Comment Brainify renaît de ses cendres

 |   |  953  mots
Brainify a décroché le prix de l'innovation décerné lors du Salon Data marketing de Paris
Brainify a décroché le prix de l'innovation décerné lors du Salon Data marketing de Paris (Crédits : DR)
Placée en redressement judiciaire puis liquidée en septembre, la startup bordelaise Brainify a été reprise dans la foulée avec l'entrée à son capital de la holding des cofondateurs de la PME Dolist. Pour la jeune pousse spécialiste de la performance e-commerce, c'est un nouveau départ qui va s'accompagner rapidement de recrutements pour doubler de taille.

"Développer l'empathie des sites e-commerce." Jamais avare d'une belle tournure, Eric Sénéchal résume par cette formule le point de départ de Brainify, startup né en 2014 à Talence, juste à côté de Bordeaux, et installée depuis sur le campus de l'Ecole nationale de cognitique. Le cofondateur, avec Pawel Visor et Sébastien Bruhat, de la jeune pousse, dresse un constat lucide du e-commerce et du faible taux de conversion enregistré par les acteurs du secteur :

"Tout le monde n'est pas Amazon et n'a pas ses moyens. Pour les PME du e-commerce, nous avons donc développé des algorithmes capables de détecter le comportement de l'internaute sur un site et d'adapter ce dernier en fonction."

Plus précisément, l'outil développé par Brainify détecte les interactions de l'internaute avec le site, traque les mouvements de la souris et les clicks par exemple, détermine s'il cherche un produit en particulier, une offre de réduction, s'il découvre le site ou s'il est un habitué... L'objectif est donc d'aider l'e-commerçant à mieux comprendre et à analyser ses performances à partir des données enregistrées, et ensuite de lui proposer d'activer les bons leviers pour ensuite booster son efficacité commerciale et donc son chiffre d'affaires. "Le diagnostic est gratuit et le médicament payant", résume là encore Eric Sénéchal.

"Une horloge, le cash"

Seul problème :

"La R&D nous pris du temps, peut-être un peu trop, explique Eric Sénéchal. En décembre 2016, nous comptions plus de 1.000 utilisateurs pour notre outil d'analyse gratuit. Nous avons fait un POC (proof of concept, NDLR) qui ont validé nos idées avec une nette hausse du taux de transformation du e-commerçant et un chiffre d'affaires en hausse de 20 %. Mais on avait une horloge qui était le cash. Les investisseurs l'ont bien noté mais nous ont aussi dit qu'il fallait une traction commerciale. Au printemps, on commençait à être en danger."

Et quelques mois plus tard, tout s'est dégradé. Procédure de redressement judiciaire enclenchée en juillet, suivi d'une liquidation prononcée en septembre. Voici comment six mois de R&D en plus peuvent mettre à bas une entreprise. La suite, c'est Jean-Paul Lieux, cofondateur avec Denis Olivier de la PME bordelaise Dolist, spécialiste du e-marketing (55 emplois), qui la raconte :

"Avec Denis Olivier nous avons créé une holding, Digitalmoon, un véhicule juridique et financier qui nous permet depuis deux ans de prendre des participations minoritaires dans des startups avec la volonté à la fois de contribuer au développement de ces sociétés, de fédérer et de créer des synergies entre elles. Nous sommes ainsi entré au capital d'App's Miles à Bordeaux, de Marketing 1by1 à Lille et de Wizaplace à Lyon. Nous connaissions Eric Sénéchal depuis déjà pas mal de temps. En mai dernier, il nous a confié que Brainify avait des difficultés, qui sont d'ailleurs assez classiques avec une R&D qui dérape dans le temps et de la levée de fonds insuffisante pour tenir la période, et une impossibilité à refinancer dans le monde traditionnel.

Reste que Brainify a tapé dans l'œil du duo d'entrepreneurs au point de les convaincre d'impliquer Digitalmoon dans sa première prise de participation majoritaire :

"L'équipe est de grande qualité. Les travaux qu'elle a menés sont de la vraie R&D et nous avons été assez époustouflés par sa maîtrise technique et sa connaissance des enjeux e-commerce. Nous étions dans un schéma où l'on avait très peu de temps, la rencontre ayant eu lieu alors que les recours bancaires étaient épuisés. Le véhicule juridique ne pouvait pas continuer, il fallait le changer et nous n'étions pas là pour traiter le passif et éponger les dettes."

Doubler de taille en un an

Dans la foulée de la liquidation, Digitalmoon a donc repris en septembre Brainify à la barre du tribunal de commerce de Bordeaux. "Les actionnaires historiques sont restés, ce n'est pas un rachat, on croit plutôt au renforcement, on apporte notre vision et notre savoir-faire", complète Jean-Paul Lieux. L'opération a permis de sauver l'équipe en intégralité, la marque, les actifs technologiques, de pérenniser les clients actuels. Jean-Paul Lieux, Denis Olivier et Eric Sénéchal, directeur des opérations de Brainify, ont bâti un nouveau plan d'actions incluant un repositionnement de l'offre tout en gardant ses fondamentaux : permettre aux e-commerçants d'analyser le comportement de l'internaute et de personnaliser leur site en temps réel.

Jean-Paul Lieux annonce également "de nouveaux produits pour démocratiser ce type d'outils auprès des petits commerçants". Rappelant qu'en France "94,5 % des e-commerçants réalisent moins d'un million d'euros de chiffre d'affaires annuel", qu'un tiers évoluent mais qu'un tiers stagne et qu'un autre tiers aura du mal à survivre. Ce n'est donc pas un seul médicament mais toute une gamme de remèdes que Brainify veut développer. "Il ne s'agit pas d'intégrer Brainify à Dolist mais dans un premier temps, de lui permettre de trouver son autonomie et de décoller avec son offre. Dans un 2e temps, nous arriverons peut-être à créer des synergies avec les entreprises dans lesquelles nous avons des participations."

Entre temps Brainify a remporté il y a quelques jours le prix de l'innovation décerné lors du Salon Data marketing de Paris et vient d'embaucher Jean-Pascal Jaouen, ex-directeur des opérations du groupe bordelais Actiplay / ConcoursMania, qui prendra en charge le développement commercial. La startup envisage de doubler de taille en un an avec des recrutements de profils techniques, marketing et commerciaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :