Displayce et Poietis rejoignent l'accélérateur UpGrade

 |   |  777  mots
Poietis et Displayce viennent de rejoindre le programme d'accélération Up Grade Nouvelle-Aquitaine
Poietis et Displayce viennent de rejoindre le programme d'accélération Up Grade Nouvelle-Aquitaine (Crédits : Up Grade / Twitter)
Les pépites Displayce et Poietis ont été retenues par l'accélérateur de startups UpGrade, fondé par le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et opéré par Bordeaux Unitec, pour rejoindre la première promotion. Elles rejoignent Eshard, Dynvibe, Olikrom, Rhinov et Entomo Farm.

Aider les jeunes entreprises prometteuses d'envergure internationale à quitter le statut de startup pour devenir des scale-ups, en phase de croissance accélérée : tel est l'objectif d'Up Grade, structure lancée par le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et opéré par Bordeaux Unitec. Ce programme d'accompagnement dirigé par Perrine Laquèche avait déjà sélectionné, à l'issue d'un premier appel à candidatures, cinq sociétés : Eshard, Dynvibe, Olikrom, Rhinov et Entomo Farm.

Lire aussi : Accélérateur régional : qui sont les startups lauréates de la 1re promotion ?

Le second appel candidatures, lancé au début de l'été dernier, a vu une cinquantaine de dossiers ouverts, en provenance de tous les territoires de Nouvelle-Aquitaine. 18 ont été finalisés, 8 ont été pré-sélectionnés car entrant dans les critères d'Up Grade qui cible des startups déjà matures, avec un produit ou un service commercialisable.

"Il y a eu une prise de conscience de certaines d'entre elles sur ce qu'est un vrai accélérateur et de l'intensité de travail exigée, précise Perrine Laquèche. Nous sommes là pour faire du qualitatif et pas du quantitatif. Le lancement de l'appel à candidatures au début de l'été n'a pas non plus été idéal. Nous avons donc fait le choix de retenir deux startups et de les intégrer à la première promotion plutôt que d'en créer une nouvelle."

Les deux lauréates, aux profils très différents, sont déjà bien identifiées des connaisseurs de l'écosystème local :

Displayce est la première plateforme technologique conçue pour optimiser l'achat, l'impact et la qualité des campagnes publicitaires diffusées sur les panneaux digitaux. Grâce à cette technologie propriétaire basée sur l'intelligence artificielle et la valorisation des données, les agences accèdent en un clic au plus large inventaire d'affichage digital de France et valorisent leurs campagnes de marque sur des formats premium, dans des environnements ciblés et auprès d'une audience massive. Fondée par les Bordelaises Laure Malergue et Marie Gaestel, Displayce a pour prochain jalon la diffusion de campagnes sur des panneaux numériques situés en Europe. La startup vient d'ailleurs de décrocher le prix de la Startup de l'année lors de Biznext Bordeaux 2018, organisé par La Tribune.

Lire aussi : Displayce lève des fonds pour bousculer l'affichage digital


Poietis travaille, depuis sa création en 2014 à Pessac près de Bordeaux, sur le sujet de la bio-impression. Elle a notamment mis au point une bio-imprimante guidée par laser qui permet de produire des tissus vivants. De l'impression 4D cellulaire en somme, ajoutant aux trois dimensions habituelles la dimension du temps, qui autorise la startup à viser d'ici quelques années la production d'organes et tissus pouvant être implantés de manière chirurgicale. Avant d'aller jusque-là, Poietis fait avancer ses recherches via des partenariats scientifiques conclus avec de grands acteurs mondiaux de la santé, qui lui permettent également de financer sa R&D en vue d'une arrivée en bloc opératoire. La période est charnière pour Poietis car la société vient de lancer il y a quelques jours la commercialisation de sa nouvelle gamme de bio-imprimantes 4D.

Lire aussi : Bio-impression : Poietis lève 5 M€ pour se rapprocher du bloc opératoire


Les deux pépites viennent donc rejoindre un « club des cinq » soudé.

"Avec elles, nous avons mené un diagnostic initial approfondi, notamment autour des trous juridiques, des stratégies tarifaires et de la vision qu'avaient leurs dirigeants des prochaines étapes de développement. Nous avons ensuite enchaîné sur les business plans à trois et cinq ans, la politique d'offres, la segmentation, le financement, la recherche de partenariats, la structuration des entreprises et notamment le management intermédiaire, la construction d'une vision stratégique à moyen et long terme", détaille Perrine Laquèche.

La question du management, souvent négligée par les startups en période de forte croissance, et la stabilisation du modèle économique ont été érigées au rang des priorités. UpGrade a également fait évoluer son programme vers davantage de personnalisation. "Les journées collectives ont été riches, témoigne Perrine Laquèche. A plusieurs reprises les entreprises de la première promotion ont pu présenter des sujets importants pour elles et se challenger, de manière très incisive mais bienveillante."

Le troisième appel à candidatures devrait être lancé dans les prochains mois pour la constitution d'une nouvelle promotion en juin 2019. "Nous chercherons notamment à convaincre des startups sur un spectre plus large que Bordeaux et sa métropole", affirme Perrine Laquèche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :