Bordeaux a attiré 5,8 millions de visiteurs en 2014

 |   |  763  mots
Bordeaux Fête le vin, l'un des événements-phares de la ville
Bordeaux Fête le vin, l'un des événements-phares de la ville (Crédits : DR)
L'Office de tourisme de Bordeaux a commandé au cabinet Protourisme une étude pour évaluer l'impact économique du tourisme sur l'agglomération de Bordeaux en 2014-2015. Il en ressort un chiffre de 5,8 millions de visiteurs, issus à la fois du tourisme d'affaires et du tourisme de loisir. Les retombées économiques ont été évaluées à 926 M€.

Au-delà de la confirmation que Bordeaux est bel et bien devenue une ville touristique, l'objectif de l'Office de tourisme et de congrès de Bordeaux Métropole en commandant une étude d'impact était de disposer de données chiffrées utiles à la mise au point de projets stratégiques de développement, marketing et commercialisation.

"Aujourd'hui les Bordelais ont le sentiment de vivre dans une ville touristique, ce qui n'était pas le cas il y a dix ans, explique Stephan Delaux, président de l'Office de tourisme et des congrès de Bordeaux Métropole. La ville offre au monde un visage nouveau qui intéresse et qui attire. Bordeaux a fait l'objet de nombreux labels, mais les chiffres, c'est mieux : cela confirme de manière technique ces ondes, ces sensations, ces labels, certains étant structurés, d'autres plus intuitifs."

Les résultats de l'étude "Evaluation de l'impact économique du tourisme sur l'agglomération de Bordeaux 2014-2015", financée également par la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux, le CIVB (Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux), la Cité du vin et Bordeaux Grands Evénements (48.000 € HT), a été présentée ce matin. Le cabinet Protourisme a enquêté sur l'ensemble du territoire de Bordeaux Métropole de mai 2014 à avril 2015 auprès de 1.320 visiteurs pour arriver à chiffrer ce "ressenti". Il ressort de cette "Evaluation de l'impact économique du tourisme sur l'agglomération de Bordeaux 204-2015" que l'agglomération a reçu 5,8 millions de visiteurs en 2014, dont 1,7 million pour affaires et 4,1 millions pour les loisirs, soit 926 millions de retombées économiques et 6.300 emplois directs et indirects liés à l'activité touristique.
77 % des visiteurs sont français ; parmi les étrangers, ce sont les Britannique qui sont le plus représentés (22%) suivis des Espagnols (11%) et des Allemands (9%). Profil type du visiteur : un urbain, âgé de 50 à 65 ans, en couple, avec des revenus importants. 78 % des visiteurs séjournent à Bordeaux, dont 68 % en hébergement marchand. Ils sont globalement satisfaits : ils attribuent une note de 8/10 à leur séjour.

938 M€ de dépenses

Les touristes de loisir dépensent en moyenne 62 € par jour et par personne, majoritairement pour le shopping, l'hébergement, l'achat de vin et le restaurant. Pour les touristes d'affaires, la dépense moyenne par visiteur est de 124 € (soit le double d'un touriste de loisir). Chez cette clientèle affaires, c'est le poste d'hébergement (92 % sont logés en hébergement marchand) qui constitue le plus gros du budget, suivi par les transports, les restaurants et le shopping.
Globalement, la dépense des visiteurs sur le territoire de Bordeaux Métropole s'est élevée à près de 938 M€ en 2014 dont 39 % de dépenses directes (hébergement, activités de loisirs et culturelles) et 61 % de dépenses classées comme indirectes (restaurants, commerces alimentaires et on alimentaires, transports locaux, services aux personnes). Ce qui représente 15 % de la dépense touristique régionale, évaluée par l'Insee en 2011 (dernières données disponibles) à 6,4 Md€.
Tous emplois confondus (directs, indirects, induits), le tourisme représente 3,7 % des emplois de la Métropole, les retombées économiques du tourisme représentent 1.280 € par habitant.

"Tourisme de qualité et de contenu"

Pour 48 % des visiteurs, la motivation principale de leur venue a été l'envie de découvrir Bordeaux, la visite de la ville étant l'activité la plus pratiquée (80 % des sondés). L'enjeu est désormais de faire revenir ces touristiques séduits par le nouveau visage de Bordeaux. Car si la ville est belle et se suffit à elle-même au moins pour les primo-visiteurs, elle manque de ces équipements touristiques structurants qui attirent les foules, même si un premier pas sera franchi en ce sens dès l'an prochain avec l'ouverture de la Cité du vin.
Quoi qu'il en soit l'idée est de rester sur une offre privilégiant la qualité à la quantité, pour ne pas se développer à n'importe quel prix : "Bordeaux fait partie des marques capables de tirer le tourisme français, elle fait partie des marques structurantes de la destination France, explique Stéphan Delaux. Faisant référence à tout ce qui offre de belles perspectives à la ville (TGV, Cité du vin, arrivée en 2016 de deux nouveaux croisiéristes, arrivée des chefs Philippe Etchebest, Godon Ramsay, Joël Robuchon, développement de l'œnotourisme), Stéphan Delaux a réaffirmé la volonté de la ville de "se développer vers la qualité et d'être au niveau des attentes que la marque suscite. Nous devons rester sur un tourisme de qualité et de contenu pour ne pas dégrader la valeur de cette filière."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :