Connectram, un tramway nommé avenir

 |  | 833 mots
Lecture 4 min.
Les rames Connectram (la deuxième entrera en service en novembre) proposent depuis ce matin, et jusqu'au 31 décembre, une immersion en réalité augmentée dans le Bordeaux Euratlantique 2020.
Les rames Connectram (la deuxième entrera en service en novembre) proposent depuis ce matin, et jusqu'au 31 décembre, une immersion en réalité augmentée dans le Bordeaux Euratlantique 2020. (Crédits : Pascal Rabiller)
Lancée le jour de l’ouverture du congrès mondial des systèmes de transports intelligents (ITS, jusqu'au 9 décembre) “Connectram”, la nouvelle rame du réseau tram TBC de Bordeaux Métropole (opérée par Keolis), permet au voyageur qui regarde par une "vitre-écran" de contempler Bordeaux… en 2020. Première mondiale.

Depuis ce matin, à Bordeaux, Marty McFly le héros de "Retour vers le futur" et sa DeLoreane "bricolée" par le docteur Emmet Brown pour voyager dans le temps ont pris un coup de vieux.
Keolis, opérateur du transport public de Bordeaux Métropole, CEA Tech et la société bordelaise Axyz viennent de mettre en service une rame de tramway qui, entre les stations La Belle Rose, à Bègles, et Tauzia, après la gare de Bordeaux St-Jean, proposent aux voyageurs une première mondiale technologique.
En clair : le voyageur à bord du tram peut, depuis ce matin, visualiser l'environnement extérieur via des écrans positionnés sur deux vitres d'une rame. Ces écrans, grâce à des caméras et de puissant ordinateurs, lui montrent ce que tous les autres passagers voient par la vitre, mais lui permettent aussi, en temps réel, de visionner les images de synthèse des futurs équipements et bâtiments qui vont voir le jour au sein du périmètre Bordeaux Euratlantique, piloté par l'établissement public du même nom, à l'horizon 2019-2010.

Connectram

Lors du voyage inaugural, Alain Rousset, président de Région, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, ont pu tester Connectram et ses vitres-écrans de réalité augmentée en présence d'Hervé Lefèvre (de face), directeur général de Keolis Bordeaux.

Réalité augmentée et technologies de services à bord du tram

"Pour le moment nous lui proposons des fiches qui apparaissent au fur et à mesure du déplacement du tram", précise Hervé Lefèvre, DG de Keolis Bordeaux.
"Dans quelques semaines, en novembre au plus tard, au moment où une deuxième rame Connectram rentrera en service, nous proposerons une vraie expérience de réalité augmentée. Les passagers verront vraiment le quartier tel qu'il sera in fine... mais l'expérience Connectram, qui est une première mondiale, ne s'arrête pas là", prévient Hervé Lefèvre.

En effet, les écrans ne font pas que projeter le voyageur dans le Bordeaux Euratlantique de 2020. Ils affichent, en temps réel, disponibilités des vélos des stations V3, horaires des trains aux arrivées ou au départ de la Gare SNCF, les correspondances du réseau de bus, voire même, à l'avenir, indiquer les lieux patrimoniaux ou commerciaux  situés à proximité des stations de tram avec, par exemple, le nombre de baguettes encore disponibles à la vente à la boulangerie du coin..."Ce qui est enthousiasmant, soulignait ce matin Frédéric Brouard, de Bordeaux Euratlantique, c'est qu'il n'y quasiment pas de limite aux services qu'on peut apporter au voyageur."
Il faut dire que les limites techniques du dispositif qui a été mis au point en six mois seulement, moyennant, selon nos informations 300.000 euros de budget assuré par Keolis, ont, elles aussi, été repoussées par les partenaires techniques de l'opération, à savoir Axyz et CEA Tech.

Par la vitre-écran : le spectacle de Bordeaux 2020

"Nous avons assemblé des briques technologiques existantes mais nous les avons adaptées", explique Serge Rimlinger, directeur région Aquitaine de CEA Tech. "Certes nous n'avons mis que quelques mois pour livrer cette première mondiale, mais elle résulte, pour CEA Tech, de 10 années de R&D. Je pense que pour Axyz c'est la même chose car la nouvelle techno que nous avons mis au point, c'est cette société qui l'a intégrée."
Une des principales difficultés technologiques de Connectram réside dans le fait qu'il fallait arriver à développer l'algorithme qui permet de synchroniser parfaitement les images numériques fournies par Bordeaux Euratlantique et les images réelles captées par les caméras.

"Ce travail sera totalement abouti en novembre. Le décor évoluera de manière synchronisée par rapport au déplacement du tram.  Les tailles et perspectives des bâtiments seront respectées afin de proposer une immersion totale dans le Bordeaux Euratlantique de 2020", explique Stephan de Faÿ, directeur général de l'opération Bordeaux Euratlantique. "En tant qu'aménageur c'est un vrai risque que nous prenons là puisque les voyageurs vont pouvoir avoir une vue directe sur l'avenir de ce quartier. Nous prenons le risque de ne pas plaire, mais Connectram c'est d'abord un formidable outil de concertation en temps réel !"

Pour le moment le Bordeaux virtuel visible depuis les vitres-écrans du Connectram grâce à Keolis, Axyz, CEA Tech avec le soutien de la Région Aquitaine, de Bordeaux Métropole et Bordeaux Euratlantique est présenté en 2D, mais très vite la 3D va proposer une immersion totale unique au monde.
Oubliez donc la DeLoreane de Marty pour le voyage dans le temps. Oubliez aussi le casque Oculus Rift pour vous immerger dans la réalité augmentée ou virtuelle. A Bordeaux, un ticket de Tram et bus à 1,5 € à l'unité suffit pour tout cela entre les stations La Belle Rose et Tauziat jusqu'au 31 décembre prochain au moins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :