Nouvelle-Aquitaine : la hausse de l'emploi privé peine à combler le repli de l'emploi public

 |   |  429  mots
Le ralentissement du 3e trimestre 2018 s'explique par une stagnation de l'emploi dans le secteur industriel
Le ralentissement du 3e trimestre 2018 s'explique par une stagnation de l'emploi dans le secteur industriel (Crédits : Nguyen Huy Kham)
"Coup de frein sur l'emploi salarié néo-aquitain au 3e trimestre 2018", titre l'Insee, dans sa dernière note de conjoncture de janvier 2019 qui souligne que le ralentissement de l’activité impacte l’emploi salarié néoaquitain malgré un emploi privé dynamique. L’industrie et la construction résistent tandis que les services s’essoufflent et que l'emploi public est à nouveau en berne. Le taux de chômage reste stable à 8,4 %.

2.600 emplois on étés créés dans le secteur privé au troisième trimestre 2018 en Nouvelle-Aquitaine. Malgré cette bonne dynamique, l'emploi salarié total stagne toujours dans la région et le secteur privé peine à compenser la perte due au secteur public. Avec une évolution annuelle de l'emploi salarié de +0,9 %, la Nouvelle-Aquitaine croît cependant davantage que la moyenne française (+0,7 %). La Gironde profite d'une lancée fort profitable avec la création à elle seule de 2.500 postes tandis que le département des Deux-Sèvres jouit également d'une évolution notable à l'année avec la création de 400 postes, comblant partiellement la perte de 550 postes en Dordogne et de 400 en Corrèze.

Boom du numérique en Gironde

Le ralentissement du 3e trimestre 2018 s'explique par une stagnation de l'emploi dans le secteur industriel (+0,1%) qui doit sa préservation à une notable évolution de la fabrication de matériels de transport en Gironde ( +1,5%) et en Charente-Maritime (+1,2%). Le secteur de la construction, après un second trimestre qui l'avait profondément atteint, renoue avec une certaine dynamique (+0,3%), soutenue par la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques notamment. Le bilan annuel reste profitable avec une hausse régionale de 2%.

Le secteur tertiaire n'échappe pas à la difficile progression, malgré la hausse, qualifiée d'historique, de la demande du secteur de l'information et de la communication : +1,9 % permettant de créer 650 emplois supplémentaires, dont les trois-quarts en Gironde.

A noter également la forte baisse subie dans le domaine de l'hôtellerie durant les mois de juillet et d'août, provoquant une baisse de -1,9% par rapport au 3e trimestre 2017. Coup dur pour la région, d'autant plus qu'elle semble isolée du reste de la France métropolitaine qui elle, a su rester dynamique avec une évolution positive de 2,2%. Enfin, le nombre de logements mis en chantier recule de 0,8 % au troisième trimestre 2018 en Nouvelle-Aquitaine, contre un repli de -1,1 % au niveau national.

Un taux de chômage stabilisé à 8,4%

Résultat de ces différentes évolutions : le taux de chômage régional se stabilise selon l'Insee qui le chiffre à 8,4 % la part de la population active en Nouvelle-Aquitaine (contre 9,1 % au niveau national). Ce taux varie au niveau départemental entre les Deux-Sèvres où l'on enregistre 6,8 % de la population active en situation officielle de chômage et 9,3 % en Dordogne et en Charente-Maritime. Sur un an, le taux de chômage régional a diminué de 0,6 point et retrouve le niveau de 2011, comme le taux de chômage national qui diminue de 0,5 point.

Lire aussi : Près de 300.000 personnes aux frontières du chômage en Nouvelle-Aquitaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :