Conjoncture : l'économie reste bien orientée en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  1236  mots
La rentabilité dans l'industrie devrait progresser de façon sensible dans la région.
La rentabilité dans l'industrie devrait progresser de façon sensible dans la région. (Crédits : Jean-Paul Pelissier)
L'emploi ne progressera sûrement pas autant en 2020 qu'en 2019 dans la région mais la croissance économique devrait rester bien orientée tout au long de l'année, selon les dernières perspectives identifiées par le bureau régional de la Banque de France en Nouvelle-Aquitaine, qui sont convergentes avec celles de la CCI Bordeaux Gironde.

La Banque de France a présenté le bilan 2019 de l'évolution des entreprises de Nouvelle-Aquitaine et ses prévisions 2020, ce 5 février, de concert avec l'étude faite sur ses ressortissants par la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux Gironde (CCIBG). C'est pourquoi Denis Lauretou, directeur du bureau régional de la Banque de France en Nouvelle-Aquitaine, était pendant cette soirée au côté de Patrick Seguin, président de la CCIBG, Régis Haumont, directeur régional adjoint de la Banque de France en Nouvelle-Aquitaine, et Laurent Putz, responsable du pôle études de la CCIBG.

L'activité économique régionale n'a pas échappé en 2019 à l'impact des tensions commerciales internationales a rappelé tout d'abord Denis Lauretou. Si les pays émergents ont tiré la croissance mondiale en 2018, leur dynamisme a connu un point bas en 2019. Les prévisions pour 2020 font état d'une reprise chez ces derniers tandis que la croissance devrait suivre un plateau dans les pays avancés. Evoquant les aléas de la croissance mondiale, Denis Lauretou a estimé que la baisse du prix du baril de pétrole (liée aux prévisions de baisse de l'activité mondiale) était peut-être un signe avant-coureur des difficultés.

Le coronavirus pèse sur Vinexpo à Paris et Hongkong

Si le directeur de la Banque de France n'a pas développé le sujet, le choc de l'épidémie du coronavirus sur l'économie chinoise, à deux doigts de la paralysie, est désormais sur toutes les lèvres des dirigeants d'entreprise engagés dans le grand export. Mais il n'y a pas que des mauvaises nouvelles et le fait que l'argent ne soit pas cher rend possible le déclenchement de grands investissements liés à l'urgence climatique, a rassuré Denis Lauretou. Ceci étant dit, la guerre commerciale de Donald Trump avec l'Union européenne se solde "pour la filière du vin par une attaque brutale" qui n'épargne aucun vignoble français.

Lire aussi : Vin de Bordeaux : face à Trump le CIVB en appelle à la mobilisation des élus

C'est ainsi que Patrick Seguin a précisé que des bateaux chargés de caisses de vin en partance pour les Etats-Unis avaient été annulés. Les importateurs de vins français outre-Atlantique ne sachant plus sur quel pied danser. Vinexpo Paris s'achève ce mercredi mais, dès le 5 février, Patrick Seguin était en mesure d'annoncer que 240 grands acheteurs asiatiques avaient fait annuler leur participation à ce salon international à cause de l'épidémie de coronavirus. Quant à Vinexpo Hongkong, qui doit se tenir en mai prochain, les autorités hongkongaises de cette zone spéciale, dont Carrie Lam est la responsable, demanderaient à ce que la manifestation soit maintenue tandis que les assureurs refuseraient de couvrir les acheteurs se rendant sur place...

L'industrie reste en forme en Nouvelle-Aquitaine

Les complications, on le voit, ne vont pas en diminuant d'intensité. En attaquant le bilan de l'année 2019 Denis Lauretou a ainsi instillé plus de sérénité dans l'amphithéâtre de l'Université de Bordeaux où s'est tenue la présentation de ces résultats. L'analyse de la Banque de France porte, tous secteurs confondus, sur un ensemble de 3.400 entreprises ou établissements représentant 49 Md€ de chiffre d'affaires et 247.000 emplois. Le chiffre d'affaires a progressé de +2,7 % l'an dernier dans l'industrie en Nouvelle-Aquitaine, avec des ventes à l'export en croissance de +3,2 %.

Les prévisions pour 2020 tablent également sur une augmentation de 2,7 % de l'activité, alors que la hausse de l'export serait un petit peu moins importante, à +2 %. Le baromètre économique de la CCIBG, qui s'appuie sur une enquête de conjoncture trimestrielle réalisée auprès d'un panel représentatif de 660 chefs d''entreprises, montre de son côté un chiffre d'affaires industrie en hausse de +19 % chez les ressortissants de la CCI Bordeaux Gironde au 4e trimestre 2019, soit nettement plus que la moyenne générale, avec une perspective à l'étale pour 2020. L'export régional, qui a connu une hausse soutenue l'an dernier, doit beaucoup à l'industrie alimentaire, en hausse de 11,7 %, grâce à l'explosion des ventes de cognac.

Moins de caisses de cognacs aux USA en 2020

La roue tourne et malheureusement le nombre de caisses de cognac vendues aux Etats-Unis, premier marché mondial pour ce digestif, va fortement reculer en 2020. Retournement de tendance qui pèse sur les prévisions à l'export dans l'industrie alimentaire, annoncées en recul de -2,9 % par la Banque de France pour 2020. A l'inverse les prévisions export sont très positives pour le secteur équipements électriques et électroniques (+7,5 %).

Le taux de rentabilité dans l'industrie devrait de son côté progresser, avec un solde d'opinion en hausse de +4 % en 2020 selon la Banque de France, même si 50 % des sondés le voient rester stable. La trésorerie des entreprises girondines suivies par la CCIBG s'est renforcée au 4e trimestre 2019, à +12 %, et devrait rester bien orientée en 2020. Après une hausse dans l'épaisseur du trait, à +0,1 % l'an dernier, l'évolution des effectifs dans l'industrie régionale devrait atteindre +0,6 % cette année selon la Banque de France. Les investissements devraient reprendre dans l'industrie néo-aquitaine en 2020, après avoir connu une fin d'année très positive en Gironde.

Plus d'effectifs dans les services marchands

Le chiffre d'affaires dans les services marchands a bien progressé l'an dernier en Nouvelle-Aquitaine, à +3,4 %. La prévision 2020 est en retrait mais toujours positive, à +1,4 % relève la Banque de France. Tandis que l'année 2019 a été très positive pour ce secteur en Gironde, avec une prévision encore haussière de l'activité pour 2020. Après +3,8 % en 2019, l'évolution des effectifs devrait rester positive mais un moins intense, à +2,6 % dans les services marchands néo-aquitains. Une évolution qui, en Gironde, ne dépasse pas +1 % pour les entreprises ressortissantes de la CCIBG, avec une perspective à l'étale pour 2020.

Quant aux investissements, ils s'inscrivent en retrait en Gironde et sont très contrastés à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Dans la construction, la Banque de France montre que la production a augmenté de +2,5 % l'an dernier, avec une prévision à +1,9 % en 2020. Le baromètre de la CCIBG pointe de son côté un très fort sursaut du chiffre d'affaires dans le BTP girondin au 2e trimestre, avec une fin d'année à +3 % et une prévision haussière en 2020.

Le commerce girondin a souffert en 2019

Du côté de la rentabilité d'exploitation, les chefs d'entreprise sont 32 % à l'estimer à la hausse pour 2020 dans l'étude de la Banque de France, contre 59 % qui prévoient sa stabilité. L'échantillon de la CCIBG pointe un recul de la trésorerie de 10 % en fin d'année 2019 mais anticipe un redressement en 2020. Les effectifs, qui ont progressé de +1,9 % dans le BTP en 2019 en Nouvelle-Aquitaine, devraient ne plus bouger en 2020 selon la Banque de France.

Quoi qu'en recul, l'évolution des effectifs dans le BTP reste positive à +4 % en fin d'année 2019 en Gironde, où les dirigeants anticipent une évolution à la hausse sur 2020. Pointés à la baisse en Nouvelle-Aquitaine, globalement en 2019 et 2020, par la Banque de France, les investissements dans le BTP sont au contraire estimés à la hausse en Gironde par la CCIBG, soit +39 % au 4e trimestre avec une perspective 2020 toujours haussière. La CCIBG souligne par ailleurs que les résultats dans le commerce, tant en chiffre d'affaires qu'en trésorerie suivent une évolution négative en 2019, même si les perspectives 2020 sont orientées plus positivement.

Lire aussi : Gilets jaunes : le fonds de soutien aux commerçants bordelais et néo-aquitains est opérationnel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :