Nouvelle-Aquitaine : 224.930 intentions d’embauches en 2018

 |   |  594  mots
Infirmiers et aide-soignants sont également très demandés.
Infirmiers et aide-soignants sont également très demandés. (Crédits : Reuters)
Les résultats de l’enquête sur les besoins de main d’œuvre (BMO) en Nouvelle-Aquitaine, présentés ce mercredi matin à la direction régionale de Pôle emploi sont très encourageants, puisque 26 % des 44.500 entreprises qui ont répondu veulent recruter au moins une personne.

Les intentions qui ressortent de cette étude menée avec le Crédoc représentent 224.930 projets de recrutements en Nouvelle-Aquitaine.

"26,2 % des employeurs ont au moins un projet de recrutement, soit 3,1 % de plus que l'an dernier. C'est la première fois que la barre de 25 % est dépassée, ce qui représente une croissance de +8 % depuis 2013. Concrètement cela représente 224.930 projets d'embauches, soit une hausse de +17,3 % sur un an (contre +5 % en 2017), avec un solde de 33.500 intentions de recruter en plus", égrène Frédéric Toubeau, directeur régional de Pôle emploi Nouvelle-Aquitaine.

Autre particularité frappante : dans la première région agricole de France, 54,3 % des projets de recrutements en 2018 sont non saisonniers, soit 122.034 intentions d'embauches. C'est la première fois que les intentions de recrutements non saisonnières arrivent en tête depuis 2014 dans l'enquête BMO. Pour en revenir à l'ensemble des types d'embauches (saisonniers et non saisonniers) c'est le secteur des services, en tête dans l'activité économique, qui se détache, avec 56 % de projets de recrutements, devant le bloc industrie agroalimentaire-agriculture (20 %), commerce (12 %), industrie manufacturière (6 %) et construction (5 %).

Les agents d'entretien en tête des non saisonniers

Examinée par métiers, et toujours de façon globale, la Nouvelle-Aquitaine ne trahit pas sa forte vocation agricole et agroalimentaire puisque les métiers viticulteurs-arboriculteurs salariés-cueilleurs et agriculteurs salariés-ouvriers agricoles représentent un total de 31.970 recrutements, soit respectivement 19.808 et 12.162 intentions de recruter. Ces deux métiers sont, en revanche, dominés par les offres saisonnières, qui représentent 95,5 % dans le premier cas (19.000 embauches) et 86,6 % dans le second (10.536).

Les métiers non saisonniers sont principalement ceux d'agents d'entretien de locaux (y compris Atsem), soit 10.210 offres non saisonnières à 71,9 %, devant aides-soignants (médico-psycho, auxiliaires puériculture...), soit 5.858 offres non saisonnières à 81,3 %, aides à domicile et aides ménagères, soit 5.879 offres non saisonnières à 74,9 %.

49 % de projets de recrutements jugés difficiles

"Cette évolution est d'autant plus favorable que l'emploi salarié retrouve son niveau d'avant crise (2018) et que l'intérim, indicateur avancé de la création d'emploi, progressait de +16,7 % à fin janvier 2018. Les déclarations préalables à l'embauche ont progressé de +10 %, avec une progression de 14 % des contrats à durée indéterminée. La Nouvelle-Aquitaine a un taux de chômage de 8,4 % contre 8,6 % en France métropolitaine. Comme les recrutements augmentent, il y a aussi davantage de problèmes pour recruter", a déroulé Frédéric Toubeau.

De fait 102.896 projets de de recrutements, soit 49 % des projets, sont jugés difficiles à pourvoir par les chefs d'entreprise. C'est ainsi que 41,4 % des 19.808 projets de recrutements en profils viticulteurs-arboriculteurs salariés-cueilleurs sont anticipés comme difficiles, tout comme 54 % des 10.237 projets de recrutements de serveurs de café, de restaurants, et 42,1 % des 12.162 projets de recrutements d'agriculteurs salariés et ouvriers agricoles.

Géographiquement, la Gironde concentre 29 % des projets de recrutements en Nouvelle-Aquitaine, soit 65.322, dont 17 % pour le seul bassin d'emploi de Bordeaux (39.100). Le département de la Gironde est suivi par ceux de Charente-Maritime (29.300), Pyrénées-Atlantiques (21.700), Landes (18.300), Deux-Sèvres (15.000), Lot-et-Garonne (14.900), Dordogne (14.700), Vienne (12.500), Charente (12.200), Haute-Vienne (9.900), Corrèze (8.500) et Creuse (2.700).

Dirigeant d'Aloïs Services, à Bordeaux, primé en janvier dernier par notre Palmarès des entreprises qui recrutent, Arnaud Barde, dont l'entreprise s'occupe des personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer (du nom du psychiatre et neurologue allemand qui a découvert cette pathologie, dont le prénom était Aloïs -NDLR) recrute beaucoup (50 à 100 emplois à pourvoir cette année) et a témoigné de la bonne qualité de ses relations avec Pôle emploi. De bonnes relations qui passent notamment par une coopération étroite pour la préparation des futurs salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :