Les ventes de textile à la hausse

 |  | 347 mots
Les ventes de prêt-à-porter femme progressent de 3,9 % en valeur.
Les ventes de prêt-à-porter femme progressent de 3,9 % en valeur.
Les ventes d’articles d’habillement et de textiles ont progressé de 5,5 % en valeur en mai, avec une poussée de + 7,7 % pour le prêt-à-porter homme.

Les ventes d'articles d'habillement et textiles ont progressé de + 5,5 % en mai 2014 sur un an selon Distribilan, de l'Observatoire économique de l'Institut français de la mode (IFM). L'institut relève toutefois qu'en mai 2013 les ventes avaient accusé une baisse de 8,2 % par rapport à l'année précédente et que cette hausse est donc à relativiser. Cette remontée des ventes n'est pas uniforme. Elle inclut ainsi une baisse de 2,1 % pour la vente à distance (VAD : par Internet, catalogue, téléphone, publipostage ou annonces presse) et une hausse de 10,8 % pour les chaînes grande diffusion. Tandis que les ventes d'articles textiles gagnent 8,4 %, celles des articles d'habillement sont à + 5,1 %. Sur les cinq premiers mois de l'année, la hausse des ventes s'établit à + 0,9 % par rapport à la même période en 2013.

 

Grandes chaînes en tête


Les ventes en valeur de prêt-à-porter homme (+ 7,7 % au global) augmentent notamment de 9,7 % chez les indépendants multimarques, de 8,3 % en chaînes spécialisées ou encore de 12,7 % en chaînes grande diffusion, alors qu'elle baisse de 2,2 % en VAD et de 3,1 % en hyper et super marchés. Les ventes en valeur de sous-vêtements et chaussant homme (+ 3,7 %) font un bond de 15,9 % chez les indépendants multimarques et de 13,1 % dans les chaînes de grande diffusion, alors qu'elles baissent de 2,2 % en VAD. Côté femme, les ventes en valeurs de prêt-à-porter progressent de 3,9 % dont + 18,1 % dans les magasins populaires (points de vente en alimentaire et non alimentaire de 1.000 à 4.000 m2 en centre-ville) et + 2,7 % en VAD, contre un recul de 13,4 % en hyper et super marchés. Elles enregistrent une hausse de + 1,4 % en lingerie et chaussant femme, les plus fortes ventes étant le fait des chaînes spécialisées (+ 8,6 %) et les plus fortes baisses des grands magasins (- 5,9 %). Sur la totalité des ventes en valeur, les chaînes de grande diffusion sont en tête, avec une hausse de + 10,8 %, devant les magasins populaires, à + 10,6 % et les chaînes spécialisées (+ 7,4 %) tandis que la VAD recule de 0,9 %. Si ce redressement général ne compense pas la baisse de 2013, il marque une inflexion significative à la hausse.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :