Deeptech : "Les investisseurs veulent du logiciel, le hardware ça les fait transpirer ! "

 |  | 2470 mots
Lecture 13 min.
De gauche à droite, les quatre chefs d'entreprise colocataires : Jad Rouhana (Lynxdrone), Alice Lassalle (Nimbl'Bot), Bertrand Laine (3Ditex) et Ludovic Dufau (Nimbl'Bot).
De gauche à droite, les quatre chefs d'entreprise colocataires : Jad Rouhana (Lynxdrone), Alice Lassalle (Nimbl'Bot), Bertrand Laine (3Ditex) et Ludovic Dufau (Nimbl'Bot). (Crédits : Agence APPA)
INTERVIEW. Lynxdrone, Nimbl'Bot et 3Ditex : ces trois startups industrielles créées fin 2018 ont choisi de s'installer en colocation, sous la houlette de Bordeaux Technowest, pour mutualiser coûts de fonctionnement, moyens humains et technologies. Une manière originale de se faire confiance pour surmonter les difficultés de développement et de financement pour ces jeunes pousses de la deeptech lancées dans les drones, la robotique et les textiles intelligents. Interview croisée avec ce pack de chefs d'entreprises dynamiques.

Cofondée par Alice Lassalle et Ludovic Dufau, Nimbl'bot développe une architecture robotique biomimétique de quelques millimètres offrant des niveaux de précision et d'agilité inégalés. Elle compte quatre collaborateurs et deux arrivées prévues prochainement. En cours de validation de sa preuve de concept, Nimbl'bot vise une mise sur le marché de prototypes avancés de ses robots à l'horizon 2022. Elle est en passe de clôturer une levée de fonds de 250.000 euros auprès du fonds Technostart de Bordeaux Technowest, d'Irdi Soridec et d'un réseau de business angels.

Cofondée et présidée par Jad Rouhana, Lynxdrone propose, grâce à ses drones volants ou terrestres, des solutions d'inspection de canalisations et d'environnements contraints notamment pour établir des jumeaux numériques. L'entreprise qui comptera six salariés fin 2020 est déjà sur le marché et a quadruplé son chiffre d'affaires en 2020. Enfin, 3Ditex, cofondée et dirigée par Bertrand Laine, réunit une équipe de huit personnes autour d'une solution de tissage 3D à destination de l'industrie des textiles techniques et des matériaux composites.

Les trois startups, qui totalisent une petite vingtaine de personnes, sont installées depuis juin 2020 dans leurs propres locaux de 445 m2, dont 275 m2 d'ateliers de fabrication, à Saint-Médard-en-Jalles, en Gironde. La Tribune a rencontré ces quatre dirigeants pour une interview croisée sur ce projet de colocation et sur les difficultés rencontrées par les startups de la deeptech et de l'industrie en France en 2020.

LA TRIBUNE : Vous étiez déjà voisins au sein de Technowest à Bordeaux Aéroparc. Qu'est-ce qui a déclenché ce projet de colocation ?

LUDOVIC DUFAU, président de Nimbl'bot : Le premier élément est probablement le besoin de disposer d'espaces suffisamment grands pour répondre à nos capacités de prototypage. Ce n'était pas possible de le faire à Technowest donc on aurait pu partir pour s'installer seul mais on se serait alors coupé du réseau et des échanges si précieux de la pépinière. Nos amis de 3Ditex et Lynxdrone ont eu les mêmes besoins au même moment et cette colocation s'est donc présentée comme une évidence !

Comment s'est passée votre recherche de locaux ?

BERTRAND LAINE, président de 3Ditex : Un peu compliquée ! On n'a pas trouvé de bailleur acceptant de louer ses locaux à nos trois startups, même en proposant d'avancer un an de loyer ! Notre projet était perçu comme trop jeune et trop risqué puisque deux d'entre nous n'ont pas encore de clients ni de marché. Concrètement, c'est donc la SPL de Bordeaux Aéroparc qui a signé le bail et qui nous sous-loue ensuite les locaux !

3Ditex Lynxdrone Nimbl'Bot

Ludovic Dufau, Alice Lassalle, Bertrand Laine et Jad Rouhana, dans les locaux de la colocation (crédits : Agence Appa).

Quelle est votre organisation au quotidien ?

ALICE LASSALLE, directrice générale de Nimbl'bot : Pour le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :