Aéroport de Bordeaux-Mérignac : 140 M€ investis pour accompagner sa croissance

 |   |  538  mots
(Crédits : HL)
L’aéroport de Bordeaux-Mérignac continue de prendre son envol. Avec 6,8 millions de passagers en 2018, les projections tablent sur près de 10 millions en 2023. Dans ce contexte, 140 M€ autofinancés à plus de la moitié par la Société Aéroportuaire, vont être investis pour augmenter les capacités en terme de passagers et d’avions, pour gagner en confort et en qualité de service, et pour apporter une meilleure accessibilité. Plusieurs chantiers sont lancés dès cette année.

Bordeaux-Mérignac est l'aéroport qui présente, en France, la plus forte dynamique de croissance. "Quand nous sommes à +8 ou 9 % de croissance chaque année, les autres oscillent entre +0,5 et 2 % ce qui fait qu'au fil des années, la courbe s'envole pour Bordeaux-Mérignac", explique Jean-Luc Poiroux, directeur du développement commercial de la société Aéroport de Bordeaux-Mérignac, qui se base sur les chiffres à sa disposition depuis 2007, date à laquelle l'aéroport a officiellement annoncé son nouveau statut de société aéroportuaire de droit privé.

Vers 10 millions de passagers en 2023

"La progression est permanente depuis 2009, avec en tout +104 % de croissance", complète Pascal Personne, directeur de l'aéroport de Bordeaux. Il y a eu 6,8 millions de passagers en 2018. 7,5 millions sont attendus cette année, pour monter jusqu'à près de 10 millions de passagers en 2023 selon les prévisions.

"Cette croissance est très clairement liée au développement du low cost, avec l'ouverture du terminal Billi en 2010, l'implantation d'une base Easyjet en 2018 et d'une base Ryanair cette année", ajoute Jean-Luc Poiroux.

La tendance ne devrait donc pas s'inverser. "Le terminal Billi devrait accueillir 4 millions de personnes en 2023, soit le double du trafic observé en 2017."

Extension et modernisation du terminal Billi

Parmi les chantiers prévus d'ici 2023, figure donc logiquement un aménagement de ce terminal. Une enveloppe de 18 M€ y sera consacrée. Au programme notamment, dès cette année une extension de 500 m2 de la zone d'enregistrement avec la mise en place d'équipements de dépose autonome de bagages de soute. Pour préparer la saison estivale 2021, 5.000 m2 de surfaces supplémentaires sont ensuite annoncés. "Le nombre de vols traités simultanément passera ainsi de 6 à 10", explique Stéphane Teulé Gay, directeur des opérations techniques.

Accueillir des avions supplémentaires

La construction de la nouvelle jetée « Satellite 3 » dédiée à internationale  sera également lancée le mois prochain avec un objectif de livraison pour l'été 2020. L'aménagement permettra de traiter 4 avions en escale simultanément. En ajoutant la zone de stationnement dite Alpha à proximité, en tout, ce sont 9 avions de type A320/B737 qui pourront stationner en même temps.

Des contrôles plus rapides

Parmi les grands chantiers également annoncés, la construction d'un grand terminal de jonction des halls A et B a été inscrite au tableau des objectifs de l'année 2023 pour un coût qui s'élèvera à 47 M€. 8 postes d'inspection filtrage permettront alors le contrôle de 1.600 voyageurs par heure au départ, contre 800 actuellement.

15 M€ seront enfin consacrés à l'évolution des parcs de stationnement. L'étude des évolutions de trafic de l'aéroport a mis à jour le besoin d'une augmentation de capacité de 3.000 places supplémentaires.

"Ce plan d'investissement d'un montant global de 140 M€ autofinancés à plus de la moitié par la Société Aéroportuaire, répond à 3 enjeux, un enjeu capacitaire pour accueillir plus de passagers et plus d'avions, un enjeu de confort et de qualité de service tout en restant fidèle à notre modèle économique et à un enjeu d'accessibilité", insiste Pascal Personne.

L'aéroport est situé au cœur de l'Opération d'Intérêt Métropolitain Bordeaux-Aéroparc où 10.000 emplois devraient être créés d'ici 2030.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :