Bordeaux pousse une French Tech francophone

 |   |  848  mots
L'association a organisé au premier semestre 2015 une rencontre entre startups bordelaises et africaines dans les locaux de ConcoursMania.
L'association a organisé au premier semestre 2015 une rencontre entre startups bordelaises et africaines dans les locaux de ConcoursMania. (Crédits : Pa. D.)
[Dossier spécial French Tech Bordeaux] Désireuse de s'imposer sur la scène internationale, Bordeaux noue des liens avec le Québec, l'Afrique, et pousse l'idée d'une French Tech francophone.

A la faveur du mouvement French Tech, la France technologique est-elle en train de regagner du crédit sur la scène internationale ? Dans la foulée d'un Consumer Electronics Show (CES) 2015 à Las Vegas qui a consacré les innovations des startups françaises, l'heure est à l'ambition.

"Le mouvement French Tech dans sa globalité a clairement apporté, indique Vincent Prêtet, fondateur de l'accélérateur de startups bordelais 33Entrepreneurs, engagé dans une traversée des Etats-Unis avec son équipe. C'est un véritable porte-drapeau, avec un discours plus cohérent que par le passé même s'il est à mon goût un peu trop porté par l'Etat, un peu trop cocorico, et pas assez par les entrepreneurs eux-mêmes. Mais les retombées sont positives, permettant au numérique français de jouer dans la même cour de Londres ou de retailler des croupières à Berlin qui avait pris de l'avance. French ambition is back again ! Le petit coq rose (emblème du mouvement French Tech, NDLR) parle à nos interlocuteurs étrangers."

PDG de la startup Cogniteev (voir notre article "Cogniteev lève 500.000 €") et membre du comité stratégique des entrepreneurs de French Tech Bordeaux, François Goube est tout aussi positif mais un petit peu plus modéré :

"Il faut du temps pour qu'un label fasse du sens. C'est un peu tôt, mais les choses vont dans le bon sens. Je constate que les Etats-Unis, l'Espagne, l'Allemagne... se disent que des choses se passent en ce moment en France autour de la tech."

Du concret avec Québec

"La logique French Tech est la suivante : « Prenez le concept et faites-en ce que vous voulez. » C'est ici ce que nous faisons et Bordeaux est peut-être, avec Lyon, la seule zone qui a avancé sur la question de l'international", juge Julien Parrou.

Le jeune chef d'entreprise, PDG fondateur du groupe bordelais ConcoursMania, a été choisi par le mouvement French Tech pour être son ambassadeur au Québec. Un choix parfaitement logique puisque le spécialiste du jeu marketing en ligne s'y développe, après y avoir ouvert en 2014 une filiale et avoir racheté il y a quelques mois trois sites canadiens de jeux en ligne, propriétés jusque-là de la société Mastodonte Interactif, basée à Montréal.

"Nous sommes en train de bâtir un réseau, poursuit Julien Parrou. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger directement avec des gens très pragmatiques du gouvernement local. De premières réalisations concrètes ne tarderont plus à voir le voir. Nous allons faire en sorte que les sociétés françaises du mouvement French Tech puissent avoir accès, à Québec, à des bureaux en accès libre pour pouvoir y recevoir des clients et prospects. Nous passerons également un accord entre l'accélérateur Héméra et un incubateur de Québec portant sur l'accompagnement et le mentorat. Les entreprises du Québec pourront ainsi attaquer le marché européen depuis Bordeaux.

Nous travaillons également, avec la chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux, sur la possibilité donnée à une entreprise québécoise d'ouvrir ici une filiale ou une succursale sans se déplacer, et réciproquement."

La tech francophone a de l'avenir

Les contacts les plus avancés sont donc nord-américains, mais des pistes plus diffuses sont aussi explorées en direction de l'Afrique.

"Ici, nous sommes plus sur de petites graines, enchaîne Julien Parrou. L'Afrique dispose d'une scène technologique importante et nous avons des choses à faire ensemble. Je crois beaucoup à la relation incubateurs / accélérateurs. Plus largement, il y a une idée à creuser autour de la tech francophone. La langue est un facteur de lien et d'inclusion, nous avons intérêt à nous unir. Mais dans une francophonie qui ne sera pas défensive comme on peut le voir parfois."

Après une rencontre entre startups bordelaises et africaines organisée par l'association Bordeaux Entrepreneurs, à l'occasion de la 3e édition de la Journée nationale des diasporas africaines, de nouveaux échanges devraient avoir lieu à Abidjan en septembre. Avec cette French Tech de la francophonie, Bordeaux tient peut-être son filon.

"C"est le chemin le plus logique, car on ne pourra pas tout faire en même temps. Aujourd'hui, c'est la piste la plus naturelle, qu'il faut explorer sans se fermer d'autres portes", analyse François Goube.

Pour le patron de Cogniteev :

"French Tech Bordeaux doit pousser les collaborations à l'international. L'idée communément admise est que si on chasse en meute, on sera plus fort. Par exemple, on peut imaginer 6 ou 7 entreprises installées sur un stand commun qui y font tourner leurs prospects et clients. Ce dispositif, nous l'avons testé à Marseille il y a quelques jours et nous pourrions l'appliquer à l'international. Maintenant, il faut que les initiatives se traduisent en business. Toutes les entreprises bordelaises n'ont peut-être pas non plus forcément besoin d'aller au CES ou au Mobile world congress. Mais aider certains acteurs, dans l'e-commerce par exemple, à participer aux salons de référence, ça a du sens."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :