A Bordeaux, Base10 lève 400.000 euros auprès de la Caisse des dépôts

 |   |  583  mots
Vincent Panier
Vincent Panier (Crédits : Agence Appa)
Startup bordelaise innovante dans la location de bureaux de tous ordres, Base10 annonce la levée de 400.000 € auprès du Groupe caisse des dépôts et de business angels.

Pro de l'immobilier d'entreprise, Vincent Panier a cofondé Base10 en 2015 avec trois autres associés. Base10 c'est le nom d'une startup qui a développé une application numérique qui permet aux indépendants de trouver dans les meilleurs délais un lieu où travailler, à partir de leur smartphone, tablette ou site Internet. Vincent Panier annonce ce jeudi 9 mai à Bordeaux une levée de fonds de 400.000 € contractée auprès du Groupe Caisse des dépôts, dont Anne Fontagnères est la directrice régionale Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, et de plusieurs business angels.

"Pour la Caisse des dépôts, acteur historique de l'aménagement du territoire, cet investissements s'inscrit pleinement dans sa stratégie visant à l'émergence de nouvelles formes d'innovations économiques et sociales", explique Anne Fontagnères. Appelés ainsi parce qu'ils ne sont ni la maison, ni l'entreprise, les tiers-lieux sont au centre de la stratégie de Base10.

Entreprises, mairies, associations

"Notre application numérique représente un travail énorme qui a été développé pendant plusieurs mois par les cofondateurs de Base10. Je viens de l'immobilier d'entreprise où l'on voit beaucoup de choses se passer dans la mobilité, avec l'arrivée de types de travaux différents du salariat et la forte croissance du free lance. Les structures traditionnelles sont en plein bouleversement : le travail passe par les tiers lieux" analyse Vincent Panier, qui préfère se définir comme le "Blablacar" de la location de bureaux plutôt que comme le "Airbnb". Pourquoi ? Parce que Vincent Panier estime qu'il s'agit, comme avec "Blablacar", d'éviter une forme de dépense inutile. "Quand vous avez une salle vide trois jours par semaine, c'est du gaspillage" confirme-t-il. Concernant les tiers-lieux le choix des options est large. En plus des bureaux dans les entreprises, Base 10 s'intéresse ainsi aux salles potentiellement inutilisées des mairies et plus largement des autres collectivités, ainsi que des associations. L'idée du partage de bureaux entre indépendants (coworking) est un élément moteur de cette démarche.

La loi du taux d'occupation

"Au Salon des maires nous étions sur le stand du Groupe Caisse des Dépôts et ça s'est vraiment bien passé. Avec la chute des dotations d'Etat les mairies sont à la recherche de ressources" éclaire le cofondateur de Base10.

Après le développement de l'application, les cofondateurs de la startup ont écumé les conventions de grands groupes, les réseaux associatifs et les banques pour se faire connaître.

"Grâce à cette levée de fonds nous allons entamer le troisième volet de notre développement, qui consiste en notre déploiement commercial, dans le Grand Sud-Ouest et en Aquitaine car le siège est à Bordeaux. Avant d'attaquer un déploiement national. Sur le plan financier c'est simple, nous avons une unité de temps : la demi-journée. L'utilisateur paie avec la carte qui est générée lors de la création de son profil. Nous encaissons 20 % sur la transaction, les 80 % restant étant reversés au loueur. C'est un établissement financier qui se charge de ces transactions, car nous n'avons pas le droit d'encaisser pour le compte de tiers", décortique Vincent Panier.

Base10 compte proposer au moins 500 offres d'ici la fin de l'année. Etant entendu que le nombre d'offres va de pair avec le taux d'occupation, "quand vous passez d'un taux d'occupation de 8 à 15 % ce n'est plus la même chose, c'est ce paramètre qui va tout faire bouger", conclut Vincent Panier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2016 à 16:21 :
Un seul mot
Excellent
C'est l'aube d'une success story
What a foot!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :