Aquitaine Poitou-Charentes : la SNCF prépare 2017

 |   |  1369  mots
A Bordeaux, le trafic reste cette année relativement stable avant l'arrivée de la LGV et un trafic qui devrait exploser et passer de 11 à 18 millions de voyageurs
A Bordeaux, le trafic reste cette année relativement stable avant l'arrivée de la LGV et un trafic qui devrait exploser et passer de 11 à 18 millions de voyageurs (Crédits : Reuters)
75 ans après la constitution de la SNCF, la loi du 4 août 2014 a réformé le système ferroviaire français et a rassemblé RFF (gestionnaire du réseau) et la SNCF (exploitante commerciale du réseau). 2015 s’inscrit comme une année de transition pour rassembler les différentes entités de l’établissement public. C’est ainsi qu’Olivier Devaux, directeur régional SNCF Aquitaine Poitou-Charentes, et Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau Aquitaine Poitou-Charentes (ex-RFF), l’ont présenté lors de la traditionnelle conférence de presse régionale annuelle.

Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau Aquitaine Poitou-Charentes, a ouvert le bal et est revenu sur l'année 2014 et les priorités pour l'année 2015. Le directeur territorial s'est réjouit de cette année 2014. En termes d'accidentologie, le nombre d'accidents a diminué, mis à part le grave accident de Denguin (Béarn), survenu le 17 juillet dernier suite à une collision entre un TER reliant Pau à Dax et un TGV Tarbes-Paris qui a fait 40 blessés. Une collision causée par un défaut d'isolement intervenu sur deux fils de la chaîne électrique commandant le signal.

Sur le plan de la sécurité, le programme Vigirail 2014-2017, lancé en octobre 2013 afin de renforcer la surveillance, moderniser la maintenance et accélérer le remplacement des aiguillages, suit son cours et toutes les étapes du calendrier ont été réalisées dans les temps.

Pour 2015, Alain Autruffe a affirmé vouloir renforcer la maintenance afin de garantir la qualité des services et des rails dans un le but d'arriver à un faible taux d'incidentologie, poursuivre la régénération du réseau structurant dont l'âge moyen en 2008 était de 21 ans contre 22,8 contre 2013.

2015 marquera la poursuite des travaux de la halle voyageurs de la gare Saint-Jean de Bordeaux, le début de la reconstitution du triangle des Echoppes à Pessac (reconstitution d'une voie ferrée urbaine non utilisée depuis 50 ans afin de recréer une voie unique de 1.500 m qui permettra d'assurer une liaison entre la ligne du Verdon et la ligne Bordeaux / Hendaye), de la reprise de la circulation entre Oloron-Sainte-Marie et Bedous (64) après 30 ans d'arrêt des circulations, la modernisation de la ligne Cambo / Saint-Jean-Pied-de-Port avant une mise en service des équipements neufs en octobre 2015... Des avancées rendues possibles grâce à l'engagement de l'Etat et de la Région Aquitaine, a tenu à rappeler Alain Autruffe.

Le projet LGV SEA suit son cours

Le directeur régional a laissé la parole à Christophe Huau, directeur du projet LGV SEA (Sud Europe Atlantique) Tours - Bordeaux, qui a dressé un état de lieux de l'avancement de la ligne à grande vitesse qui mettra Bordeaux à deux heures de Paris dès juillet 2017.

"Aujourd'hui, nous en sommes à la moitié du contrat de six ans, signé en juin 2011. 2014 a signé la fin des travaux de génie civile. 99,9 % du terrassement est fini. En 2015, nous basculons dans un chantier d'équipement ferroviaire. L'opération avance normalement. Je ne veux pas faire preuve d'un discours triomphaliste. Il reste des tonnes de choses techniques à régler", a affirmé Christophe Huau.

Néanmoins, le directeur du projet LGV SEA a assuré que le calendrier n'était pas mis en péril, tout comme le cahier des charges.

Pas d'inquiétude à avoir pour les vignerons sauternais

André Bayle, chef de mission GPSO, est lui aussi revenu sur l'année 2014 dont les trois projets (aménagements de la ligne existante, au sud de Bordeaux d'une part et au nord de Toulouse de l'autre part, ainsi que la création des lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax) ont fait l'objet à l'automne 2014 de trois enquêtes d'utilité publique. En 2015, l'instruction des demandes de déclaration d'utilité publique (DUP) sera poursuivie par les services de l'Etat.

Au sujet de la colère des vignerons sauternais, qui se disent inquiets des conséquences économiques et biologiques du passage du train au cœur de la vallée du Ciron sur une surface de 70 km, André Bayle a assuré que ces derniers n'avaient aucun motif d'inquiétude à avoir, la vallée de Ciron étant traversée à 30 km au sud du vignoble.

Dépendants des retards des constructeurs

Pour SNCF Mobilités, qui gère l'exploitation commerciale des trains, 2014 aura également été une année de préparation des grands travaux et du renouvellement du matériel. Des phases qui continueront et s'accélèreront en 2015, d'après Olivier Devaux, directeur régional SNCF Aquitaine Poitou-Charentes. Avec en bémol pour 2014 : les retards de Bombardier et Alstom dans la livraison des Regio 2N et des Régiolis.

"Nous avons aujourd'hui 50 % des nouvelles rames que nous aurions dû recevoir soit 11 sur 22. Cela nous met dans une situation de tension au quotidien sur le plan de la circulation des trains. Les constructeurs sont en retard dans la livraison. Ils expliquent cela par le fait que beaucoup de petits sous-traitants, avec qui ils travaillent, ont défailli. Nous avons reçu certains matériels que nous refusons car la qualité n'est pas au rendez-vous", explique le directeur régional.

Olivier Devaux fixe comme priorités en 2015 la lutte anti-fraude, évaluée à 10 % soit une perte de 5 M€, une somme dont l'établissement public ne peut pas se priver dans une période où la SNCF a tant besoin d'investissement et par respect pour ceux qui paient leur titre de transport (30 % du coût du transport est payé par le voyageur, les 70 % restants étant assurés par les collectivités territoriales). Mais aussi l'arrivée des nouveaux matériels, la poursuite de l'innovation numérique et du digital, la sécurisation de l'exploitation et des voyageurs et la minimisation de l'impact des travaux sur les voyageurs.

Le trafic TER boosté par les vacanciers

En 2014 en Aquitaine, 100.000 TER ont circulé avec un taux de régularité globale de 88,9 % à 5 mn (critère retenu par la Région Aquitaine) et de 93,5 % à 10 mn. Le taux de régularité à 5 mn est en deçà de l'objectif fixé par la Région (à 91 %) mais est en nette progression par rapport à celui de 2013, malgré une année marquée par les intempéries, le lancement des 14 chantiers sur Bordeaux liés à l'arrivée de la LGV, le début des travaux du nouvel atelier de maintenance et l'accident ferroviaire de Denguin.

Sur le plan du trafic, Alain Petitpoisson, directeur TER Aquitaine, s'avoue plutôt satisfait malgré une baisse de trafic en Aquitaine de - 1,4 % contre - 2,8 au plan national. "Le trafic des vacanciers nous aide. Avec l'été indien de cette année, la ligne Arcachon-Bordeaux a bien fonctionné jusqu'à septembre-octobre." Cette même ligne a dû faire face aux retards de livraison des constructeurs. Un Regio 2N, train à deux étages d'une capacité de 300 personnes, circule actuellement. Un autre doit être livré cette après-midi. Ces difficultés ont été en partie pallié par la location de trains aux régions Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, d'où la présence de ces derniers en gare de Bordeaux.

Possibilité de réserver ses billets 6 mois avant

Les TGV résistent, eux, plutôt bien. Eric Redonnet, directeur délégué au TGV, a annoncé un trafic stable entre Paris et Bordeaux. 90 % des TGV serait à l'heure à 5 mn et les trains à grande vitesse affichent un taux de satisfaction de 84 %, soit + 3 points par rapport à 2013. Tout comme les TER, les TGV investissent dans une station de maintenance à Bordeaux, un coût à 35 M€ assuré intégralement par SNCF TGV dans l'optique de l'arrivée de la LGV en 2017. Autre nouveauté : l'expérimentation en Aquitaine de l'ouverture des réservations à 6 mois (et non plus 3 mois) pour les vacances estivales. Dès février, il sera possible aux voyageurs de réserver pour l'été sur les lignes desservant le sud de Bordeaux (Arcachon, Bayonne, Tarbes, Hendaye...).

En avance sur la réforme territoriale

Lors de cette conférence régionale annuelle, il a bien sûr été question de la réforme territoriale. Pas question pour Olivier Devaux, directeur régional SNCF Aquitaine Poitou-Charentes, de se prononcer en faveur d'un candidat dans le match pour la présidence de la future grande région, lui qui travaille au quotidien avec Jean-François Macaire, président de la Région Poitou-Charentes, et Alain Rousset, président de la Région Aquitaine. Pour le directeur régional, la réforme territoriale sera le sujet phare de l'année 2016, 2015 étant assez chargée comme cela. Un sujet qui ne semble pas l'inquiéter, Olivier Devaux se dit même en avance puisque le périmètre d'action de la SNCF s'étend sur Aquitaine et Poitou-Charentes et se verrait bien transposer ce qu'il se fait déjà en Poitou-Charentes (direction déléguée installée à Poitiers) dans le Limousin, décision à valider par la future présidence de la grande région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :