Europlasma, titre en phase d’ajustement technique

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
La filiale Inertam d'Europlasma (ci-dessus) vitrifie l'amiante.
La filiale Inertam d'Europlasma (ci-dessus) vitrifie l'amiante. (Crédits : Agence Appa)
L’augmentation de capital d’Europlasma a impacté le titre coté en bourse. Axel Champeil, directeur général de Champeil Asset Management (CAM), à Bordeaux, répond aux questions de La Tribune – Objectif Aquitaine.


La chute du cours d'Europlasma de 33,1 % le jour du lancement de l'augmentation de capital du groupe landais (plus de 80 salariés), le 25 septembre, à 1,15 € (contre 1,72 € en clôture la veille), avec 1,1 million d'actions échangées, est une grosse secousse que le titre semble avoir absorbée sans difficulté. Le 26 septembre, l'action était ainsi stabilisée à 1,15 €, avec plus de 500.000 échanges. Ce lundi, à la mi-journée, Europlasma affichait un recul de 2 %, à 1,12 €, avec un volume d'échange de 157.022 actions : plutôt faible pour un titre aussi spéculatif... Il est encore bien trop tôt pour juger de l'issue de cette augmentation de capital, qui s'achève le 23 octobre, et qui est proposée au prix unitaire de 0,80 €. "La chute du cours le 25 septembre est essentiellement liée à un ajustement technique. Tout d'abord parce que la majorité du capital d'Europlasma va être en cash. Ensuite parce que cette augmentation de capital va entraîner une très forte dilution du capital social, avec l'émission de plus de 34 millions d'actions nouvelles, pour un capital social initial d'un peu plus de 23 millions de titres. Avec cette dilution de plus de deux fois le capital social, il est normal que le cours tende à se rapprocher du prix fixé pour l'augmentation de capital. Ce qui est positif, c'est que le titre reste très liquide", analyse le DG de Champeil Asset Management (CAM), société partiellement impliquée dans l'actionnariat d'Europlasma.

 Des compensations

Axel Champeil estime que le prix de l'action devrait se caler autour de 1,20 € et que la situation est surtout compliquée pour les anciens actionnaires d'Europlasma, collés à un titre dont la volatilité n'a pas fait que des heureux. Si cependant l'action venait à virer au-dessous de la barre des 80 centimes, ce gestionnaire d'actifs déclare qu'il faudrait se poser des questions. Il se montre favorable à toutes les mesures prises par Europlasma pour accompagner l'augmentation de capital. "Le maintien du droit préférentiel de souscription (DPS) permet de compenser la forte dilution du titre pour convaincre les anciens actionnaires de poursuivre cette nouvelle aventure. En principe, toutes les dépenses importantes ont été faites et l'usine fonctionne. Pour être complet, il faut rajouter que l'émission de bons attachés, les bons de souscription d'action remboursable (BSAR), est un cadeau fait aux nouveaux actionnaires comme aux anciens qui vont conserver leurs titres" observe Axel Champeil. Comme une startup, Europlasma consomme beaucoup de capitaux (burning cash) et selon le DG de CAM il s'agit maintenant de passer l'éponge sur tout l'argent brûlé dans la mise au point de la centrale électrique Cho Power, à Morcenx (40), qui doit produire de l'électricité à partir de la gazéification de déchets et de biomasse. Comme en début d'année, la fiabilité de Cho Power reste un élément clé pour l'avenir du groupe.

Le site

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :