Fermentalg prête à produire de l’huile grâce aux algues

 |   |  439  mots
Représentation de la future unité de développement industriel de Fermentalg
Représentation de la future unité de développement industriel de Fermentalg (Crédits : dr)
La société de biotechnologie Fermentalg, à Libourne (33), qui dispose de 41,9 M€ de trésorerie, a réalisé un chiffre d’affaires de 675.000 € sur les neuf premiers mois et va construire sa première unité industrielle de culture de micro-algues.

Fermentalg, cotée en bourse et spécialisée dans la production d'huiles (oméga-3, oméga-6) et de protéines à forte valeur ajoutée issues de la culture de micro-algues, commence à sortir de son statut de startup.

La société fondée et dirigée par Pierre Calleja annonce ainsi que, grâce à ses partenariats, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 675.000 € sur les neuf premiers mois de l'année, dont 225.000 € au 3e trimestre, ce qui correspond à l'euro près à sa moyenne trimestrielle depuis janvier 2014.

La direction de Fermentalg souligne qu'au 30 septembre dernier sa trésorerie brute s'élevait à 41,9 M€. La société, qui a levé 40,5 M€ lors de son entrée en bourse en avril dernier, avait brûlé 3,4 M€ en 2012 puis 2,8 M€ l'an dernier dans le développement de ses nouveaux process. Cette coûteuse phase de recherche et développement, typique du fonctionnement des jeunes pousses (startups), semble en voie d'achèvement. L'entreprise a notamment obtenu le permis de construire qui va lui permettre d'édifier son unité de développement industriel et a renforcé son alliance avec le géant Sofiprotéol (5,6 Md€ de CA, 6.400 salariés), groupe pivot de la filière des huiles et protéines.
Fermentalg a ainsi pris le contrôle de Proléalg (fabrication d'oméga-3), à Compiègne (60), coentreprise commune à Fermentalg et Sofiprotéol

Recrutement du docteur Griffiths

Fermentalg a verrouillé ses innovations biotechnologiques avec la délivrance en septembre du premier brevet princeps, protégeant le caractère unique de son procédé. Il s'agit de la mixotrophie à dominante hétérotrophe. La mixotrophie définit la capacité des micro-algues (organismes unicellulaires) à se nourrir aussi bien en absorbant des aliments extérieurs (hétérotrophie) qu'en produisant leur propre nourriture (autotrophie), comme les plantes avec la photosynthèse. Ce brevet princeps protège l'apport lumineux "discontinu sous forme de flashs" mis au point par Fermentalg pour assurer une culture optimale de ses micro-algues.

Fin septembre, Fermentalg disposait "d'un portefeuille de droits intellectuels riche de 25 familles de brevets déposés". Afin de renforcer son avance technologique, la société libournaise a recruté en septembre dernier le docteur (PhD) Hywel Griffiths au poste de vice-président de la recherche et développement.

Hywel Griffiths, diplômé en microbiologie moléculaire de l'université de Cambridge (Royaume-Uni), qui était en 2013 responsable scientifique de la société néo-zélandaise Photonz Corp., s'est vu décerner l'an dernier le titre de "Young Biotechnologist of the year" lors de la conférence annuelle organisée par le forum NZBIO (New Zealand Biotechnology), qui fait la promotion de l'industrie biotechnologique de Nouvelle-Zélande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :