Construction : l’indice “granulat” remonte (un peu) la pente

 |  | 352 mots
Lecture 2 min.
L'acitivité granulats et béton prêt à l'emploi confirme, en janvier 2016, son redressement entr'aperçu fin 2015.
L'acitivité granulats et béton prêt à l'emploi confirme, en janvier 2016, son redressement entr'aperçu fin 2015. (Crédits : YP)
La dernière étude de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux (Unicem) confirme la lente remontée, ressentie en fin d’année 2015, de l’activité de production de granulats et du béton prêt à l’emploi. En clair : cet indice “granulat” annonce un retour à meilleure fortune pour le bâtiment.

Certes, on est encore loin du rattrapage du "dévissage" que  les activités granulats (-9 %) et BPE, béton prêt à l'emploi  (-6 %) ont connu en 2015, mais les dernières données économiques du marché des matériaux montre que la remontée amorcée fin 2015 semble se confirmer en ce début d'année 2016.
L'activité granulats progresse de +2,2 % en janvier, celle du BPE augmente de 1,4 % dans le même temps. Mieux, à l'issue des trois derniers mois, l'activité granulats progresse de 4,6 % ce qui permet de ramener le volume d'activité à celui qu'avait connu la filière il y a un an et semble mettre fin au trou d'air connu en 2015 qui a vu l'activité matériaux baisser en moyenne de 7,2 %.
Selon la Lettre mensuelle de conjoncture des matériaux de construction, c'est du côté de la construction résidentielle que les signaux positifs sont les plus nets.

Les TP sont toujours en panne en 2016

En revanche, le climat de confiance peine encore à se raffermir dans l'industrie du bâtiment en général, mais selon la dernière enquête de l'Insee, le solde d'opinion s'améliore progressivement, retrouvant, au passage, son plus haut niveau depuis deux ans.
Si sur le plan du logement la tendance est à l'amélioration, avec des demandes de permis en hausse, du côté des travaux publics par contre, le climat peine à s'éclaircir.
Et pour cause, 2015, malgré une fin d'année un peu moins dégradée, se confirme, pour le secteur, comme le pire exercice depuis 30 ans en matière de recul de l'activité. En 2015, les TP ont perdu -7,4 % en valeur de travaux réalisés et -9,7 %, toujours en valeur, sur les marchés conclus.
2016 devrait, selon la Fédération nationale des travaux publics, connaître un recul plus limité de l'activité, de l'ordre de -3 %. La commande publique va se stabiliser (+1 % attendu par la FNTP) mais la commande des collectivités locale va fondre à -6 %.
Les grands travaux ne devraient pas assurer le relais en 2016. Les grands chantiers sont lancés et il n'y a pas de nouveaux programmes à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :