Malgré ses pertes, le Landais Europlasma veut décoller

 |   |  630  mots
Inertam (notre photo), spécialisé dans la vitrification des déchets d'amiante, est une filiale d'Europlasma.
Inertam (notre photo), spécialisé dans la vitrification des déchets d'amiante, est une filiale d'Europlasma. (Crédits : Agence Appa)
Le groupe Europlasma (plus de 80 salariés), à Morcenx (40), spécialisé dans les technologies utilisant la torche à plasma (vitrification des déchets d’amiante, vitrification des fumées toxiques issues des incinérateurs…) et coté en bourse vient de publier ses résultats 2014.

Depuis trois ans, Europlasma développe une nouvelle technologie de production d'électricité par gazéification de la biomasse et de déchets. C'est le projet incarné dans l'usine Cho Power, qui a connu en 2013 et 2014 de très sérieux et coûteux aléas qui se sont notamment traduits par deux longues suspensions de cotation du titre sur le marché boursier. Au point que mi-2013 Didier Pinaud, fondateur et dirigeant d'Europlasma, a été débarqué pour être remplacé par un directeur intérimaire, qui a cédé la place début 2014 à Jean-Eric Petit, nouveau directeur général et patron opérationnel.

La mise au point définitive de Cho Power, la centrale électrique qui doit générer de l'électricité par gazéification, reste un élément déterminant pour l'avenir du groupe. Au début et à la fin 2014, Europlasma a réussi deux levées de fonds, 4,3 M€ pour la première et 22,2 M€ pour la seconde, renforcée par la conversion de prêts relais en capital pour un montant de 13,7 M€, qui ont permis (toutes conversions comprises) de lever plus de 41 M€, ce qui a préservé le groupe de l'effondrement.

Le résultat net en vrille

"A mon arrivée la situation d'Europlasma nécessitait une restructuration en profondeur. Elle a conduit à une redéfinition claire de la stratégie qui s'est traduite par une remise à niveau de nos trois activités sur tous les plans, industriel, opérationnel, commercial, humain et financier, explique le DG. Après ce travail considérable, qui s'est déployé tout au long de l'exercice, je peux affirmer, poursuit-il, que la situation est aujourd'hui totalement différente. Le groupe est désormais sous contrôle, avec des équipes renforcées et mobilisées sur un cap et des objectifs bien définis pour chacune de nos branches".

Si la direction est claire, le chantier semble énorme. Car cette reprise en main de la stratégie n'a pas empêché Europlasma de piquer du nez. En 2014, le chiffre d'affaires s'est ainsi replié à 8,9 M€, contre 12,5 M€ en 2013, soit une baisse de 28,5 %. Le résultat net a quant à lui continué à creuser sa perte en suivant une pente bien plus raide qu'en 2013. Europlasma a ainsi vu son déficit passer de - 11,6 M€ en 2013 à - 25,9 M€ en 2014, soit une dégringolade de plus de 122 % ! Cet effondrement est dû au résultat opérationnel, en chute de 13,6 M€ d'un exercice sur l'autre. Un recul alimenté pour 11,7 M€ par des dépréciations, amortissements et provisions (non-cash), dont 7,5 M€ de nature non récurrente.

Bientôt Cho Locminé

Ce tableau bien sombre est éclairé par la hausse phénoménale des fonds propres, qui atteignent 16,8 M€ (soit + 14,4 M€), et de la trésorerie, à 13,6 M€ (+ 11,7 M€) ! Les dettes financières affichent de leur côté un fort recul, passant de 17,4 M€ en 2013 à 9,3 M€ en 2014, soit une baisse de 47,3 %. Jean-Eric Petit se félicite de cette structure financière renforcée et des signatures de contrats commerciaux, tant pour les centrales électrique de type Cho Power, dont la seconde (Cho Tiper) sera mise en chantier fin 2015 à Thouars (Deux-Sèvres), et la troisième (Cho Locminé) à Locminé (Morbihan), en partenariat avec ENRgy. A cela s'ajoute la signature d'un contrat en Chine pour l'équipement d'un incinérateur d'une torche à plasma permettant de vitrifier les cendres volantes toxiques. Le plasma permet aussi de vitrifier les déchets faiblement radioactifs et l'équipement en four à plasma de la centrale nucléaire bulgare KNPP (Kozloduy Nuclear Power Plant), à Kozloduy, se poursuit. Les perspectives commerciales ne se limitent pas à ces quelques exemples et le directeur général d'Europlasma est convaincu qu'une fois la qualification de Cho Power acquise, d'ici cet été, le groupe Europlasma commencera vraiment à décoller.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2015 à 18:16 :
On y croit bien entendu ... plus que tout, surtout depuis toutes ses annees !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :