Marbotic, l’apprentissage du bout des doigts

 |   |  546  mots
Marie Mérouze, fondatrice de Marbotic
Marie Mérouze, fondatrice de Marbotic (Crédits : Objectif Aquitaine / Appa)
Marie Mérouze a fondé Marbotic, qui propose une application pour tablettes tactiles alliant innovation pédagogique et technique. Elle veut donner un coup d’accélérateur à sa jeune société.

Des couleurs vives, un graphisme épuré et une vraie bonne idée. "10 doigts", l'application imaginée par Marbotic, l'entreprise de Marie Mérouze, a déjà été téléchargée 10.000 fois partout dans le monde depuis son lancement en août 2012. La jeune Bordelaise propose là un concept original destiné aux enfants qui, en posant leurs doigts sur la tablette tactile, jouent avec les chiffres tout en apprenant à compter. La variante de cette application, "10 chiffres", rend possible l'interaction avec les chiffres en bois. L'enfant doit ainsi poser le jouet correspondant sur la tablette, débute les additions pour les plus âgés d'entre eux… etc. "10 chiffres" est disponibles en huit langues, dont le basque.

Un écosystème bordelais

L'univers de la pédagogie est bien connu de Marie Mérouze. Cette ingénieure passée par Centrale Paris a travaillé sept ans au sien de Maxicours, site de soutien scolaire en ligne. Intéressée par les modes d'enseignement alternatifs comme Montessori, qui laisse une large part à l'éducation sensorielle et à l'affect, Marie Mérouze regrette le peu de place qu'offrent ces courants aux nouvelles technologies. Survient l'idée d'un jeu mélangeant les tablettes tactiles, qui agissent comme des aimants sur les enfants, et des objets solides pour ne pas les priver de l'apprentissage de la motricité.

Lauréate du concours de l'incubateur de Centrale Paris, Marie Mérouze peaufine son projet, crée son entreprise et lance son application en 2012, tout en quittant Paris pour Bordeaux. Seule à bord de Marbotic, même si elle a trouvé à Bordeaux "un écosystème riche et beaucoup de gens prêts à s'entraider", la jeune femme fait ses premiers pas en tant qu'entrepreneure. Un appel à projets du Conseil régional dont elle a été lauréate (70.000 €) lui a donné un peu d'air pour poursuivre ses recherches.

Deux brevets déposés

Car le concept développé par Marbotic, hébergée à la Cité numérique après l'avoir été à l'incubateur régional, est en fin de compte assez complexe à mettre en œuvre. Marie Mérouze a déposé deux brevets, l'un portant sur la technologie d'interaction jouets en bois / tablette qu'elle a inventée, et l'autre sur le procédé industriel pour façonner ces jouets. Ces derniers sont bien plus complexes qu'il n'y paraît de prime abord, équipés de capteurs conducteurs et fonctionnant grâce à l'électricité statique du corps humain. Une horreur à industrialiser en petites et moyennes séries ! L'application fonctionne avec ou sans les chiffres en bois sur iPad, uniquement sans sur Android. Un manque en passe d'être comblé prochainement avec le concours de la société bordelaise BeTomorrow.

Aujourd'hui, Marie Mérouze est à la croisée des chemins. Elle compte développer la gamme d'applications en proposant d'autres jeux utilisant les formes ou les couleurs, s'interroge sur l'opportunité d'accueillir un ou une associé(e) qui pourrait l'aider à développer le volet commercial. Cherche à résoudre les difficultés liées aux technologies toutes différentes des marques de tablettes, ainsi qu'à trouver un bon partenaire industriel. Une levée de fonds de 150.000 à 300.000 € est aussi envisagée. Marie Mérouze entrevoit un gros potentiel aux Etats-Unis mais aussi en Asie, "gadgetophile et très avancée en matière d'éducation".

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :