Mobilité professionnelle : les Aquitains font de la valse un métier

 |   |  375  mots
Selon une étude de l’Insee, les Aquitains seraient extrêmement mobiles en matière de métiers. En clair, ils changent facilement de famille professionnelle.

Après avoir étudié les trajectoires professionnelles de 1,1 million de salariés aquitains entre octobre 2011 et octobre 2012, l'Insee Analyses Aquitaine vient de conclure qu'au cours d'une année, près d'un salarié sur cinq change de famille professionnelle. Entendez par "famille professionnelle" l'ensemble des professions qui font appel à des compétences communes.
D'après l'Insee, 17 % des salariés observés ont changé de famille professionnelle, soit près de 186.000 personnes. La mobilité professionnelle peut recouvrir plusieurs types de changement : entreprise, métier, poste ou qualification.
Selon l'Insee toujours, les flux entre familles professionnelles (ou fap) se structurent autour de deux sphères principales :
- Les métiers qualifiés du tertiaire marchand (commerce, banque et assurances, gestion et administration d'entreprise).
- Les métiers du secondaire et du tertiaire (ouvriers du bâtiment, de l'industrie et métiers des services à la personne).

Dans les métiers qualifiés du tertiaire, la fap des employés administratifs d'entreprise est la plus représentée en termes de changements de carrières. La profession présente de nombreux échanges avec les fap du même domaine.
Dans la sphère des métiers du secondaire et du tertiaire, les échanges apparaissent nombreux entre les fap des agents d'entretien, des employés de maison, et des aides à domicile-aides ménagères.
L'importance des flux entre la fap des bouchers, charcutiers, boulangers et celle des ouvriers non qualifiés des industries de process est en partie due aux nombreux boulangers qui partent faire carrière dans l'industrie agroalimentaire.
Dans le domaine du BTP les mobilités professionnelles sont importantes à l'intérieure d'une même famille de métiers, mais faibles avec les autres domaines professionnels. Dans le BTP toujours, les mobilités sont le plus souvent ascendantes et se caractérisent par une augmentation de la qualification et des rémunérations.
8% des ouvriers non qualifiés du gros œuvre et 12 % de ceux du second œuvre deviennent ouvrier qualifiés de leur catégorie.
Sans surprise, les mobilités professionnelles sont plus fréquentes en début de carrière. Le taux de mobilité des moins de 30 ans est de 28 %. Il chute à 17 % pour les 30-44 ans. Pour 6 jeunes sur 10 qui connaissent une mobilité professionnelle celle-ci s'accompagne d'un changement d'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :