Le Port de Bordeaux (GPMB) reçoit 400.000 € de l’UE

L’Union européenne vient d’attribuer 400.000 euros au Port de Bordeaux pour soutenir un projet intégrant sa stratégie 2015-2020 de transition énergétique. Objectif : accompagner les entreprises du domaine portraire de Bordeaux pour réduire leur consommation d’énergie et mener les études destinées à qualifier le potentiel du fleuve pour l’énergie hydrolienne.

2 mn

Les résultats de ce projet viendront alimenter une initiative de plus grande envergure visant à mettre en œuvre la même méthodologie dans le port de Bordeaux et dans d'autres ports européens.
Les résultats de ce projet viendront alimenter une initiative de plus grande envergure visant à mettre en œuvre la même méthodologie dans le port de Bordeaux et dans d'autres ports européens. (Crédits : GPMB)

Le projet Péépos Start Up, déposé par le Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB) dans le cadre du programme RTE-T (Réseau transeuropéen de transport) et dont le montant total s'élève à 813.200 €, va être financé à 50 % par l'Union européenne. Il s'agit pour l'Europe d'encourager les projets pour réaliser des économies d'énergie et produire des énergies alternatives afin de diminuer la dépendance du secteur des transports à l'égard du pétrole et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le programme RTE-T a été établi par la Commission européenne afin de soutenir la construction et la modernisation des infrastructures de transport. Les résultats de ce projet viendront alimenter une initiative de plus grande envergure visant à mettre en œuvre la même méthodologie dans le port de Bordeaux et dans d'autres ports européens. Péépos Start Up (Port à économie et énergie positives) est la première phase (2014-2015) d'une stratégie globale du Grand Port de Bordeaux pour la transition énergétique.

1er parc européen de turbines hydrocinétiques

Les activités intenses de transport et de logistique basées sur le pétrole dans les ports européens peuvent avoir une incidence importante sur l'environnement. Ce projet répondra d'abord à la nécessité de gérer l'énergie de manière durable en donnant lieu à l'élaboration d'un train de mesures environnementales reproductibles : les entreprises du domaine portuaire de Bordeaux vont s'engager dans une démarche énergétique d'abord avec un audit, ensuite avec un plan d'actions pour réduire leur consommation d'énergie.
Il s'agit également à travers Péépos de soutenir le développement de la filière hydrolienne fluviale. Des études sont en cours dans ce cadre pour qualifier de façon précise le potentiel du fleuve. L'Europe évoque ainsi en annonçant son aide au Port de Bordeaux la possible construction du premier parc européen de turbines hydrocinétiques dans l'estuaire de la Gironde. Cette première phase d'étude devrait être achevée fin décembre 2015. Un projet d'autant plus en phase avec l'actualité que la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a annoncé le prochain lancement d'un Appel à manifestation d'intérêt (Ami) sur les hydroliennes fluviales. Il s'agira du premier Ami pour cette source d'énergie, alors qu'un appel à projet a déjà été  attribué pour l'hydrolien marin.  
Le projet du Port de Bordeaux devrait être achevé d'ici à décembre 2015.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/03/2015 à 19:22
Signaler
Sur les 20 milliards d'euros que la France dépense chaque année pour participer au budget de cette Désunion Européenne, c'est limite insultant cette information.

à écrit le 25/03/2015 à 19:17
Signaler
La France donne bien plus à l'Europe qu'elle n'en reçoit. En sortir nous ferait mathématiquement faire des économies. C'est bien, mais c'est un peu de notre argent qu'elle nous redistribue.

à écrit le 24/03/2015 à 15:22
Signaler
Que l'UE est généreuse avec l'argent des autres!! Ce qui l’intéresse c'est la pub faite autour!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.