Bordeaux Aéroparc : 220 M€ pour décongestionner la zone

 |   |  516  mots
La zone de Bordeaux Aéroparc comprend notamment le nouveau campus de Thales ainsi que l'aéroport
La zone de Bordeaux Aéroparc comprend notamment le nouveau campus de Thales ainsi que l'aéroport (Crédits : Augusto da silva – Graphix Images)
Bordeaux Métropole vient de présenter un "plan d'actions mobilités" chiffré à 220 M€ sur 5 ans pour fluidifier la circulation sur la zone aéroportuaire de Bordeaux-Mérignac.

Ca sature déjà fortement, et au vu du développement des entreprises qui y résident et des projets à venir, ce n'est pas prêt de finir. La zone aéroportuaire sur Bordeaux et Mérignac, totalement congestionnée, attire sur elle de nombreuses critiques tant son accessibilité est réduite. Le secteur regroupe déjà 40.000 emplois et 10.000 de plus sont attendus dans les prochaines années avec l'émergence de l'opération d'intérêt métropolitain (OIM) baptisé Bordeaux Aéroparc.

Le monde économique fustige depuis des années les difficultés d'accès à cette partie de la métropole. Récemment, le président de la Chambre de commerce et d'industrie, Patrick Seguin, s'était fendu d'un gros coup de gueule en profitant d'une conférence de presse d'Hop ! Air France pour dire tout le mal qu'il en pensait :

"Le problème, c'est la thrombose du trafic routier matin et soir. Nous sommes en désaccord sur les investissements qui se font dans ce secteur. Nous sommes bien sûrs ravis que le tramway desserve l'aéroport, même si on parle maintenant de 2021 plutôt que de 2019. Mais tout le monde ne viendra pas en tramway à l'aéroport, ni via les pistes cyclables qui sont envisagées dans le programme."

Lire aussi : La CCI pousse un coup de gueule contre la desserte de l'aéroport de Bordeaux


L'élu consulaire n'avait alors pas eu peur de "parler voitures, même si ce n'est pas politiquement correct". Sa tirade et le ras-le-bol des entreprises de cette zone ont-ils été entendus ? Toujours est-il que lundi matin était convoquée une table ronde présidée par Alain Juppé, président de la Métropole et maire de Bordeaux, et Alain Anziani, maire de Mérignac. Elle a associé le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset, de Virginie Calmels, vice-présidente de la Métropole et présidente de l'OIM Bordeaux Aéroparc, les maires de Saint-Aubin-de-Médoc, de Gradignan, de Saint-Médard-en-Jalles, ainsi que des représentants de la CCI Bordeaux Gironde, du préfet, du Conseil départemental et de plusieurs entreprises de ce territoire. La réunion a présenté un plan autour de la mobilité proposant d'injecter 220 M€ sur 5 ans combinant plusieurs axes :

  • "Un investissement important dans le réseau routier", pour la moitié du budget total, la poursuite de la mise à 2x3 voies de la rocade (67 M€ fléchés) et un doublement des capacités des principaux axes d'accès à l'aéroport
  • Le renforcement du réseau de transports en commun avec le prolongement du tramway jusqu'à l'aéroport à l'horizon fin 2021 et la mise en place d'un bus à haut niveau de service
  • Le développement du circuit de pistes cyclables

Christophe Duprat, vice-président de la Métropole en charge des Transports, a livré quelques autres pistes lors d'une interview sur France Bleu Gironde, comme la création de parkings géants au nord et au sud de l'agglomération où les poids lourds en transit seraient parqués pendant les heures de pointe sur la rocade.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :