Le Landais Inertam (groupe Europlasma) mis hors jeu par la Marine

 |  | 369 mots
On aperçoit le four de vitrification d'Inertam au centre de la photo, à l'extérieur, au bout d'un énorme conduit.
On aperçoit le four de vitrification d'Inertam au centre de la photo, à l'extérieur, au bout d'un énorme conduit. (Crédits : Agence Appa)
Malgré sa technologie de vitrification de l’amiante unique au monde, le groupe Europlasma, à Morcenx (40), ne devrait pas bénéficier du désamiantage des bateaux de la Marine nationale.

Le démantèlement dans le port de Bordeaux de l'ex-porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, devenu Q860, de son numéro de coque, et celui à venir de l'ex-croiseur Colbert (Q683) aurait pu être une bonne affaire pour Inertam, la filiale du groupe Europlasma, à Morcenx, spécialisée dans la vitrification de l'amiante, qui neutralise définitivement ce matériau dangereux.

Selon leurs "passeports verts" (inventaire des constituants des vaisseaux), chacun de ces anciens bâtiments contiendrait de l'ordre de 9 tonnes d'amiante. Un tonnage estimé qui pourrait être revu à la hausse en cours de démantèlement. La vitrification de l'amiante étant beaucoup plus coûteuse que l'enfouissement, le groupe Veolia Propreté, qui a décroché le contrat, utilisera cette technique qui malgré les précautions prises n'enlève rien à la dangerosité intrinsèque du matériau. Avec à la clé un effet juridique notable : alors que la vitrification dégage le producteur de matériaux amiantés de toute responsabilité, l'enfouissement la maintient. En cas de dommages causés à l'Homme ou à l'environnement après enfouissement de l'amiante, son producteur, en l'occurrence l'Etat, sera ainsi tenu pour responsable. Les opérations de démantèlement devraient durer près d'un an.

Résistance du titre à 1 €

L'hypothèse du désamiantage a été évoquée lors du point presse annonçant l'arrivée de Q680 et Bernard Harambillet, DG de Veolia France, n'aurait pas complètement fermé la porte à cette option. Dans le même temps, Europlasma poursuit son augmentation de capital, qui doit lui permettre de lever 27,8 M€. Le titre dont la valeur optimale devrait être de 1,20 € à la clôture de l'augmentation de capital (le 23 octobre), selon Axel Champeil, directeur général de Champeil Asset Management (CAM), à Bordeaux, avec un profil baissier compris entre 0,80 € et 1 €, compte tenu de la forte dilution de capital à atteindre, continue à résister autour de 1 €.

Les niveaux d'échanges sont restés assez raisonnables pour une valeur aussi spéculative (entre 940.482 titres le 17 octobre et 732.233 hier). Ce mardi, l'action Europlasma cotait à 0,99 € en fin de matinée, avec 196.700 titres échangés. Le résultat de l'augmentation de capital, qui revêt un aspect déterminant pour l'avenir du groupe, ne sera pas connu avant début novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2014 à 13:11 :
Le gouvernement Francais ne sponsorise que les projets qui profitent aux interets financiers de leurs familles & amis, il faut croire qu'Inertam n'a pas de lien avec les hautes sphères de la société Francaise, domage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :