture. La manifestation se poursuit jusqu'au 9 octobre et de nombreuses démonstrations sont au programme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :