Le chômage grimpe plus vite en Aquitaine

 |  | 413 mots
L'emploi a connu une nouvelle dégradation en février
L'emploi a connu une nouvelle dégradation en février (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Les femmes ont payé le prix fort de la hausse du chômage en février en Aquitaine, région qui enregistre une dégradation de l’emploi supérieure à la moyenne nationale.

Le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie A (sans emploi) en Aquitaine a augmenté de + 0,5 %, à 178.571 personnes, en février dernier sur un mois. Le nombre de chômeurs de cette catégorie augmente de 5,7 % sur un an en Aquitaine. Ce qui fait que la situation des demandeurs d'emplois de catégorie A s'aggrave davantage dans la région que dans l'ensemble de la France, où la hausse sur un mois est de + 0,4 %, et sur un an de + 4,6 %. La hausse du nombre de demandeurs d'emploi des catégories A, B, C (sans emploi ou activité réduite avec actes positifs de recherche d'emploi) est deux fois plus élevée en Aquitaine sur un mois, à + 0,8 %, à 279.213 personnes, qu'en catégorie A. Elle dépasse de plus de 40 % le niveau de la hausse de la catégorie A sur un an, à + 8,1 %. Dans cette catégorie aussi, la situation se dégrade davantage en Aquitaine qu'en France, où l'évolution sur un mois est de + 0,6 % et de + 6,5 % sur un an. Cette tendance reflète une hausse générale du nombre de chômeurs de catégorie A dans les départements aquitains.

Les 25-49 ans plus exposés

C'est le département des Landes qui enregistre l'augmentation la plus élevée, à + 1,3 % sur un mois, devant le Lot-et-Garonne (+ 0,6 %), la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques (+ 0,4 %) et, une fois n'est pas coutume, la Dordogne, qui, avec une progression de + 0,3 % enregistre la plus faible hausse régionale. Le département des Landes est coutumier des séquences de chômage explosives et c'est le cas en février, où la catégorie A, B, C enregistre une hausse record de + 1,5 % sur un mois, devant le Lot-et-Garonne (+ 0,9 %), la Dordogne (+ 0,8 %), la Gironde (+ 0,7 %) et les Pyrénées-Atlantiques (+ 0,3 %). Dans la catégorie A et sur un mois, c'est la tranche des 25-49 ans qui paie le prix fort, avec une hausse de + 0,7 %, celle des 50 ans et plus est touchée (+ 0,3 %), tandis que celle des moins de 25 ans reste stable (0 %). Toutes tranches d'âges confondues, ce sont les femmes qui sont en première ligne. Le nombre de femmes au chômage augmente ainsi de + 0,9 % dans la tranche d'âge des 25-49 ans, de + 0,3 % dans celles des 50 ans et plus, mais aussi des moins de 25 ans. Alors que dans le même temps, l'évolution du chômage des hommes de moins de 25 ans se replie de 0,2 %. La hausse est de + 0,6 % pour les hommes de 25 à 49 ans et de + 0,3 % chez les 50 ans et plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :