LGV Tours - Bordeaux : les derniers rails posés, les banques débloquent 140 M€

 |   |  275  mots
Les travaux d’équipements ferroviaires sur la LGV Tours-Bordeaux représentent 1.400 km de longs rails soudés, 1.100.000 traverses béton, 3 millions de tonnes de ballast, 14.000 poteaux caténaires.
Les travaux d’équipements ferroviaires sur la LGV Tours-Bordeaux représentent 1.400 km de longs rails soudés, 1.100.000 traverses béton, 3 millions de tonnes de ballast, 14.000 poteaux caténaires. (Crédits : Jean-Daniel Guillou)
Alors que Lisea, société concessionnaire de la LGV Tours Bordeaux, annonce que les derniers rails viennent d'être posés, le consortium bancaire chargé du financement a débloqué lundi 140 M€ de crédits pour la poursuite des travaux, même si la SNCF n'a pas varié sur ses propositions de 16,5 dessertes quotidiennes entre Bordeaux et Paris.

Il y a un mois, les banques, qui s'inquiétaient de ce qu'elles considéraient comme un trop faible nombre de dessertes pour assurer la rentabilité de la ligne, stoppaient le financement des travaux de la LGV : la SNCF proposait 16,5 dessertes quotidiennes directes entre Bordeaux et Paris, quand Lisea, filiale de Vinci et concessionnaire de la ligne, qui se rémunère par une redevance sur le trafic des trains, en réclamait 19 afin de couvrir ses frais annuels de 250 M€.
Le pool bancaire a finalement décidé lundi de débloquer 140 M€ pour la poursuite des travaux, alors que la SNCF n'a pas varié sur sa proposition de 16,5 dessertes. Lisea, qui vient de terminer la pose des derniers rails, peut donc annoncer la suite des travaux.

Premiers essais au deuxième semestre 2016

Les derniers longs rails de la LGV SEA Tours-Bordeaux ont été soudés en Gironde au nord du Viaduc de la Dordogne. Cette étape symbolique, réalisée dans le respect du planning, annonce la fin prochaine des travaux d'équipements ferroviaires.
Le chantier ferroviaire continue sa progression vers le sud et le nord du tracé au rythme moyen de 650 mètres par jour. Plusieurs étapes succèdent en effet à la pose des longs rails soudés : le ballastage et relevage de la voie, le déroulage de la caténaire (fil de contact qui apporte l'alimentation électrique aux trains), les derniers contrôles et réglages. Ces travaux se poursuivront jusqu'en milieu d'année 2016.

Durant le deuxième semestre 2016, débuteront les essais dynamiques de la LGV SEA Tours-Bordeaux, pour une mise en service de la ligne prévue à l'été 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2016 à 1:40 :
D'un coté, au moins on sait ou passe notre fric. D'un autre coté, lorsque je paye 60 € pour un Aller simple Tours > aéroport CDG (200kms) et 500 € (avec escale) pour un aller et retour Paris Bangkok (24.000 kms), je me dis qu'il y a peut être un problème !!
a écrit le 31/12/2015 à 16:22 :
"la pose des longs rails soudés" le TGV est un truc pour pays riches qui peuvent construire des voies rien que pour lui, on ne peut donc pas en exporter partout partout.
a écrit le 29/12/2015 à 12:26 :
encore une concession qui va couter cher aux usagers sncf et...aux contribuables
42 000 € environ par trajets seront au minimum facturé par vinci (250 m€/nbre de trajet 16.5*364)
15 millions de passagers c'est le potentiel indiqués ce qui représenterait une augmentation du billet à minima de 16 € en moyenne (250 millions d'euros/15 millions nombre de passager estimé), le temps c'est de l'argent, vinci l'a bien compris et le partenariat public privé a toujours été une mauvaise affaire pour l'état et les collectivités territoriales

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :