Le Conseil régional va initier un service numérique de l’emploi

 |   |  426  mots
Le programme sera chargé, lundi 23 juin, lors de la prochaine séance plénière du Conseil régional d’Aquitaine. Parmi les dossiers qui seront abordés, deux concernent plus particulièrement l’emploi.

Les chiffres sont - souvent - implacables. Comme le rappelle Alain Rousset, président du Conseil régional, l'Aquitaine compte 260.000 chômeurs dont 41.000 jeunes de moins de 25 ans. Parallèlement, 20.000 emplois seraient non pourvus. Partant de ce constat, le Conseil régional entend mettre sur pied un "service numérique de l'emploi" facilitant la rencontre entre les demandeurs d'emploi et les entreprises qui recrutent. Evoquant les compétences régionales en matière de formation et de développement économique, ainsi que l'expertise d'acteurs locaux comme la plateforme JobiJoba qui identifie chaque mois 600.000 emplois à pourvoir au plan national, Alain Rousset estime que "le dispositif actuel d'accompagnement des chômeurs est émietté et complexe. Il existe 173 organismes d'accompagnement des chômeurs. Nous ne voulons pas nous substituer à Pôle Emploi ni aux missions locales mais créer un nouveau service qui irriguerait les structures existantes. La révolution numérique apporte une aide efficace indéniable mais encore insuffisamment exploitée. De plus tous les chômeurs n'accèdent pas au potentiel numérique et beaucoup d'offres d'emplois leur sont cachées. Nous pourrions voir comment les mairies pourraient participer à cette initiative qui, si elle n'est pas une baguette magique, est unique en France."

Concrètement, la plateforme envisagée permettrait aux personnes en recherche d'emploi de déposer directement leur CV afin de recevoir des annonces sur leur boîte mail, correspondant à leurs compétences ou plus globalement à leur profil avec une formation envisageable. Inversement, les recruteurs se verront envoyer directement des CV correspondant aux annonces diffusées gratuitement.

Sur un autre sujet, le Conseil régional travaille sur un projet baptisé "Startup Région". Un groupe de travail va être chargé de produire une feuille de route présentant "les meilleures pratiques de soutien au développement économique par l'innovation, une définition de la notion de Startup Région et un programme d'actions pour la mise en place de dispositifs tels que les entrepreneurs en résidence ou de nouveaux modèles d'incubateurs". Un œil sera plus particulièrement attentif à ce qui a été initié dans la Silicon Valley ou en Israël (Technion à Haïfa).

A noter que le compte administratif 2013 du Conseil régional a été réalisé à hauteur de 93,23 %. Sur une prévision de 1,406 Md€, 1.310 Md€ ont été payés dont 746 M€ en fonctionnement et 564 M€ en investissement (+ 0,35 % par rapport à 2012). Seuls 165 M€ sur une prévision de 212 M€ ont effectivement été empruntés. L'excédent net de 11,97 M€ dégagé de l'exécution du budget 2013 sera repris au budget supplémentaire 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2014 à 9:29 :
C'est sur que rapprocher demande et offre d'emploi par le web est une initiative unique en France : Pôle Emploi, les missions locales et une bonne centaine de sites dédiés le font déjà.
Réponse de le 23/06/2014 à 17:16 :
Je partage tout à fait l'avis de Popaul. En France on met en place des nouvelles structures sans supprimer les anciennes sous prétexte qu'elles sont toujours utiles. Pourquoi alors créer de nouvelles dispostions?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :