Bordeaux, l'union sacrée contre la privatisation de l’aéroport

 |   |  848  mots
Alain Anziani, Alain Juppé, Pierre Goguet, Alain Rousset et Alain Charrier
Alain Anziani, Alain Juppé, Pierre Goguet, Alain Rousset et Alain Charrier (Crédits : Agence Appa)
Le sort de l’aéroport international de Bordeaux-Mérignac mobilise les poids lourds de la politique et de l’économie d’Aquitaine dans un front uni anti-privatisation. Pas question de lâcher une infrastructure gérée localement avec succès.

Ne pas finir comme l'aéroport de Toulouse, vendu à l'encan à un groupement d'investisseurs sino-canadien. C'est, en résumé, la position exprimée ce jeudi matin par la coalition d'élus de Bordeaux, de Gironde et d'Aquitaine désireux de mettre leur unité en avant. Pivot de cette équipe constituée d'Alain Anziani, sénateur-maire (PS) de Mérignac, Alain Charrier, conseiller général (PS) de la Gironde, représentant Philippe Madrelle, Alain Juppé, maire (UMP) de Bordeaux, président de Bordeaux Métropole, et Alain Rousset, président (PS) du Conseil régional d'Aquitaine : Pierre Goguet, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux (CCIB), a souligné que l'aéroport international de Bordeaux-Mérignac dépasserait bientôt les 5 millions de passagers par an et qu'il générait plus de 6 Md€ de retombées économiques globales.

"Aux vues de ce qui s'est déjà passé à Toulouse et de ce qui est prévu pour les aéroports de Nice et Lyon, la position que nous défendons est que notre collectif puisse contrôler à terme la majorité du capital de la société Aéroport de Bordeaux-Mérignac (ADBM). Que les choses soient claires, nous n'avons pas besoin d'un opérateur privé pour nous apprendre à manager cet aéroport", a aimablement prévenu Pierre Goguet.


Préserver la souveraineté


L'Etat détient 60 % du capital, la CCIB et les collectivités les 40 % restants. L'idée du groupement est de racheter 10 % des actions d'ADBM - plus une - à l'Etat. Cette proposition a officiellement été faite le 16 février dernier au Premier ministre Manuel Valls, dans un courrier cosigné par la CCIB, Bordeaux Métropole, le Conseil général de la Gironde, le Conseil régional d'Aquitaine et la Ville de Mérignac, a rappelé Alain Juppé.

"L'aéroport international de Bordeaux enregistre la plus forte croissance de trafic en France, hors Paris. Cet outil majeur du développement économique a pris le virage qu'il fallait avant l'arrivée du TGV, avec le développement de nouvelles destinations européennes ou extra-européennes, s'est félicité le président de Bordeaux Métropole. C'est en plus un pôle d'activité majeur, a-t-il poursuivi, avec une forte dimension militaire, puisqu'il accueille le commandement des forces aériennes, avec ses 3.000 hommes, et la Simmad (Structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la défense). Ce qui justifie plus qu'ailleurs une maîtrise publique aéroportuaire."

 
Incertitude juridique

Autant dire que le patron de la Région, Alain Rousset, était sur la même longueur d'onde qu'Alain Juppé. Longtemps considéré comme un socialiste atypique, parce qu'il soutient les entreprises, Alain Rousset ne badine pas avec la souveraineté nationale et s'est ouvertement inquiété de ce qui pourrait finalement apparaître comme une dangereuse dérive.

"Le modèle type de la privatisation est différent de celui de la concession. Le modèle de la privatisation, comme à Toulouse, est plus inquiétant et ne correspond même pas à ce qui se pratique aux Etats-Unis, où les pouvoirs publics gardent la main. En France, on a l'impression que les contingences budgétaires prennent aujourd'hui l'ascendant sur les impératifs de la puissance publique" a-t-il lâché, estimant que la gestion des aéroports se trouve dans une forme "d'incertitude juridique que la loi Macron n'affine pas". Le président de la Région est revenu sur les 12.000 emplois directs générés par l'aéroport et l'implantation d'entreprises stratégiques, comme Dassault, Safran et Thales, dans son périmètre ou à proximité immédiate.

10 % pour 10 à 20 M€ ?

Alain Rousset n'a pas exclu que ces groupes aéronautiques puissent s'impliquer dans un travail de lobbying au profit la solution bordelaise à la gestion de l'aéroport, éventuellement même en participant, de façon très minoritaire, au financement du rachat des 10 % du capital d'ADBM. Alain Anziani a complété cette approche en rappelant que l'aéroport de Bordeaux-Mérignac est couvert par "le label confidentiel défense", tout comme les entreprises implantées, et que l'aéroport de Lyon ne dispose pas d'une aussi puissante zone industrielle, Alain Charrier observant de son côté que, "ce qui est bon pour la métropole est aussi bon pour le département".

Si l'Etat accepte, via l'APE (Agence des participations de l'Etat), de négocier avec ce groupement la question financière deviendra cruciale. Personne n'a souhaité s'étendre sur le sujet, la valeur de la société n'étant pas connue avec précision et son appréciation par l'APE encore moins. Alain Rousset a risqué une estimation de 10 à 20 M€ pour les 10 % de capital. A condition que l'Etat (autrement dit Bercy, même si personne n'a évoqué le nom de la place-forte des comptes publics) n'essaie pas "de retirer le maximum de cash de l'opération : si c'est le cas nous n'irons pas loin", a commenté Alain Rousset. Les responsables coalisés sont pour le moment satisfaits d'un premier résultat : avoir constitué un front uni capable de proposer une solution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2015 à 23:35 :
Faut être particulièrement bas du front pour penser que vendre nos aéroports au privé constitue une bonne opération pour l'Etat. On l'a vu récemment avec la privatisation des autoroutes. L'Etat est peut-être un mauvais gestionnaire, mais c'est un vendeur bien pire. Qu'il garde la main sur ses grandes infrastructures, le pays ne s'en portera que mieux. Sinon, on finira comme la Grèce, bradée aux Chinois !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :