Feux de forêts en Gironde : 19.300 hectares brûlés, 37.000 personnes évacuées, situation non fixée

5.000 hectares supplémentaires sont partis en fumée en l'espace de 24h en Gironde. Le dernier bilan de la préfecture, ce mardi 19 juillet une semaine après le départ simultané de deux incendies gigantesques, totalise ainsi plus de 19.300 hectares brûlés et 37.000 personnes évacuées. Plus de 2.000 sapeurs-pompiers sont engagés sur le terrain mais la "situation reste défavorable". Sur le plan judiciaire, les enquêtent progressent et un suspect est en garde à vue.
En l'espace d'une semaine, plus de 19.000 hectares ont brûlé et la situation n'est toujours pas fixée.
En l'espace d'une semaine, plus de 19.000 hectares ont brûlé et la situation n'est toujours pas fixée. (Crédits : Service communication-protocole SDIS 33)

Une semaine après le départ de deux feux de forêts hors-norme dans le sud de la Gironde en pleine période caniculaire, la situation reste loin d'être sous contrôle. La journée du lundi 18 juillet promettait d'être très difficile et c'est bien ce qu'il s'est passé avec 5.000 hectares qui ont brûlé en 24h, dont cinq campings de la dune du Pilat, entraînant l'évacuation de de 16.000 personnes supplémentaires, soit autant que lors des six premiers jours.

Lire aussiFeux de forêts en Gironde : plus de 14.300 hectares brûlés et les moyens aériens en question

"La situation reste très défavorable à Landiras"

Ce mardi 19 juillet au matin, alors que l'agglomération bordelaise se réveille sous les fumées des incendies, le bilan est de plus de 19.300 hectares brûlés (12.800 à Landiras et 6.500 à La-Teste-de-Buch) et de plus de 32.000 personnes évacuées dont des campings, deux quartiers résidentiels (Miquelots et Pilat), un Ehpad, le zoo et une zone d'activité à La-Teste-de-Buch. Les cinq campings de La-Teste-de-Buch ont été détruits donc le célèbre camping des Flots Bleus.

"La nuit a été très difficile [...] la situation n'est pas fixée et reste défavorable à La-Teste-de-Buch et très défavorable à Landiras", résume la préfecture de région ce mardi matin, alors qu'un troisième départ de feu est apparu à Vensac, dans le Médoc, brûlant 70 hectares.

Grâce aux renforts continus arrivant des quatre coins de la France, ce sont désormais 2.000 sapeur-pompiers et dix avions (huit Canadairs et deux avions Dash) qui combattent les flammes en Gironde. Ils sont épaulés par la DFCI (Défense de la forêt contre les incendies) et l'ONF (Office national des forêts), des entreprises forestières et des bulldozers de l'armée pour constituer des pare-feux au nord de la commune de Biscarosse. À Landiras, "le feu est susceptible de progresser vers l'est avec un vent d'ouest qui s'est levé dans la nuit."

Les enquêtes progressent

Lundi en fin de journée, la préfète Fabienne Buccio prévenait sans détours que la situation et le bilan des destructions de bâtiments risquent de s'alourdir dans les prochains jours. De légères précipitations pourraient intervenir d'ici mercredi matin mais tout le département de la Gironde reste placé en "vigilance rouge feux de forêts" et l'accès aux massifs forestiers du département est temporairement interdit.

Lire aussiIncendies de forêt : « Dans plus de 90 % des cas le feu est d'origine humaine » (Christian Pinaudeau)

Sur le plan judiciaire, lundi soir, le parquet de Bordeaux a indiqué qu'un homme était en garde à vue pour son rôle présumé dans l'incendie de Landiras. Les investigations pointent vers "un acte volontairement malveillant" alors que d'autres départs de feux ont été constatés sur la même zone le même jour. Les investigations se poursuivent. La peine pour cet incendie volontaire est de 15 ans de prison et 150.000 euros d'amende.

À La-Teste-de-Buch, il est désormais établi que l'origine du sinistre est liée à une défaillance électrique sur un véhicule thermique, un Ford Transit équipé d'une benne qui traversait la forêt pour aller à la déchetterie. Il ne s'agit donc pas d'un acte criminel mais d'un délit involontaire mais, pour autant, le dommage environnemental est avéré, souligne le parquet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/07/2022 à 11:21
Signaler
Un conseil, avec le réchauffement climatique le pin n'est plus adapté, il brûle trop bien et meure trop vite, espérons qu'ils replanteront autre chose à la place, des feuillus donc, c'est bien là qu'on va voir si quelque chose se passe dans la tête d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.