Anglet : Pyro Green Innovations veut détruire les doutes

 |  | 370 mots
Lecture 2 min.
Pyro Green Innovations présente sa solution comme une alternative à l'enfouissement de déchets ultimes (Photo : centre d'enfouissement de Lapouyade - 33)
Pyro Green Innovations présente sa solution comme une alternative à l'enfouissement de déchets ultimes (Photo : centre d'enfouissement de Lapouyade - 33) (Crédits : Appa)
Titulaire de plusieurs brevets internationaux, la startup basque Pyro Green Innovations est porteuse d’un procédé de production d’électricité par l’élimination, totale, de déchets ultimes. Il ne lui reste plus qu’à convaincre les élus ou industriels de signer le premier contrat qui lancera l’industrialisation de son process.

C'est à partir d'un brevet déposé, il y a quatre ans, par une société landaise aujourd'hui disparue, que l'équipe de chercheurs et techniciens (10 personnes) de Pyro Green Innovations a mis au point un procédé permettant de produire de l'énergie tout en éliminant, totalement, des déchets de toutes sortes, et sous toutes les formes. "C'est tellement efficace que beaucoup de ceux à qui nous présentons le process remettent en cause sa réalité" reconnaît Xavier Maurance, président de la startup.

De fait, malgré ses deux brevets, bientôt trois, Pyro Green Innovations, si elle se présente comme une alternative crédible à l'enfouissement et à l'incinération de déchets, tarde clairement à éliminer... les doutes des décideurs, notamment politiques. "C'est d'autant plus dommage que l'on voit des élus, des collectivités, verser des dizaines de millions d'euros en soutien de projets hasardeux et que, dans le même temps, nous avons fait l'objet d'une analyse stratégique de BPIfrance réalisée par le cabinet Erdyn qui a validé l'aspect novateur de notre procédé et précisé que notre marché potentiel est énorme."

Concurrents

Conscient que dans ce domaine d'activité, la concurrence ne manque pas, Xavier Maurance ne s'inquiète cependant pas trop. "La solution mise en avant par Innoveox est très efficace, mais elle ne s'applique qu'aux effluents. La technique de la torche à plasma (NDLR - technique choisie par Europlasma) n'est pas économiquement viable", affirme Xavier Maurance.

Aujourd'hui, c'est une équipe de l'université de Pau qui travaille, avec Pyro Green Innovations à la mise au point d'un outil de simulation qui doit lui permettre de passer l'étape du pilote expérimental. La création, en Aquitaine, d'un démonstrateur à l'échelle industrielle est à l'étude. "Nous souhaitons créer une unité capable de faire disparaître 80.000 tonnes des déchets dangereux et ultimes en produisant 15 MWE d'électricité. Cela représenterait un investissement de 60 M€ environ." La société qui a obtenu le label Jeune entreprise innovante, espère maintenant décrocher son premier contrat dans les 6 mois, pour une mise en place d'une unité d'ici 18 mois. Début 2015, elle envisage une importante augmentation de capital pour financer son projet novateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2015 à 0:10 :
ça ne vous dit rien Pyrolyse Gazefication Inertage ? projet développé jusqu'en 2005...
des espoirs ... mais quelques points noirs. bon courage, Garnier a encore frappé
a écrit le 04/10/2014 à 7:29 :
J'entend déjà les petits porteurs d'Europlasma crier et pleurer de rage...
a écrit le 03/10/2014 à 15:42 :
J'en suis (pour l'augmentation de capital) !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :