NeTHIS, la caméra qui déshabille la matière

 |   |  508  mots
La technologie de contrôle non destructif de Nethis tient dans la main. Une mobilité qui interesse tous les industriels qui veulent maîtriser la qualité et fiabilité de leurs matériaux, composites ou non
La technologie de contrôle non destructif de Nethis tient dans la main. Une mobilité qui interesse tous les industriels qui veulent maîtriser la qualité et fiabilité de leurs matériaux, composites ou non (Crédits : Appa)
Portée par le pôle Aerospace Valley, par la Route des lasers, accompagnée par Bordeaux Technowest (Mérignac), pépinière d’entreprises où elle a posé son équipe d’ingénieurs, la société Nethis innove dans la métrologie optique et surtout le contrôle non destructif grâce à un système mobile, ultra léger, capable de traquer les défauts ou dommages au cœur même de la matière.

Créée en juin 2013, la startup NeTHIS  (New Teraherts Imaging Systemes) industrialise et commercialise des systèmes de vision multi-spectrale infrarouge et terahertz. En clair : elle a mis au point des caméras capables de "regarder" à l'intérieur de la matière, et notamment des matériaux composites afin de "traquer" les éventuels défauts de structure, les dommages causés par des chocs, ou l'usure...

Ces outils d'imagerie pénétrante 2D et 3D ouvrent des champs nouveaux pour les activités de contrôle non destructifs de matériaux comme les polymères, les céramiques, matériaux isolants, mousses composites... Des applications qui ont trouvé leurs premiers clients.

"La proximité des centres de décisions d'acteurs de l'aéronautique, nous a permis de trouver nos premiers clients", explique Jean-Pascal Caumes, fondateur et dirigeant de NeTHIS. "Notre système, extrêmement léger, bien plus mobile que les gros scanners, peut être mis en place rapidement directement sur les chaînes de production d'avions, de pales d'éolienne... Nous pouvons, par exemple, réduire, grâce à notre système, le temps d'immobilisation d'un avion en maintenance ou en escale. Dans ce domaine précisément, on sait que l'immobilisation coûte très cher..."

La technologie de NeTHIS permet à ces outils de voir dans la matière, mais aussi de recueillir des informations, comme le contrôle de température par exemple, en passant au travers de couches de matériaux divers... et donc, pour caricaturer un peu la chose, d'effectuer des contrôles techniques pointus... sans que le "mécano" n'ait à lever le capot.

100 K€ levés auprès de Techno'Start, 1 M€ dans le viseur pour 2016

Si la filière aéronautique se montre intéressée par NeTHIS, les métiers du bâtiment aussi. Un grand acteur français de la filière s'apprête à signer un partenariat avec elle.

Quoi qu'il advienne, NeTHIS (3 salariés. 150.000 euros de CA), qui vient de lever 100.000 € auprès de Techno'Start, le fond d'amorçage de Bordeaux Technowest, entend en profiter pour développer encore sa R&D.

"Notre techno fonctionne, nous pouvons encore faire mieux. La concurrence existe, pour l'instant elle est comme nous au départ... dans les laboratoires, mais nous devons garder un coup d'avance et réussir à mettre au point un outil de contrôle ultra complet, la solution unique qu'attendent les industriels de tous bords. A ce jour, notre technologie permet de lever des doutes, de déterminer si oui ou non un matériaux mérite ou non d'être ou non contrôlé de manière plus complète."

En 2016, NeTHIS souhaite réaliser une plus importante levée de fonds (entre 850.000 et 1 M€) afin de lancer l'industrialisation de ses outils.
En attendant, c'est aux salons professionnels "laser world of photonics" de Shanghai en mars et au Salon du Bourget en juin que la société démontrera la pertinence de techno de métrologie scientifiques, de ses outils capables d'effeuiller, d'un regard, les matériaux les plus complexes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :