A Bordeaux, le marché des bureaux a de belles perspectives

 |  | 435 mots
Le pont Chaban-Delmas a participé au désenclavement du quartier des Bassins à flot
Le pont Chaban-Delmas a participé au désenclavement du quartier des Bassins à flot (Crédits : Agence Appa)
La bonne résistance de Bordeaux Métropole dans l’immobilier d’entreprise est confirmée par la dernière étude de BNP Paribas Real Estate Transaction, qui pointe 91.000 m2 échangés en 2014.

Après la présentation de l'analyse annuelle du marché par l'Observatoire de l'immobilier d'entreprise de Bordeaux Métropole (OIEB), présidé par Patrice Dupouy (Tourny Meyer), celle de BNP Paribas Real Estate Transaction, dirigé à Bordeaux par Valery Carron, vice-président de l'OIEB, vient d'être rendue publique.

Cette deuxième étude, centrée sur les bureaux, n'est pas exactement structurée comme celle de l'OIEB et propose des résultats sensiblement différents, mais pas contradictoires. En 2014, BNP Paribas Real Estate Transaction estime le volume global échangé sur la place bordelaise à 91.000 m2, soit une grande stabilité par rapport à 2013 (88.000 m2).

Loin de conclure au début d'une ère de stagnation, l'étude, qui classe Bordeaux parmi les cinq premières villes de France, estime ainsi que la métropole bordelaise démontre la profondeur de son marché. Valery Carron parle de "bonne résilience" dans son analyse, "dans un contexte de marché complexe". Le ressort de ce dynamisme s'explique selon lui "notamment par une augmentation des transactions des petites et moyennes surfaces" et la signature d'une quinzaine d'échanges à plus de 1.000 m2.

Bassins à flot et Euratlantique

Avec 75 % des transactions, deux secteurs dominent : Mérignac, à l'Ouest, avec une offre "essentiellement constituée de parcs d'affaires" et 22.000 m2 placés, dans l'attente en particulier des 50.000 m2 de la future nouvelle implantation de Thales, et Bordeaux centre, dont la restructuration urbaine attire les entreprises, avec une part de marché métropolitaine qui passe de 46 à 56 % en 2014. Ce marché de Bordeaux centre se structure autour de "deux nouveaux quartiers à fort potentiel : Euratlantique et les Bassins à flot".

Côté Euratlantique (Bègles, Bordeaux, Floirac), l'étude de BNP Paribas Real Estate Transaction souligne en particulier que "de nouveaux immeubles aux standards internationaux, bénéficiant d'une grande qualité architecturale intérieure, sont en cours de développement", avec la tour In Nova, développée par le promoteur Carle (6.700 m2 et 55 mètres de haut), l'îlot Armagnac (50.000 m2 dont 10.000 m2 choisis par GDF Suez et 4.000 m2 par Orange), la halle Débat Ponsan (22.000 m2 dont 11.000 m2 développés par Eiffage Immobilier).

Quant aux Bassins à flot, "ils attirent 15 % des volumes dans un environnement mixte bureaux, logements et hôtellerie". Après les 16.600 m2 de logements du programme Origin (Nexity), l'immeuble La Fabrique (3.700 m2), acquis par ANF, avec à la promotion Bouygues Immobilier, a été livré et Urban Cap (5.500 m2 - Icade / Primonial) sera livré au cours de ce premier semestre 2015, il va accueillir les écoles de commerce du groupe C&D (2.500 m2) et l'Institut d'ostéopathie (1.200 m2). Autrement dit, et malgré un contexte économique tendu, Bordeaux continue à se développer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :