Bordeaux : l’éolienne d’Advtech cherche un vent porteur

 |  | 460 mots
Lecture 2 min.
Mise au point par Arnaud Curutchet, l'éolienne épicycloïdale d'Advtech lors des premiers tests en situation
En 2011, l’universitaire Arnaud Curutchet a mis au point la première éolienne basée sur le principe du rotor épicycloïdal. Une révolution qui, après avoir montré son efficacité, sa fiabilité et sa rentabilité, recherche le “vent porteur” de partenariats industriels et financiers pour se développer.

C'est à partir de techniques et de mécanismes utilisés depuis le XIXe siècle mais au bout de deux ans de recherche, qu'Arnaud Curutchet, docteur en électronique à Talence (33) à l'université de Bordeaux, a mis fin en 2011, dans son jardin de Cassy (33), à un problème technique qui n'avait jamais été résolu depuis l'invention, en 1990,  du "rotor de Lipp". Cette hélice révolutionnaire, imaginée par l'école navale de Brest, était censée pouvoir propulser de manière optimale un navire... censée car elle n'avait jamais été mise au point dans la pratique.
De cette innovation "sur le papier", Arnaud Curutchet a fait une éolienne plus vraie que nature. Cette éolienne dite "à pales à incidence variable" montée sur un axe horizontal, en plus d'être efficace, s'est révélée extrêmement silencieuse, un atout non négligeable dans le domaine de l'éolien.

Après la mise au point définitive du système, le dépôt d'un brevet et celui d'une marque d'éolienne (City Wind), Arnaud Curutchet et quatre associés (Benoit Paillard, Eric Le Forestier, Gabriel Cordé et Etienne Paillard) ont créé une société : Advtech, avec dans leur viseur les marchés des éoliennes de proximité et même de l'hydrolien. "Le rotor de Lipp a d'abord été imaginé comme une nouvelle hélice de bateau, autant dire que les possibilités d'utilisation de cette technique sont immenses. Nous avons planché sur l'éolien urbain, mais nous pouvons adapter la technique à la propulsion de bateaux, l'énergie hydrolienne..."

GDF-Suez serait intéressé

Des possibilités qui ont interpellé de grands acteurs de l'énergie, comme GDF-Suez dont une délégation assistera, dans quelques jours, à Bordeaux, à une démonstration de l'éolienne. Pour l'instant cependant, Advtech et son invention ne provoquent pas encore de ruées de la part de partenaires industriels et financiers.
En attendant, si une première aide de la Région Aquitaine (via Aquitaine Développement Innovation) a permis à Advtech de réaliser des travaux en soufflerie pour son éolienne à axe horizontal, sa déclinaison sur un axe vertical devrait bénéficie de nouvelles aides  pour le financement d'une étude de marché. Le nouveau prototype qui nécessitera un investissement de 25.000  € environ, sera développé grâce à un partenariat entre Unitec, qui héberge la structure, et Arts et Métiers Paristech Bordeaux (Ensam).

Après avoir trouvé le moyen d'optimiser et de fiabiliser le rotor épicycloïdal, Advtech s'attaque à un nouveau challenge tout aussi difficile : prouver aux différents marchés auxquels s'adresse son rotor que sa technologie occasionne moins de contraintes et permet une structure plus légère, moins chère et donc, de fait, qu'elle est aussi compétitive que révolutionnaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2019 à 8:24 :
Génial, mais pourquoi voulkoir la remettre en vertical ? L'intérêt d'une telle éolienne est justement son horizontalité, ce qui évite les nuisances maintenant reconnues de ces énormes éoliennes verticales. Le marché des particuliers est à portée de mains et aussi celui des fournisseurs d'électricité verte.
En 2019 où en est le projet ?
Réponse de le 03/02/2020 à 18:37 :
En fait... mais j'ai l'impression de me battre contre des moulins à vent sur ce sujet... vertical ou horizontal ne sont PAS des qualificatifs pertinents pour le principe de fonctionnement d'une éolienne! Ce n'est qu'on positionnement spatial lié à notre référentiel terrestre.
Ce qui est pertinent, c'est l'orientation de l'axe par rapport à l'écoulement.
Donc les tripales de type "hélice d'avion" sont à axe longitudinale et les Savonius, Darrius, en H et à voilures tournantes de ce genre sont à axe transversale. quelles soient verticales, horizontales, inclinées n'aura strictement aucune incidence sur le fonctionnement.
a écrit le 19/01/2016 à 11:14 :
envoyez nmoi de l'information à Anvers l'industrie a besoin debeaucoup d'enegie sqalutations Steemans
a écrit le 26/03/2015 à 12:01 :
Pour ce qui est des bruits des éoliennes, il suffit de se réfèrer aux nombreuses études. Ainsi, même atteint de surdité, ce que je ne souhaite à personne, il est possible d'être sensibilisé aux nuisances que subissent les "riverains".
Mais à contrario, je partage l'appréciation d'incrédule50 quant-à-soi une utilisation verticale, mais pas pour les mêmes raisons. En effet, il me semble que la différence de vitesse de vent entre les différentes altitudes entraînerait des contraintes mécaniques importantes. par contre, une utilisation horizontale en altitude de ce procédé me semble plus judicieuse. En tout cas, bravo à cet inventeur, les applications ne manqueront pas.
a écrit le 26/03/2015 à 12:00 :
Pour ce qui est des bruits des éoliennes, il suffit de se réfèrer aux nombreuses études. Ainsi, même atteint de surdité, ce que je ne souhaite à personne, il est possible d'être sensibilisé aux nuisances que subissent les "riverains".
Mais à contrario, je partage l'appréciation d'incrédule50 quant-à-soi une utilisation verticale, mais pas pour les mêmes raisons. En effet, il me semble que la différence de vitesse de vent entre les différentes altitudes entraînerait des contraintes mécaniques importantes. par contre, une utilisation horizontale en altitude de ce procédé me semble plus judicieuse. En tout cas, bravo à cet inventeur, les applications ne manqueront pas.
a écrit le 26/03/2015 à 12:00 :
Pour ce qui est des bruits des éoliennes, il suffit de se réfèrer aux nombreuses études. Ainsi, même atteint de surdité, ce que je ne souhaite à personne, il est possible d'être sensibilisé aux nuisances que subissent les "riverains".
Mais à contrario, je partage l'appréciation d'incrédule50 quant-à-soi une utilisation verticale, mais pas pour les mêmes raisons. En effet, il me semble que la différence de vitesse de vent entre les différentes altitudes entraînerait des contraintes mécaniques importantes. par contre, une utilisation horizontale en altitude de ce procédé me semble plus judicieuse. En tout cas, bravo à cet inventeur, les applications ne manqueront pas.
a écrit le 01/10/2014 à 1:52 :
Intéressant développement qui permet aux navires un meilleur rendement propulsif, pas d'effet cavitaire (çà aurait été utile au Titanic !), une meilleure facilité de manoeuvres, notamment. En hydrolien c'est aussi pertinent pour les rivières (faible vitesse de fonctionnement, bon rendement, courants divers, position horizontale ou verticale, coût raisonnable etc), de même que pour l'habitat en hauteur d'immeubles bien situés (très faible bruit, vitesse de rotation faible, coût raisonnable).
a écrit le 30/09/2014 à 20:37 :
Une éolienne sur un principe similaire a été construite en Suisse à Martigny, il y a une vingtaine d'années. Vous pouvez la voir au bord de l'autoroute à gauche en venant de
Vevey. Elle n'a jamais fonctionné correctement. Depuis d'autres éoliennes classiques
ont été installées dans ce couloir très venteux entre le Léman et la vallée du Rhone
Valaisanne. J'ai fait une analyse mathématique de son principe pour montrer les raisons
de cet échec, mais les "déçus" de ce projet n'ont pas voulu me parler.
Réponse de le 01/10/2014 à 1:58 :
Ce serait intéressant de préciser les raisons de l'échec et si l'éolienne en question est bien exactement similaire à celle d'Adv Tech car le principe a été démontré comme bon, par exemple par l'école Polytechnique de Montréal parmi d'autres.
Réponse de le 29/02/2016 à 22:49 :
C'est faux. Cette éolienne est unique au monde. Alors avant d'écrire n'importe quoi vérifiez la véracité de vos propos !
a écrit le 30/09/2014 à 19:31 :
Je gagne à l'euro millions ce soir et je finance tout ça.
a écrit le 30/09/2014 à 17:43 :
Une solution verticale pour l'éolienne ? en tout cas, Bravo !
a écrit le 30/09/2014 à 16:58 :
Le site Adv Tech parle d'une application pour les hydroliennes qui semble intéressante par son rendement.
Ce même site montre une simulation qui va étonner les "voileux" à cause d'un angle d'incidence par rapport au vent très important, déclenchant des turbulences...
Mais qui se rapproche de la "godille" pour ceux qui connaissent.

Le problème, pour l'application aux hydroliennes est qu'on a déjà 2 projets en concurrence ; celui de DCNS et celui de GDF Suez, les deux entreprises ayant déjà bien avancé dans leur développement.
a écrit le 30/09/2014 à 16:38 :
L'auteur oublie que si on place les éoliennes sur des grands mats, c'est parce qu'il y a beaucoup plus de vent en altitude qu'au sol.
Alors, pour placer un truc pareil à 150m de haut, ça va être coton...
Et puis faudrait arrêter avec le bruit des éoliennes. Je suis allé au pied d'une éolienne un jour où ça soufflait et le seul bruit que j'ai entendu c'est celui du vent dans les arbres qui n'étaient pas loin. Peut-être que lorsqu'on monte dans le générateur, le bruit est audible, mais 150m plus bas, ce n'est plus le cas. Si vous voulez entendre le bruit du vent ; allez sur un port de plaisance, entre le sifflement dans les haubans et les drisses qui tapent contre la mat, c'est à fuir..
Réponse de le 14/08/2015 à 16:14 :
Un petit détail intéressant...le vent porte le son. Donc à moins d'un vent vertical descendant, phénomène rare, le bruit sera plus perceptible sous le vent, et non sous l'éolienne.
Réponse de le 29/02/2016 à 22:46 :
Cher monsieur, le sujet concerne avant tout l'éolien de proximité. Il suffit l'aller sur les forums pour se rendre compte que le bruit est un des facteurs les plus souvent reproché aux éoliennes. Cdt, AC
Réponse de le 29/02/2016 à 22:51 :
Pfff. Aller voir le projet NENUPHAR (éolienne offshore) et dite moi après si les éoliennes à axe vertical n'ont pas un intérêt!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :