Ford Aquitaine Industries encore sous tension

 |  | 377 mots
Dirk Heller, président de Ford Aquitaine Industries
Dirk Heller, président de Ford Aquitaine Industries (Crédits : Agence Appa)
Modifié 02/04/2015 - 16 h 41 / Les difficultés rencontrées par Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (33), pour la production du double-embrayage (DCT), ne se résorbent pas facilement et le président Dirk Heller, qui a rencontré les syndicats hier, est à pied d’œuvre.

Dans un contexte technique tendu, qui mobilise sur place et depuis près d'un mois Dirk Heller, président de FAI, directeur des usines moteurs et transmissions de Ford Europe, à Cologne (Allemagne), la CGT a appelé ce jeudi les salariés à un débrayage entre 13 h 30 et 14 h 30. Pendant la même journée, le patron de FAI a rencontré les salariés, après la demande faite dans ce sens par l'intersyndicale FO-CFTC-CFDT et CGT. Selon la CFTC, cette réunion n'a pas permis de lever les doutes qui subsistent. Alors que les syndicats dénoncent depuis des mois les effets de la politique de réduction des coûts impulsée par la direction de FAI (984 équivalents temps plein) et qu'ils rendent cette stratégie responsable de la désorganisation en particulier à la fabrication du double-embrayage, Dirk Heller n'a apparemment pas abondé dans ce sens. Selon la CFTC, le président de FAI a expliqué que Ford Aquitaine Industries et son usine sœur, Getrag Ford Transmissions (GFT -près de 730 personnes), située à quelques dizaines de mètres et spécialisée dans la fabrication de boîtes de vitesses manuelles pour le marché européen, ne totaliseraient pas plus de 1.700 salariés.


Approvisionner Valence

Toujours selon la même source syndicale, Dirk Heller a ensuite conclu à une responsabilité collective concernant les problèmes de fabrication du double-embrayage, avant d'évoquer la possible affectation à FAI de la fabrication d'une nouvelle transmission à sept vitesses. Ceci à condition que FAI atteigne les objectifs fixés (délais, volumes, nombre d'emplois affectés à chaque activité, etc.) par le constructeur automobile. La CFTC a fait savoir qu'elle réclamait la réintégration au sein de FAI de toutes les fonctions qui sont externalisées ou sous-traitées, et dénonce l'impact sur la vie familiale des mesures de flexibilités adoptées. De façon plus générale, les syndicats imputent la désorganisation de l'usine à la direction. Les problèmes rencontrés sur le double-embrayage à Blanquefort menacent directement l'usine Ford de Valence, en Espagne, que l'entreprise girondine approvisionne. Une source proche de la direction avait déjà analysé cette situation en mettant en avant la nécessité de s'adapter aux contraintes du marché par la flexibilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :