Nouvelle-Aquitaine : les intentions d'embauche en hausse de 15 % pour 2019

 |   |  679  mots
Les agents d'entretien de locaux et les aides à domicile et aides ménagères figurent parmi les métiers les plus recherchés par les employeurs régionaux totalisant 15.000 intentions d'embauches non saisonnières.
Les agents d'entretien de locaux et les aides à domicile et aides ménagères figurent parmi les métiers les plus recherchés par les employeurs régionaux totalisant 15.000 intentions d'embauches non saisonnières. (Crédits : CC by Pixabay)
Agriculture, nettoyage, santé, action sociale, restauration, logistique : avec 258.000 intentions d'embauches, l'enquête annuelle de Pôle emploi en Nouvelle-Aquitaine sur les besoins de main d’œuvre fait état d'un nouveau bond de 15 % pour l'année 2019. L'industrie manufacturière et la construction affichent les plus fortes hausses tandis que la moitié du total de ces intentions d'embauche concerne des postes non saisonniers.

En hausse continue depuis 2014, la proportion des entreprises néo-aquitaines qui envisagent de recruter atteint cette année 27,4 %, une part qui est, comme les années précédentes, légèrement supérieure à la moyenne nationale (26,4 %), selon les résultats de la dernière enquête "Besoins en main d'oeuvre" de Pôle emploi publiée ce jeudi 11 avril 2019. Sans surprise, la propension à recruter augmente mécaniquement avec la taille des entreprises : de 19 % pour 1 à 4 salariés jusqu'à 88 % pour les sociétés de plus de 200 salariés. Exception notable 36 % des établissements sans salarié prévoient d'embaucher en 2019.

Au total, cette enquête répertorie 258.000 intentions d'embauche dans la région en 2019 contre environ 225.000 l'an dernier, soit un bond de 15 % sur un an dans la droite ligne du dynamisme constaté au niveau national (15 % également). Une évolution en revanche inférieure à la hausse constatée l'an dernier (+17). A l'exception de la tranche 10-19 salariés, les intentions de recrutement progressent pour toutes les tailles d'entreprises en 2019.

60 % du total des intentions mesurées correspond à un surcroît d'activité ponctuel, ce qui se traduit par seulement 42 % des postes à pourvoir en CDI tandis que 38 % sont des CDD de moins de six mois. Mais au total, 56 % des projets de recrutement concernent des postes non saisonniers. Une part majoritaire pour la deuxième année de suite.

Les services, premiers pourvoyeurs d'emplois

Avec 144.000 intentions d'embauches exprimées, le secteur des services représente 56 % du total. Si les activités immobilières et l'administration publique sont en retrait, les services scientifiques, techniques, administratifs et de soutien sont en hausse. En lien avec le tourisme, l'hôtellerie-restauration totalise 35.000 intentions de recrutement (+10 %).

De son côté, l'agriculture totalise 20 % des intentions, soit 52.000 postes à pourvoir (+13,5 %) qui sont dans plus de huit cas sur dix des contrats saisonniers. 37.000 recrutements concernent ainsi des viticulteurs, arboriculteurs salariés, cueilleurs et agriculteurs salariés et ouvriers agricoles. Avec 29.000 intentions (11% du total), le commerce est le secteur le moins dynamique (+6 %) à l'inverse de l'industrie manufacturière et la construction qui affichent les plus fortes hausses (+31 % et +28 % respectivement) bien qu'ils restent relativement faibles en volume (17.000 postes soit 7 % du total pour la première, 15.000 postes soit 6 % du total pour la seconde).

4 départements concentrent 60 % du total

Plus d'un tiers du total des intentions d'embauche régionales concerne les métiers liés à la vente, au tourisme et aux services. Parmi les dix métiers qui rassemblent le plus grand nombre d'intentions d'embauche non saisonnières, on trouver les agents d'entretien de locaux (y compris les Atsem), les aides-soignants, les aides à domicile et les aides ménagères, les métiers de la cuisine, les infirmiers et les serveurs de cafés et restaurants. Viennent ensuite les employés de libre-service, les télévendeurs, les conducteurs routiers et les ouvriers non qualifiés de l'emballage et manutentionnaires.

Sur le plan géographique, le bassin d'emplois de Bordeaux centralise 17 % des intentions d'embauche et même 26 % des projets non saisonniers. Autre fait saillant : quatre départements - Gironde, Charente-Maritime, Pyrénées-Atlantiques et Landes - concentrent 60 % du total régional.

Enfin, 52 % des projets de recrutement sont jugés "difficiles à pourvoir" par les employeurs, soit la proportion la plus haute depuis au moins 2010. Le secteur qui anticipe le plus de difficulté est celui de la construction (73 %). Deux employeurs sur trois envisagent de recruter avec l'aide de Pôle emploi dès le début de la démarche et huit sur dix y auront recours en cas de difficulté.

/////////////////////////////////

Réalisée chaque année par Pôle emploi en Nouvelle-Aquitaine comme dans le reste de la France, l'enquête "Besoins de main d'œuvre" vise à mesure les intentions de recrutements des entreprises pour les mois à venir. Pour l'édition 2019, Pôle emploi a son contacté 168.000 entreprises néo-aquitaines et obtenu 43.000 réponses qui ont été redressées pour être représentatives de l'ensemble des établissements. L'an dernier, 76 % des entreprises qui prévoyaient de recruter ont réalisé au moins une embauche tandis que 39 % de celles qui prévoyaient de ne pas recruter ont finalement procédé à au moins une embauche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :