La Région donne de l’oxygène à Cogen’Air

 |  | 530 mots
Lecture 3 min.
Légende : Les 400 modules de la technologie Cogen’Air offrent un avantage concurrentiel à l’exploitation cliente. Ils participent du séchage, à moindre coût, de 1.000 tonnes de fourrage, nourriture de base de l’élevage.
Légende : Les 400 modules de la technologie Cogen’Air offrent un avantage concurrentiel à l’exploitation cliente. Ils participent du séchage, à moindre coût, de 1.000 tonnes de fourrage, nourriture de base de l’élevage. (Crédits : DR)
Hier, la commission permanente du Conseil régional d’Aquitaine a accordé une aide de 400.000 euros à la société Base. Créée en 2009, à Cestas, celle-ci est spécialisée dans les applications solaires et exploite un pur produit de sa R&D : un panneau solaire photovoltaïque thermique baptisé Cogen’Air, porteur de beaucoup d’espoirs économiques.

Pur produit de son activité de R&D le panneau photovoltaïque thermique à air "Cogen'Air" est le fer de lance économique de la société bordelaise Base (Lire l'article P.68 de La Tribune - Objectif Aquitaine de septembre-octobre). Une innovation, qui repose sur la mise au point d'un système récupérant la chaleur produite par un panneau photovoltaïque, et permettant d'en booster son rendement, qui a séduit les élus du Conseil régional. Hier, ils ont décidé d'accompagner Base dans le développement commercial mais aussi la diversification d'application de Cogen'Air.
En effet, si elle peut trouver des applications dans les secteurs de la rénovation thermique, l'industrie, c'est dans l'agriculture, et tout particulièrement dans l'élevage que cette technologie commence à décrocher des marchés et souhaite s'imposer.
"Nous venons de mettre en service, en Maine-et-Loire, le plus grand séchoir solaire équipé de Cogen'Air, déclare Sébastien Ackermann, fondateur et dirigeant de Base. Cette installation de 400 modules permet à l'éleveur de sécher entre 700 et 1.000 tonnes de fourrage chaque année à un coût ultra compétitif."
Compétitif car l'installation remplace la production de 12 chaudières à gaz, et que le fourrage ainsi asséché est plus riche en nutriments et vitamines et donc évite, pour l'éleveur, des investissements en compléments alimentaires importés de type soja, farines, tourteaux...
Ainsi la technologie Cogen'Air, permet de rendre viable économiquement un séchage artificiel des fourrages qui, jusque-là, était particulièrement budgétivore.
"Le coût du séchage Cogen'Air, rapporté à la botte ronde de 300 kg, est compris entre 3,5 et 7 euros la botte, amortissement et coût d'exploitation compris. Nous avons calculé, depuis les premières installations réalisées en 2013, que le temps de retour sur investissement de l'installation est situé entre 3 et 5 ans", assure Sébastien Ackermann.

Nouvelle usine et stratégie à l'export

Tout juste désigné lauréat national de l'appel à projets de l'Ademe, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, (appel à projets Nouvelles technologies émergentes), Cogen'Air semble avoir les atouts pour s'imposer, à terme, comme un outil d'optimisation des coûts de production des éleveurs... mais pas seulement.
"Toutes les activités, à l'image de l'agroalimentaire, qui ont besoin de sécher et donc qui ont des charges énergétiques importantes sont potentiellement intéressées par Cogen'Air."
Un intérêt qui se traduit dans les faits par la constante progression, depuis sa création, de Base. Aujourd'hui, la société compte 13 salariés (contre 8 en 2013) et elle embauchera 4 personnes d'ici la fin de l'année, notamment grâce à l'aide de 400.000 euros, attribuée hier par la commission permanente du Conseil régional. La société, qui espère boucler une levée de fonds de 1 million d'euros au total, travaille sur un plan d'investissement de 3 M€ sur deux ans qui lui permettra de se doter d'un nouveau site, sans doute du côté de Pessac, une usine de 1.500 m2 qui emploiera au total 50 personnes et où elle assemblera, dans de bonnes conditions, ses panneaux Cogen'Air qui pourraient assez rapidement attaquer l'export. Base prépare en effet la création d'une coentreprise à Londres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :