La Nouvelle-Aquitaine 4e pour le Pacs

 |  | 560 mots
Si le mariage continue à dominer la vie de couple, la Nouvelle-Aquitaine ne dit pas non au Pacs.
Si le mariage continue à dominer la vie de couple, la Nouvelle-Aquitaine ne dit pas non au Pacs.
En Nouvelle-Aquitaine conclure un pacte civil de solidarité (Pacs) est d’abord une affaire de jeunes (25-34 ans), de diplômés du supérieur et de jeunes couples vivant avec un enfant.


Les Pacsés néo-aquitains représentent 7 % des gens vivant en couple dans la région (2,8 millions de personnes). Les couples mariés représentent 71,6 % de cet ensemble, devant ceux qui préfèrent l'union libre (21 %). Selon l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), ces résultats inscrivent la Nouvelle-Aquitaine dans la tendance nationale.

Globalement la Nouvelle-Aquitaine est la quatrième région la plus importante pour les Pacs, derrière la Bretagne (en tête), Pays-de-la-Loire et Occitanie-Pyrénées-Méditerranée. L'étude souligne qu'au niveau national le Pacs (créé en 1999) augmente régulièrement et qu'en 2016 on dénombrait 4 Pacs conclus contre 5 mariages. Si le taux de mariage des 65 ans ou plus frôle les 95 % en Nouvelle-Aquitaine, il est de 20 % chez les 25-29 ans, qui sont 60 % à vivre en union libre et 20 % à être pacsés.

Dès le bac, les diplômés plus pacsés

Le taux de pacsés est quasiment identique chez les 30-34 ans où le taux de couples en union libre recule à 40 % et celui de mariés grimpe à 40 %. Le taux de pacsé commence à chuter chez les 40-44 ans et ne cesse plus ensuite de se réduire. Mais il ne faut pas oublier que le Pacs date de 1999. L'Insee explique que, pour les plus jeunes, le Pacs est un moyen d'officialiser leur union. Les plus jeunes couples, moins de 25 ans, vivent dans 84 % des cas en union libre mais, entre 23 et 27 ans les pacsés sont plus nombreux que les mariés. L'étude montre ensuite que plus les personnes sont diplômées, plus le choix du Pacs est fréquent, tous âges confondus.

"Ainsi plus de 13 % des diplômés du supérieur et 8,5 % des titulaires du baccalauréat sont pacsés, alors qu'ils ne sont que 3,8 % à faire ce choix parmi ceux ayant un diplôme inférieur au baccalauréat, et 2,3 % parmi les non diplômés" éclaire l'Insee Nouvelle-Aquitaine.

Il s'agit là d'un comportement plus lourdement sociologique, qui dépasse l'effet générationnel. L'étude souligne ainsi que les cadres et professions intermédiaires sont plus souvent pacsés (près de 11 % des unions) que les agriculteurs, où le Pacs descend à 2 % de la population contre 86 % pour le mariage. Phénomène qui se retrouve chez les moins de 30 ans.

La Creuse en tête pour l'union libre

"En outre, dans ces jeunes générations, les inactifs et les étudiants sont les moins pacsés : si les étudiants préfèrent largement l'union libre (83 %), beaucoup d'inactifs sont déjà mariés (35 % contre une moyenne de 17 % pour cette tranche d'âge)" décrypte l'enquête.

Les contrastes territoriaux sont tranchés. La Gironde affiche l'un des taux de mariages les plus faibles de France, à 68,4 % (contre 72,4 % au plan national), avec l'un des taux d'union libre les plus importants du pays, avec 23,2 % (contre 20,6 %). Mais c'est le département de la Creuse qui prend la première place de l'union libre en Nouvelle-Aquitaine, avec un taux de 23,7 %.

La Gironde occupe la première place pour le Pacs, avec un taux de 8,4 % (contre 7 %). Et c'est le Lot-et-Garonne qui a le plus fort taux de mariés, à 74,7 %, juste devant la Dordogne (74,2 %). Avec 11 % de Pacsés, la ville de Bordeaux est en tête de ce classement régional et en 5e position dans la série des villes de plus de 100.000 habitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :