La Cité du vin décroche son premier million de visiteurs

 |   |  583  mots
La Cité du vin de nuit
La Cité du vin de nuit (Crédits : Appa)
La Cité du vin, à Bordeaux, a enregistré l’arrivée de son millionième visiteur le mercredi 9 août à 11 h 40 : c’est un touriste breton qui a franchi cette invisible ligne d’arrivée et provoqué le très attendu basculement du compteur de 999.999 à 1.000.000.

L'heureux millionième visiteur de la Cité du vin, venu en compagnie de son épouse, s'est vu remettre un Pass annuel, une invitation à dîner pour deux personnes au restaurant panoramique Le 7, un beau livre et une bouteille de Merul bulgare. Ce vin, originaire d'une des plus anciennes régions viticoles du monde, n'a rien à voir avec le merlu, un poisson bien connu en Bretagne, et a été offert au visiteur par Latitude 20, la gigantesque cave installée à la Cité du vin.

Comme l'a souligné Sylvie Cazes, présidente de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin, qui exploite la Cité du vin, lors du petit déjeuner de La Tribune dont elle était l'invitée, le 8 juin dernier, ce lieu culturel innovant, à l'architecture inoubliable, a ouvert ses portes au public mi-2016 pour atteindre la barre des 455.000 visiteurs dès 2017. Le cap du million de visites n'a donc rien d'anecdotique pour cette structure sans équivalent, qui a vu le jour grâce à l'implication déterminante de la mairie de Bordeaux. La billetterie génère aujourd'hui 75 % du chiffre d'affaires, pour un budget annuel qui est de l'ordre de 10 M€ par an. Ce qui signifie que le mécénat (particuliers, entreprises) est à l'origine de 25 % des recettes.

Un centre d'intérêt touristique international

"Nous sommes très fiers de franchir ce cap. Notre ambition en tant que Fondation pour la culture et les civilisations du vin est depuis toujours que la Cité du vin soit un lieu culturel accessible au plus grand nombre et ouvert à tous. Accueillir un million de visiteurs venus du monde entier c'est un véritable succès ! Nous remercions chaleureusement les partenaires et mécènes qui nous ont fait confiance et nous soutiennent au quotidien pour nous permettre de proposer une offre culturelle toujours plus appréciée", a déclaré Philippe Massol, directeur général, dans le communiqué de la Cité du vin.

Comme l'avait évoqué lors d'un entretien Cécile Rasselet, directrice du service socio-économie à l'A'urba (Agence d'urbanisme de Bordeaux Métropole Aquitaine), avec l'ouverture de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Paris en juillet 2017 la Cité du vin est devenue un vrai un motif de visite touristique pour les Parisiens. La direction de la Cité du vin confirme cette tendance en l'élargissant puisque 20 % des visiteurs ne résidant pas à Bordeaux Métropole déclarent que c'est cette dernière qui les a poussés à venir au port de la Lune.

Mais cette influence va plus loin et la Cité du vin a attiré 176 nationalités, dont 30 % de Bordelais, 44 % de Français d'autres régions et 26 % d'étrangers, avec en premier lieu les Britanniques, devant les Américains, les Espagnols, les Suisses, les Allemands et les Italiens. Un succès qui n'est pas passé inaperçu aux yeux d'un autre Breton, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, qui devait faire venir, ce vendredi 31 juillet, 11 ambassadeurs de France à la Cité du vin, dans le cadre de la clôture de la Conférence des ambassadeurs.

La Cité du vin confirme la création de 250 emplois équivalents temps plein "répartis entre la Fondation, les sous-traitants et autres exploitants". La Fondation pour la culture et les civilisations du vin est en contact avec des opérateurs étrangers qui se montrent intéressés par cette expérience. La remarquable exposition consacrée à la Géorgie (présentée du 31 juillet au 5 novembre 20917) pourrait ainsi être présentée à Tokyo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :