Magna Bordeaux : les syndicats craignent un plan social dès le printemps 2022

Plusieurs syndicats de Magna Powertrain Bordeaux, ex-Getrag Ford Transmissions, craignent le déclenchement par la direction de ce fabricant de boites de vitesses manuelles pour Ford d'un plan de sauvegarde de l'emploi dans les prochaines semaines. Ils viennent d'alerter ce mercredi les élus néo-aquitains et le ministère de l'Economie et des Finances pour obtenir des éclaircissements de la part de la direction alors que les indices s'accumulent.

6 mn

Ford, super client de cet énorme sous-traitant international qu'est Magna.
Ford, super client de cet énorme sous-traitant international qu'est Magna. (Crédits : Nguyen Huy Kham)

Les perspectives d'évolution de l'usine Magna Powertrain Bordeaux (MPB), à Blanquefort (Bordeaux Métropole), spécialisée dans la fabrication de boîtes de vitesses manuelles MX65, destinées à l'équipement en Europe de petits modèles automobiles, comme la Ford Fiesta, ne vont pas en s'améliorant. Bien au contraire. Elles inquiètent désormais l'intersyndicale CGT-FO-CFTC au point de faire craindre à ses adhérents le déclenchement d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) dans l'entreprise d'ici les mois d'avril ou mai 2022.

Lire aussi 9 mnMagna Powertrain Bordeaux : 780 salariés très inquiets pour le futur de leur usine

Déjà partiellement asphyxiée par la crise des semi-conducteurs, qui vient brider la production par manque de composants, MPB avait organisé en septembre dernier un CSE (comité social économique) entièrement consacré à ce sujet. Avec une urgence d'autant plus grande qu'en plus des composants qui manquent pour fabriquer les boîtes de vitesses, la filiale bordelaise de Magna devait faire face à l'annulation de nombreuses commandes de la part des clients.

Un stock de 20.000 boîtes de vitesses à écouler...

"A Blanquefort, notre stock s'élève désormais à 20.000 boîtes de vitesses. Dans les autres usines du groupe en Europe, il faut compter un stock d'environ 50.000 boîtes... Notre niveau de production est encore calé à 420.000 boîtes par an, ce qui est insuffisant pour faire travailler tout le monde. Et la crise d'approvisionnement en puces va encore faire baisser la production.

Sans parler des annulations de commandes de voitures par la clientèle. Et le rebond de la pandémie de Covid-19 va dissuader les investisseurs de se risquer dans l'automobile", analyse avec finesse Vincent Teyssonneau, délégué syndical CGT à Magna Powertrain Bordeaux.

Lire aussi 2 mnFonderie du Poitou : pas de repreneur pour le site de 320 salariés, selon les syndicats

... avec des prix unitaires qui pourraient baisser

Autant d'éléments qui vont lourdement peser sur MPB, d'autant que lors de la fin de coentreprise Getrag Ford Transmissions (GFT), l'an dernier, Ford, qui achète ses boites de vitesses à Magna a, selon Vincent Teyssonneau, pris certaines précautions :

"Ford achète nos boîtes de vitesses 400 euros pièce, sauf circonstances exceptionnelles. Il semble que nous soyons arrivés à un tel moment puisque les bruits sur les problèmes de paiement provoqués par Ford se multiplient", évoque le cégétiste.

Le mix entre crise des approvisionnements et crise des ventes de voitures forme un nœud coulant qui étrangle l'usine. A tel point que celle-ci est passée en activité partielle de longue durée (APLD) pour six mois depuis le 1er octobre 2021. Parce que la baisse de la production de boites de vitesses a généré la création d'un sureffectif de 354 personnes au sein de l'usine, qui compte à ce jour 730 salariés en contrat à durée indéterminée.

Toujours pas de nouveau projet industriel

"Notre effectif diminue tous les mois en particulier parce qu'il y a du travail ailleurs et que certains salariés font le choix de partir. Il y a aussi des départs à la retraite non remplacés. Nous prévoyons que l'usine va perdre une centaine de salariés dans le courant de l'année. Les salariés ont d'autant plus tendance à se démobiliser que l'usine n'a toujours pas de nouveau projet industriel pour pouvoir se projeter dans le futur", souligne le syndicaliste.

Lire aussi 3 mnA Blanquefort, GFT a vécu : Ford se sépare de Magna et les salariés s'inquiètent

La fabrication de la boîte de vitesses MX65 doit s'achever d'ici 2023 et comme il faut deux ans pour lancer un nouveau projet industriel, le moral des salariés ne s'améliore pas. Vincent Teyssonneau souligne que les derniers investissements réalisés par Magna se sont focalisés sur l'Allemagne et la Roumanie (Craïova) pour près de 2 milliards d'euros, dans des technologies liées à la voiture électrique, un véhicule qui ne nécessite pas de boîte de vitesses. Mais rien à Blanquefort.

L'arrivée d'un nouveau directeur qui inquiète

Dans ce contexte aux tonalités sans issues, la CGT, FO et la CFTC s'inquiètent de l'arrivée dans l'entreprise le 17 janvier prochain d'un nouveau directeur juridique, Marc Milward, notamment spécialiste en management de transition, risk management et organisation de PSE (plans de sauvegarde de l'emploi).

"Les APLD sont normalement mises en place pour des durées d'un ou trois ans. Six mois c'est plutôt rare. Et nous en avons discuté avec des fonctionnaires lors de l'homologation, parce qu'ils étaient surpris de cette durée. Il faut savoir que pendant une APLD, vous ne pouvez pas appliquer de PSE. Donc nous nous sommes dit que six mois c'est bien pour la direction si elle se prépare à un plan de sauvegarde de l'emploi", décortique Vincent Teyssonneau.

Sachant que l'APLD démarrée en octobre dernier va s'achever à la fin du mois de mars.

Lire aussi 4 mnGetrag Ford Transmissions (GFT) : l'horizon de la coentreprise de Ford et Magna se voile

L'appel aux élus et au gouvernement : encore une lueur d'espoir ?

C'est pourquoi la CGT a tiré ce mercredi 12 janvier la sonnette d'alarme en envoyant un message d'alerte concernant Magna Bordeaux aussi bien auprès des élus, de Patrick Bobet (LR) à Philippe Poutou (NPA) en passant par Christine Bost (PS), qu'au gouvernement, en la personne du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, auxquels elle demande de contacter la direction de Magna Powertrain Bordeaux pour s'informer sur les intentions de l'entreprise.

Vincent Teyssonneau souligne que les syndicats sont en contact continu depuis des mois avec les équipes de Bruno Le Maire mais que Bercy a, jusqu'ici, remis à plus tard ses promesses d'intervention auprès de la filiale bordelaise de Magna. Le dernier épisode remontant au mois de décembre. Va-t-il y avoir cette fois-ci un déclic au ministère ? Si l'on en croit Vincent Teyssonneau ce serait peut-être le bon moment, car contrairement à celle de Ford Aquitaine Industries, il est convaincu que l'équipe dirigeante de Magna Powertrain Bordeaux est décidée à trouver une solution durable.

Lire aussi 4 mnA Bordeaux Métropole, Magna gobe GFT (Getrag Ford Transmissions)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.