L'IRT Saint-Exupéry prend son envol

 |  | 387 mots
Lecture 2 min.
L'IRT devrait accueillir une quarantaine de chercheurs à l'horizon 2017
L'IRT devrait accueillir une quarantaine de chercheurs à l'horizon 2017 (Crédits : DR)
L'Institut de recherche technologique Antoine de Saint-Exupéry a officiellement été lancé ce midi sur le campus Art et Métiers Paristech de Talence (33). D'ici 2016, un bâtiment dédié aux matériaux du futur, à destination des filières aéronautique et spatial, y verra le jour. Les questions des composites à matrice céramique et les assemblages innovants y seront plus particulièrement creusées.

Nés du programme Investissements d'avenir, les Instituts de recherche technologique (IRT) sont des centres thématiques interdisciplinaires associant des partenaires publics et privés, destinés à renforcer les écosystèmes mobilisés par les pôles de compétitivité. L'IRT Antoine Saint-Exupéry fait partie des huit structures de ce type labellisées par l'Etat et soutient l'aéronautique, le spatial et les systèmes embarqués.
Son rôle : accélérer le développement de technologies de rupture pour rendre l'industrie plus compétitive au niveau mondial en menant des recherches dans trois technologies clés : les matériaux multifonctionnels à haute performance, les technologies pour l'aéronef plus électrique et les systèmes embarqués.

Un an après son lancement à Toulouse, en octobre 2013, l'IRT Antoine de Saint-Exupéry, dirigé par Ariel Sirat, prépare l'ouverture d'une antenne à Talence, sur le campus Art et Métiers Paritech. Le bâtiment sera prêt en 2016 et nécessitera un investissement apporté par l'Etat, l'Europe (fonds Feder), Safran, l'école d'ingénieurs et la Fondation Arts et Métiers ainsi que la Communauté urbaine de Bordeaux et le Conseil régional d'Aquitaine.

Une enveloppe de 45 M€

Plusieurs partenaires et financiers industriels se sont mobilisés autour de ce projet. Adossées à des plateformes technologiques et des compétences de haut niveau autour des deux sites de Bordeaux et Toulouse, deux plateformes seront hébergées sur ce nouveau site. Pour la première, Herakles, filiale du groupe Safran, investit notamment dans les projets de l'IRT pour réaliser la montée en maturité des matériaux composites à matrice céramique (CMC). L'industriel espère à terme mettre en place la production en grande série de pièces en CMC résistantes à des contraintes extrêmes pour l'aéronautique civile au prix du marché.

Airbus Defence and Space, Safran, Thales Alenia Space ainsi que plusieurs PME s'intéressent, elles, aux assemblages innovants de matériaux et souhaitent déterminer les paramètres critiques de technologies d'assemblage pour les applications structurales aéronautiques et spatiales, afin notamment d'en augmenter la robustesse tout en maîtrisant les coûts.

Le site de Talence, dirigé par Xavier Aubart, disposera d'un budget approchant des 45 millions d'euros sur la période 2014 - 2019. Il devrait accueillir une quarantaine de chercheurs à l'horizon 2017.

Le site

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :