Les aéroports aquitains ont généré 7,7 Md€ en 2013

 |   |  1366  mots
Les emplois industriels représentent près du quart du total, ce qui est directement lié aux entreprises implantées sur l'aéroport de Bordeaux-Mérignac
Les emplois industriels représentent près du quart du total, ce qui est directement lié aux entreprises implantées sur l'aéroport de Bordeaux-Mérignac (Crédits : DR)
Une étude d’impact menée par les CCI d’Aquitaine estime à 7,7 milliards d’euros la valeur économique générée par les aéroports aquitains Bordeaux-Mérignac, Biarritz-Anglet-Bayonne, Pau-Pyrénées, Bergerac-Dordogne-Périgord.

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma sectoriel "Equipements gérés et aménagement du territoire" adopté en octobre 2012, les CCI d'Aquitaine ont mené une étude d'impact économique des aéroports de Bordeaux-Mérignac, Biarritz-Anglet-Bayonne, Pau-Pyrénées, Bergerac-Dordogne-Périgord (1) qui révèle que ces infrastructures génèrent une valeur de 7,7 milliards d'euros dans l'économie régionale.

Dans un contexte international où le trafic ne cesse d'augmenter (3,1 milliards de passagers en 2013 dans le monde en hausse de 5,2 % sur 2012/2013, doublement du nombre de passagers dans le monde à l'horizon 2034 par rapport à aujourd'hui, pour s'établir à 7,3 milliards), les infrastructures aquitaines ont enregistré près de 7 millions de passagers en 2014.

Ces infrastructures peuvent être classées en trois catégories : un aéroport d'envergure internationale: Bordeaux-Mérignac ; trois aéroports régionaux : Biarritz-Anglet-Bayonne, Pau-Pyrénées et Bergerac-Dordogne-Périgord ; deux aéroports à Obligation de service public (OSP) : Agen-La Garenne et Périgueux-Bassillac.

Les aéroports aquitains présentent trois profils correspondant à des développements différents. Bordeaux-Mérignac présente légèrement plus de passagers sur des lignes nationales en 2014 (56 % du total) avec forte progression des passagers sur vols internationaux (+ 60 % entre 2010 et 2014). Biarritz-Anglet-Bayonne et Pau-Pyrénées sont davantage tournés vers le trafic national (respectivement 79 % et 99 % de leurs lignes). Bergerac-Dordogne-Périgord est clairement porté sur le développement international (12 lignes sur 13). Il représente donc 10 % du trafic international aquitain, alors qu'il ne génère que 4 % du trafic total régional.
 
L'étude de la valeur économique de ces aéroports tient compte des impacts directs, indirects et induits. L'impact direct concerne les richesses produites par les entreprises et les administrations de la plateforme (masse salariale, la fiscalité locale, les dépenses de consommation et les investissements). L'impact indirect concerne les dépenses effectuées par les passagers auprès des prestataires de biens et services localisés dans la région, hors plateforme aéroportuaire (dépenses effectuées lors de leur séjour et la durée de leur séjour). L'impact induit concerne les flux monétaires issus de l'impact direct et indirect quantifiant le rôle d'entraînement dans l'économie régionale.

9.013 emplois, 159 établissements, 7,7 milliards d'euros

Les 159 établissements implantés sur les plateformes aéroportuaires des 4 aéroports aquitains retenus dans cette étude représentent 9.013 emplois, dont près du tiers est lié à la gestion et l'exploitation des aéroports. Les emplois industriels représentent près du quart du total, ce qui est directement lié aux entreprises implantées sur l'aéroport de Bordeaux-Mérignac.

Les commerces et services comptent un nombre important d'établissements (plus du tiers du total). Ils comprennent les points de vente situés dans les locaux des aéroports (restauration, presse, commerces de détail, loueurs de véhicules, etc.). La catégorie "autres" correspond essentiellement à la Base aérienne 106 implantée sur le périmètre de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac.

L'impact économique direct généré par les aéroports aquitains s'élève à 709 millions d'euros, pour 9.013 salariés. Les frais de personnel correspondent au poste de dépense le plus important (54 % du total). Bordeaux-Mérignac représente près de 90 % de ce total, notamment avec la présence de grandes entreprises industrielles (Dassault, Sabena Technics, Sogerma-EADS) ou de la Base militaire 106.

L'impact économique indirect annuel généré par les aéroports aquitains s'élève à 972 millions d'euros. La part que Bergerac-Dordogne-Périgord et Biarritz-Anglet-Bayonne représentent dans le total (7 et 17 %) est liée à leur clientèle majoritairement composée de visiteurs venus pour faire du tourisme, dont les dépenses et les durées de séjour sont plus élevées que les autres profils. Ainsi le poids de l'impact indirect de l'aéroport de Bergerac-Dordogne-Périgord (7 %) dans l'impact indirect régional est relativement élevé au regard de la part que représentent ses passagers dans le total du trafic aquitain (4 %).

L'impact économique induit annuel généré par les aéroports aquitains s'élève à 5.980 millions d'euros, assuré à 82 % par l'aéroport de Bordeaux-Mérignac (4.898 M€), suivi par Biarritz-Anglet-Bayonne, Pau-Pyrénées et Bergerac-Dordogne-Périgord.
L'impact économique global, qui additionne les impacts direct, indirect et induit, représente ainsi une valeur économique de près de 7,7 milliards d'euros.

La clientèle internationale déterminante

Le trafic international aquitain représente en 2014 un total de plus de 2,6 millions de passagers, soit 38 % du trafic total régional. Et il ressort également de cette étude que l'offre low cost est souvent déterminante pour les passagers des aéroports aquitains, puisque près d'un sur quatre n'aurait pas effectué le vol s'il n'avait pas été low cost. Près de 1,7 millions de passagers se seraient pas venus sans les lignes low cost existantes.  
Le prix reste l'élément déterminant dans le choix d'une ligne low cost, pour tous les aéroports aquitains, à l'exception de celui de Bergerac-Dordogne-Périgord. La spécificité de sa clientèle est d'être constituée pour une grande part de visiteurs longue durée, voire résidents, de nationalité britannique, belge et néerlandaise, contraints donc d'utiliser les moyens de transports mis à leur disposition.
 
Au terme de cette étude, les CCI estiment que pour renforcer leur rôle dans l'économie régionale et participer au développement économique de leurs territoires, il existe deux voies complémentaires pour les aéroports aquitains. Il s'agit de développer les plateformes (donc l'impact économique direct) et l'implantation des entreprises au sein des pôles économiques que sont les aéroports, ce qui implique de maintenir les investissements sur les plateformes (aérogares, pistes, parc auto, etc.),  favoriser l'accessibilité et l'attractivité des aéroports, organiser la gestion de leur patrimoine foncier et réfléchir à la commercialisation des espaces disponibles pour l'implantation d'activités, travailler sur les enjeux liés au développement durable pour améliorer leur intégration dans leur environnement géographique, mais également réduire pour certains la contrainte que représente leur situation spatiale.

L'étude estime qu'il faut également développer et renforcer la recherche d'une clientèle internationale et de touristes. Le développement concerté de liaisons aquitaines avec certains pays ayant un niveau de vie économique élevé ou en développement est à privilégier. Beaucoup de pays européens n'ont qu'une seule liaison avec l'Aquitaine, voire aucune. C'est par exemple le cas de l'Allemagne (une seule liaison vers Munich au départ de Bordeaux-Mérignac en 2014), alors même qu'elle fait partie des pays cibles prioritaires du Programme régional d'internationalisation des entreprises (PRIE) mis en place par le Conseil régional d'Aquitaine et l'ensemble des partenaires de l'international depuis 2014.

En conclusion de cette étude, les CCI estiment qu'il est "primordial que les collectivités territoriales accompagnent l'activité des plateformes aéroportuaires qui irriguent l'ensemble des territoires aquitains. Le Conseil régional d'Aquitaine, chef de file du développement économique et de l'aménagement du territoire, doit s'impliquer fortement dans le développement des aéroports aquitains. Il doit définir une politique aéroportuaire pour l'aménagement durable de l'ensemble des territoires aquitains. Cette politique doit s'inscrire en cohérence avec la politique régionale en faveur des autres modes de transport."
Bernard Uthurry, vice-président du Conseil régional d'Aquitaine chargé des infrastructures et transports, précise que cette étude devra être élargie aux autres aéroports régionaux dans le cadre de la réforme territoriale et rappelle que la Région accompagne "déjà les aéroports régionaux dans le cadre de leur développement au service du territoire sur les programmes d'investissement capacitaire qui permettent la croissance du nombre de passagers et du nombre d'avions. Mais nous n'intervenons pas pour le fonctionnement ou pour subventionner le low cost."


www.aquitaine.cci.fr

(1) Source : Etude d'impact économique des aéroports Bordeaux Mérignac, Biarritz Anglet Bayonne, Pau Pyrénées, Bergerac Dordogne Périgord. Le périmètre retenu concerne les aéroports de Bordeaux Mérignac, Biarritz Anglet Bayonne, Pau Pyrénées et Bergerac Dordogne Périgord. 1.762 passagers et 77 entreprises ou organismes au total ont répondu à l'enquête effectuée dans les quatre aéroports aquitains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2015 à 12:27 :
pour quel coût global ? les gens seraient venus en voiture ou train pour les vacances. A part la clientèle lointaine et internationale, l'intérêt d'avoir 4 aéroports dans une zone si restreinte est un non sens économique...
a écrit le 27/02/2015 à 10:44 :
Encore une étude, une étude pour rien, ... Lalalalala
a écrit le 27/02/2015 à 8:27 :
Les revenus indirects sont dûs à l'attractivité de la région. L'aéroport est juste le moyen pour y venir...
On en reparlera quand Bordeaux sera à 2 heures de tgv de Paris...
a écrit le 27/02/2015 à 8:04 :
On continue à endormir le contribuable local par ces chiffres euphorisants... pour le maintien des subventions publiques.
Aéroport de Bergerac en 2014 : 277 312 passagers (sensiblement comme en 2009).
Avec 106 employés dont sept contrôleurs aériens pour deux avions par jour.
Avec un déficit annuel de plus d'1million d'euros... depuis 2006.
Après ce communiqué de presse dans "La Tribune", on attend maintenant l'article louangeux du journal Sud Ouest sur "le miracle économique" ou "le pari réussi" de l'aéroport international Bergerac-Roumanière...
a écrit le 27/02/2015 à 6:56 :
La COUR DES COMPTES au même moment (2013) est beaucoup moins enthousiaste et fait des révélations surprenantes sur la gestion des ces aéroports :
https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Chambre-de-commerce-et-d-industrie-CCI-de-la-Dordogne-Perigueux-Dordogne
a écrit le 26/02/2015 à 21:34 :
Et pourquoi la mafia des cci doivent intervenir dans ces entreprises ???
a écrit le 26/02/2015 à 21:10 :
Quelle coherence ? Avec un PIB de l'Aquitaine à 90mds€, l'etude conclue donc que 10% provient des aeroports...Reflechissez un peu avant de publier de tels chiffres...
a écrit le 26/02/2015 à 20:11 :
Puisque ils sont rentables, c'est le moment de les vendre afin de payer les retraites de nos fonctionnaires.
a écrit le 26/02/2015 à 18:26 :
Des études d'impact (vieilles de deux ans) menées par ces mêmes CCI qui gèrent des aéroports au trafic passagers en baisse (pour trois sur quatre d'entre eux) et dont la gestion est lourdement déficitaire ? Qui veut-on convaincre ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :