Dassault, Airbus et Alenia ont un plan commun pour le drone européen

 |  | 337 mots
Lecture 2 min.
Une drone Reaper américain
Une drone Reaper américain (Crédits : DR)
Les acteurs majeurs de l’industrie aéronautique européenne que sont Airbus, Dassault Aviation et Alenia Aermacchi proposent une approche commune pour le développement d'un drone européen de prochaine génération

L'industrie européenne, par les voix d'Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et Alenia Aermacchi, se dit prête à développer un système de drone européen de prochaine génération.
En 2013, lors du salon aéronautique du Bourget, ces sociétés avaient posé les bases d'une telle approche sur un système commun. Ces acteurs reconnus dans le secteur du drone sont désormais d'accord sur les modalités pratiques d'une approche commune.

Ils ont remis une proposition de définition plus approfondie d'un système de drone européen auprès des ministères français, allemand et italien de la Défense. Cette proposition porte sur un accord industriel sur le partage des tâches et un accord de coopération entre ces acteurs, pour le lancement du programme de drone de défense : MALE 2020 qui a pour but de concurrencer, à terme, le Reaper américain. "Il s'agit là d'une occasion unique de développer cette capacité stratégique en Europe", signalait ce matin Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Fin 2013, les trois industriels avaient estimé le coût du projet MALE 2020 à 1 Md€.

Sur la bonne piste ?

La phase de définition qui s'engage désormais prévoit que les trois nations définissent et ajustent leurs expression de besoin en faveur d'un drone européen en concertation avec leurs forces armées respectives et l'industrie européenne. Un engagement des nations vis-à-vis de la poursuite du développement de ce drone devra encore être officialisé à l'issue de la phase de définition, sachant que la proposition de l'industrie prévoit de livrer une solution certifiable et économiquement viable d'ici 2020.
Après des années d'hésitations, et l'échec du programme commun précéden,: Talarion, il semble bien que cette fois, la filière industrielle européenne du drone de défense soit sur la bonne piste pour faire décoller un système de drone "made in vieux continent" dont l'Europe de la défense manque cruellement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2014 à 22:11 :
Ca servira encore a quoi ce truc.encore un programme comme le tigre eurocopter 450 a faire et 25 ans apres 200 de faits et encore.
a écrit le 19/05/2014 à 20:10 :
En effet, tres bonne nouvelle, doit pouvoir se faire la meme chose concernant les avions de combat, une armee europeene, le train et l'energie.
Avec ca tout va rouler
a écrit le 19/05/2014 à 15:40 :
Ça c'est un projet Européen, on a un vrai gros savoir faire et tous ensemble on peux devenir parmi les leaders !
a écrit le 19/05/2014 à 15:01 :
L'électronique de bord des drones israeliens est réalisée en Suisse par des
ingénieurs Français !
Réponse de le 19/05/2014 à 15:42 :
Et l'électronique des Airbus est réalisée en Chine par des ingénieurs suisses !
Réponse de le 19/05/2014 à 15:43 :
Sont parmi les plus réputés dans le monde, c'est une manne rare très recherchée dans la Silicon vallée.
Réponse de le 19/05/2014 à 16:34 :
C'est bizarre, dans les crédits de la plupart des logiciels américains (donc de Silicon Valley) on voit des noms anglais, espagnols, italiens, portugais, indiens et eslaves mais rarement un nom de consonance française. Pourquoi en serait-il ainsi ?
a écrit le 19/05/2014 à 14:30 :
Au delà des bonnes intentions pour ce type de programme, il ne faut surtout pas perdre de vue que le "contribuable" via l'Etat a plus que son mot à dire. Il faut d'abord mettre fin aux luttes d'égos qui donnent des produits invendables; le maitre d'oeuvre c'est l'Etat et que chacun se le tienne pour dit.
Réponse de le 19/05/2014 à 14:58 :
Ne vous inquiétez pas, leur "plan en commun" ne vit encore que sur le papier, sur le tas ce sera toute une autre paire de manches.
Réponse de le 19/05/2014 à 15:42 :
Tous ces projets communs étaient sur papier ;) l'avantage c'est que les anglais ne sont pas dans ce projet, ça marchera certainement mieux avec nos convergences.
Réponse de le 19/05/2014 à 16:36 :
Des convergences entre les Français et les Italiens au-delà du cinéma ? tiens, c'est nouveau ça !...
Réponse de le 19/05/2014 à 18:07 :
Nous détestons les Anglais mais on raffole des Italiens ! viva Italia !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :