Crédit aux entreprises, la médiation fait ses comptes

 |   |  681  mots
De gauche à droite : Fabrice Pesin, Médiateur national du crédit aux entreprises, Pierre Dartout, préfet de région, Jean-Claude Bach, directeur régional de la Banque de France
De gauche à droite : Fabrice Pesin, Médiateur national du crédit aux entreprises, Pierre Dartout, préfet de région, Jean-Claude Bach, directeur régional de la Banque de France (Crédits : Pascal Rabiller)
Lancée fin 2008 au plus fort de la crise financière, la médiation du crédit aux entreprises annonce avoir réussi à débloquer 6,1 Md€ de crédit (hors écrasement de dettes) au profit des entreprises en litige avec leurs banques. Le médiateur national, Fabrice Pesin, était de passage à Bordeaux.

Dispositif créé au plus fort de la crise financière pour répondre à la crainte des entreprises françaises de voir les banques resserrer les cordons de leurs bourses, la médiation du crédit est au financement bancaire des entreprises ce que l'ONU est aux Etats en conflit : un pacificateur.
Une mission d'intermédiaire facilitateur qui a été réussie dans plus de 61 % des 37.989 dossiers éligibles examinés par la médiation et qui a permis de débloquer 6,1 Md€ de crédits.

"Nous avons d'abord été saisis par des grandes entreprises et grosses PME ou ETI, mais désormais ce sont surtout des petites entreprises, voire des TPE qui font appel à la médiation", explique Fabrice Pesin, médiateur national du crédit aux entreprises.
"Nous notons surtout que le volume des dossiers baisse cette année. La situation économique évolue favorablement, mais ce n'est pas la seule explication. Nous notons qu'auprès des PME et TPE, notre dispositif gratuit, confidentiel et local, puisque les succursales départementales de la Banque de France prennent le relais, souffre encore d'un manque de notoriété", constate le Médiateur national.

Un constat partagé par Jean-Claude Bach, directeur régional de la Banque de France et médiateur local.

"Malheureusement ce manque de connaissance de notre prestation entraîne des défaillances qu'on pourrait sans doute éviter. Quand une entreprise se voit refuser une ligne de crédit, une autorisation de découvert, il faut y voir un signal sérieux. Le temps joue en défaveur de l'entreprise en difficulté et c'est pourquoi nous garantissons une prise de contact dans les 48 h qui suivent la déclaration, par nos services, de la recevabilité du dossier porté à notre attention... encore faut-il que nous soyons sensibilisés dans les temps, ce qui n'est pas toujours le cas", regrette Jean-Claude Bach.

Le principal défi de la médiation du crédit réside donc dans le développement de sa notoriété.

"Nous ne sommes pas assez connus des entreprises qui en ont le plus besoin pourtant", regrette le médiateur national. "Le monde de la CHR, le bâtiment et notamment les artisans du bâtiment, qui figurent parmi les plus secoués économiquement en ce moment, qui manquent souvent de fonds propres, de capital, qui ont peu, voire rien, à mettre en garantie, doivent avoir immédiatement le réflexe "médiation du crédit" dès que les relations avec leurs banques se tendent", poursuit Fabrice Pesin.

Tiers de confiance : qui sont-ils ?


Afin de mieux accompagner les entreprises sur le terrain, la Médiation du crédit a mis en place un réseau de près de 1.200 tiers de confiance de la médiation. Présents dans chaque département, les Tiers de confiance de la médiation (TCM) sont des membres des réseaux consulaires et des organismes socioprofessionnels (CCI, CMA, Medef, UPA, Egee, Ecti, Cner, Ordre des experts-comptables, Conseil national des Barreaux, Conseil supérieur du notariat...).
Ces Tiers de confiance sont mis bénévolement au services des chefs d'entreprises.
Le Tiers de confiance de la médiation accueille le chef d'entreprise, étudie son dossier et lui donne un avis qualifié sur sa situation et sur la pertinence de sa demande. Si besoin est, le TCM incite le chef d'entreprise à saisir la médiation et l'aide à déposer un dossier sur le site internet. En parallèle, il fournit au médiateur départemental du crédit un avis qualifié sur le projet.
Pour une mise en relation avec un TCM : 0.810.00.12.10 (service = 0,06 €/min + prix d'appel).

LES CHIFFRES CLÉS DE LA MÉDIATION (arrêtés au 31 octobre) :

  • 47.907 entreprises ont saisi le Médiateur du crédit
  • 37.989 dossiers acceptés (80 % des dossiers déposés)
  • 33.215 dossiers instruits et clos
  • 20 358 entreprises confortées dans leur activité
  • 378.379 emplois ont été préservés
  • 6,1 milliards d'euros de crédit ont été débloqués
  • 96 % des dossiers concernent les PME de moins de 50 salaries, dont 84 % des TPE (moins de 10)
  • 58 % des dossiers déposés concernent des encours de moins de 50 K€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :