Covid-19 : pourquoi le patron du Bistro Régent appelle à ne plus payer la TVA

 |   |  1038  mots
Marc Vanhove fondateur et dirigeant de la franchise Bistro Régent
Marc Vanhove fondateur et dirigeant de la franchise Bistro Régent (Crédits : Bistro Régent)
A la tête d'une franchise dans la restauration qui regroupe plus de 130 restaurants en France, Marc Vanhove estime que la TVA est un indispensable apport de trésorerie pour les commerçants, qui ont dû cesser toute activité depuis le 14 mars. Son argument clé, c'est que personne ne sait encore combien de temps durera l'épidémie de coronavirus et la période de confinement. Le patron du Bistro Régent précise qu'avec ses seuls restaurants en propre il perd désormais 1,4 M€ par mois de fermeture.

Propriétaire de la marque bordelaise de restauration traditionnelle Bistro Régent, qui regroupe 136 restaurants en France, Marc Vanhove a vu fermer tous les établissements de sa marque le samedi 14 mars suite à l'annonce du Premier ministre Edouard Philippe sur l'obligation d'appliquer des mesures de confinement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Les 1.500 salariés des restaurants Bistro Régent ont ainsi rejoint la masse des 484.300 salariés de la restauration française (traditionnelle, collective concédée et cafétérias -chiffres Fafih 2018) qui se sont retrouvés sans activité du jour au lendemain, quand les 125.030 établissements (idem) qui les employaient ont dû fermer.

"Sur l'ensemble des salariés de Bistro Régent, j'en ai 150 en propre. Les autres sont employés par mes franchisés. Nous avons fait comme tout le monde et fermé d'un coup. Ce confinement me coûte cher, soit 1,4 M€ de perte sèche par mois. Bien sûr ça va faire mal mais nous sommes solides", évalue Marc Vanhove.

Lire aussi : Covid-19 : la Nouvelle-Aquitaine passe à la grande vitesse pour aider le Grand-Est

Sponsor des Girondins et "Patron incognito" sur M6

Le nombre de ses restaurants franchisés, avec leur formule unique, qui comprend notamment des frites et de la salade, avec au choix saumon, canard, rumsteack ou steack tartare n'a cessé de grimper en France au cours des dernières années. Et l'arrêt brutal de toute activité, provoqué par la lutte contre le coronavirus a littéralement ouvert un abîme sous les pieds des chefs d'entreprise concernés.

"Nos salariés sont passés en chômage partiel puisque l'Etat couvre 84 % de leur rémunération, mais j'abonde de mon côté les 16 % restants pour qu'ils puissent arriver à 100 % de leurs salaires. Cela vaut pour mes 150 salariés et non pour la totalité des 1.500 de la marque, puisque les franchisés ne dépendent pas de moi", éclaire Marc Vanhove.

Très entreprenant Marc Vanhove organise d'ordinaire des jeux concours pour ses clients, qui peuvent parfois gagner une Porsche, il s'est adjoint les services d'un ambassadeur de luxe pour la communication, en la personne du chef étoilé Philippe Etchebest, sponsorise en particulier le Football club des Girondins de Bordeaux et puis s'est lancé dans la téléréalité, sur la chaîne M6, avec « Patron incognito » et « Qui veut être mon associé ? ».

Lire aussi : Après M6, comment Sunday veut transformer...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2020 à 18:28 :
Situation très ambigue ,en effet je suis une T P E avec une très forte trésorerie.Cétait mon objectif principale depuis la création de l'entreprise.
inconvéniants faibles salaires pour les salariés

avantage
Trésorerie au top

Je suis comme tout le monde fatigué moralement ,les infos nous mette le bourdon.
En parlant de TVA pas de recette ok aucune collecte pour l'état ,mais les charges sont toujours là,donc celui ci nous est redevable et pour cela il faudra qu'il nous rembourse très vite pour les entreprises en difficultées

Kenavo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :