Tourisme : Bordeaux profite du boom sur les ventes de billets de train de Trainline

 |   |  590  mots
Un TGV InOui en garde de Bordeaux Saint-Jean
Un TGV InOui en garde de Bordeaux Saint-Jean (Crédits : Agence Appa)
Poids lourd des ventes de billets de train et de bus sur Internet et sur mobile, Trainline vient de dévoiler son premier baromètre sur les villes françaises les plus prisées à l’été 2018 par les touristes étrangers. Avec un premier palmarès où Bordeaux se classe dans le peloton de tête.

Trainline Europe, à Paris, spécialisée dans la vente de tickets de train et de bus en ligne et sur smartphones, a créé un baromètre qui s'intéresse aux destinations choisies par les touristes. Rappelons que la société Trainline, dont le siège est à Londres, a pris le contrôle en 2016 de la startup française Captain Train, cofondée par Jean-Daniel Guyot, qui a été la première dans l'Hexagone à vendre des billets de trains sur Internet, après que la loi ait permis à la SNCF de faire appel à des revendeurs extérieurs, avant de développer une application identique pour les smartphones.

Trainline Europe, dirigé par Jean-Daniel Guyot, se positionne comme le leader européen des ventes de tickets de train et de bus en ligne. Trainline revendique la vente quotidienne des billets de 183 compagnies de trains et de bus, pour plus de 127.000 voyages dans 37 pays. Ce qui fait de ce premier baromètre édité par cette entreprise un outil convaincant.

Le tiercé dans l'ordre : Avignon, Nice, Bordeaux

Porte d'entrée en France pour les touristes étrangers, Paris ne fait pas partie du palmarès. Trainline, que nous avons contacté, n'indique que des variations proportionnelles et ne donne pas de précisions sur le nombre de billets vendus, qui fonde son classement. L'entreprise considère que ce sont des données stratégiques. Trainline précise vendre 25 % de ses billets de train pour la France à des clients internationaux.

C'est ainsi qu'en 2018 le baromètre Trainline des destinations les plus prisées en France par les touristes internationaux, qui voyagent en train et en bus, place trois villes (sur les dix qui sont classées) dans le peloton de tête des destinations les plus recherchées. Il s'agit tout d'abord d'Avignon, avec un bond de +107 % par rapport à l'an dernier, puis de Nice (+37 %) et Bordeaux (+90 %), troisième sur le podium. Les sept autres villes sont Lyon (+60 %), en quatrième position, devant Marseille (+77 %), Strasbourg (+123 %), Aix-en-Provence (+99 %), Montpellier (+91 %), Toulouse (+40 %) et Lille (+81 %), en dixième position.

Bordeaux attire les Espagnols et les Néerlandais

Les deux villes les plus attractives de ce classement ratissent large puisque le choix d'Avignon arrive en tête chez les touristes venus des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Nouvelle-Zélande et Hongkong, et celui de Nice chez les ressortissants d'Australie, Canada, Italie, Argentine et Inde. Trois villes sont marquées par un fort effet de proximité : avec les Belges qui choisissent Lille, les Espagnols qui vont à Bordeaux et les Allemands à Strasbourg. Ce qui n'empêche pas Bordeaux d'avoir également la préférence des touristes néerlandais. Il est à noter que Lyon attire les Irlandais et Marseille les Suisses.

La société britannique observe que pour cet été 2018 les réservations de billets de train et de bus par des touristes étrangers (arrêtées au 1er juin) enregistrées par Trainline ont bondi de +78 %. Avec une tendance forte en records puisque ces réservations ont explosé en Irlande (+293 %) mais aussi en Argentine (+125 %) et en Belgique (+115 %). Les hausses sont également fortes en Espagne (+82 %), en quatrième position, devant les Etats-Unis et le Royaume, à +80 %, l'Inde (+72 %), à la septième position, l'Allemagne (+69 %), le Canada (+62 %), l'Australie (+61 %) et la Nouvelle-Zélande (+55 %), à la onzième place, l'Afrique du Sud (+45 %), les Pays-Bas (+44 %) et l'Italie (+43 %). La Suisse ferme le ban, à la quinzième place, avec une hausse de +15 %. L'histoire ne dit pas encore ce que représentent les billets de train par rapport aux titres de transport des compagnies de bus, mais le ratio doit être très nettement en faveur du chemin de fer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :