Dispositif Embauche PME : 15.000 nouveaux emplois espérés en 3 mois

 |  | 381 mots
Lecture 2 min.
Le préfet Pierre Dartout indique que plus de 14.000 postes pourraient être créés avec l'appui d'Embauche PME au premier trimestre dans la région ALPC
Le préfet Pierre Dartout indique que plus de 14.000 postes pourraient être créés avec l'appui d'Embauche PME au premier trimestre dans la région ALPC (Crédits : Appa)
Le préfet de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) Pierre Dartout compte mettre l'accent, dans les prochains mois, sur la promotion du nouveau dispositif Embauche PME. Il en détaille les modalités.

S'adressant à toutes les entreprises de moins de 250 salariés, le dispositif Embauche PME consiste en une aide d'un montant maximal de 4.000 €, s'étalant sur deux ans, avec un versement trimestriel dont le premier déclenchement peut intervenir au plus tard trois mois après l'embauche si le dossier déposé est complet. Cette prime concerne les CDI, CDD et contrats de professionnalisation tous deux de 6 mois ou plus, et les passages de CDD à CDI. Elle ne s'applique que pour les postes dont le salaire atteint au maximum 1,3 fois le Smic et s'adresse également aux associations, groupements d'employeurs... Détails ici.

Annoncé par François Hollande le 18 janvier dernier, cumulable avec d'autres dispositifs, Embauche PME s'applique aux recrutements réalisés à partir de cette date et jusqu'au 31 décembre de cette année. Il est par ailleurs cumulable sur plusieurs embauches. Les objectifs sont ambitieux puisque le président de la République ambitionne grâce à cette mesure la création de 500.000 emplois. Pierre Dartout a pour objectif la génération, pour le premier trimestre, de plus de 14.000 postes dans la grande région ALPC dont près de 4.400 dans la seule Gironde. Pour cela, une campagne de promotion du dispositif débute auprès des TPE et PME.

Durant sa présentation à la presse, Pierre Dartout s'est employé à bien faire le distinguo entre les différentes mesures de relance. Et notamment entre le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), "qui a souffert de son nom car on l'a souvent rapproché du Crédit impôt recherche (CIR)". Ce dernier a une sinistre réputation après que plusieurs petites entreprises aient dénoncé sa complexité et les contrôles fiscaux dont ils ont été la cible. Le CICE, "dont le taux de mobilisation dans la région atteint presque 100 %" et Embauche PME n'ont rien de commun, souligne le préfet. Qui espère bien une baisse du chômage dans "une des régions les plus attractives, dont la métropole est au cœur de la région, et qui attire des publics très diversifiés, des retraités au pouvoir d'achat important, des jeunes actifs attirés par le cadre de vie". Autant d'arguments qui doivent désormais se traduire en emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :