Finance et tertiaire : "Bordeaux se distingue par ses centres de décision locaux"

 |   |  113  mots
Emmanuel Marjary, président de Bordeaux Place financière et tertiaire
Président de Bordeaux Place financière et tertiaire, Emmanuel Marjary revient sur la naissance il y a deux ans et sur les objectifs poursuivis par l'association. Il estime que "les fintechs ne sont pas inquiétantes" pour les établissements traditionnels mais qu'au contraire elles apportent de la valeur. Il estime que les typologies d'acteurs ne doivent pas être opposées. "Les fintechs apportent de nouvelles solutions dans la relation clients, dans le big data" selon lui. Emmanuel Marjary liste deux enjeux prioritaires pour les activités financières et tertiaires : "Maintenir la compétence et des centres de décision locaux".

Interrogé à l'occasion de Bordeaux Fintech, Emmanuel Marjary juge également que la dynamique du crowdfunding va entrer dans une phase de maturité. Il juge que "le financement participatif est régi, comme d'autres, en bout de course, par une finalité : ne pas perdre d'argent, ou avoir un retour sur investissement. Il faudra attendre peut-être trois ou quatre ans pour avoir un premier cycle de vie des entreprises et donc un premier retour. Nul doute que, comme dans n'importe quelle activité de financement, et même si je ne le souhaite pas, il y aura des défauts. C'est la vie, ça fait partie du monde des affaires."

>> Voir l'interview vidéo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :