Innoveox à la rencontre d'investisseurs

Les dirigeants de la société, qui propose un process innovant de traitement des déchets toxiques, espèrent lever 12,4 M€. L'entrée en bourse aura lieu le 29 avril.
Innoveox propose des unités de traitement des déchets toxiques de petite taille
Innoveox propose des unités de traitement des déchets toxiques de petite taille (Crédits : DR)

Jean-François Lépine, fondateur d'Innoveox, entreprise qui fera son entrée en bourse le 29 avril, date de clôture de la période de souscription, est venu hier à Bordeaux. Avec Luc Hautemanière, cofondateur de l'entreprise, et Patrick Lemaître, responsable des opérations, ils ont rencontré des banquiers, gérants de fonds cotés ou non cotés et investisseurs de la place, à l'initiative de Champeil Asset Management (CAM).

L'entrée en bourse d'Innoveox va se solder par une levée de 12,4 M€. Innoveox bénéficie d'un engagement de souscription de 2 M€ et doit placer ses titres dans une fourchette comprise entre 7,50 € et 8,50 €.

Innoveox utilise en exclusivité mondiale le brevet sur l'oxydation hydro-thermale en milieu super critique (OHTS) à énergie positive du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). La société s'appuie sur un centre de recherche et développement basé à Mérignac, tandis que sa première unité de traitement a démarré à Arthez-de-Béarn (64).

Transfert de la première unité sur le site de Sobegi

De petite taille, les unités de traitement de déchets toxiques d'Innoveox (15 salariés dont 10 en Aquitaine) sont mobiles et s'installent dans les sites industriels clients. Celle d'Arthez-de-Béarn sera transférée d'ici juin de quelques dizaines de mètres, dans le périmètre de la plateforme industrielle de la Sobegi (Société béarnaise de gestion industrielle), à Lacq. Cette mobilité évite le transport des déchets. Une fois installées, les unités de traitement deviennent un sous-ensemble du process industriel global, permettant le recyclage des déchets organiques toxiques sous forme d'eau et d'énergie.

Dans l'immédiat, Jean-François Lépine et son équipe évaluent leur premier marché cible (industries du pétrole, de la chimie, de la santé) à 6 Md€ par an.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.